Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

s'informerVecteurs - Économie et innovation - Détails

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.
États-Unis - 25 novembre 2019

Les prévisions pour l’économie américaine selon Deloitte

Les prévisions économiques publiées par Deloitte.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. en septembre 2019 concernant les prochains mois aux États-Unis démontrent de façon exhaustive l’évolution des secteurs clés à partir des politiques enclenchées par l’Administration de Donald Trump et les actions décidées par le Congrès américain. Les quatre scénarios suggérés par Deloitte relativement à l’évolution que pourrait prendre l’économie des États-Unis sont les suivants :

  • La référence de base (55 % de probabilités) : les dépenses en investissement ralentissent en raison de la guerre commerciale avec la Chine. L’emploi et les dépenses diminuent, mais demeurent relativement élevés. D’ici un an ou deux, la croissance de l’emploi finira par tomber sous la barre de 100 000 par mois en raison de l’épuisement du bassin potentiel de travailleurs. Enfin, en 2020, la croissance ralentit en dessous de son potentiel, mais elle connaît une récupération d’environ 2 % pour le reste de la période de prévision.
  • Récession (25 %) : dans ce scénario, les tarifs et la diminution des dépenses d’investissement finissent par affaiblir l’économie vers la fin de l’année 2019 et le début de l’année 2020. Éventuellement, une crise financière pousse l’économie vers la récession. Grâce à l’intervention de « Fed » et de la Banque centrale européenne, le système financier se redresse assez rapidement. Le PIB diminue au cours des trois premiers trimestres de l’année 2020, puis se redresse.
  • Ralentissement de la croissance (10 %) : la croissance de la productivité ralentit davantage tandis que les tarifs perturbent les chaînes d’approvisionnement. Les entreprises freinent leurs investissements en raison d’un faible retour sur investissement et de l’incertitude provoquée par la politique commerciale. La croissance du PIB est tombée à moins de 1,5 % au cours de la période de prévision, et le chômage augmente.
  • Bonanza de productivité (10 %) : les percées technologiques réduisent les coûts d’exploitation des entreprises, la déréglementation améliore la confiance des entreprises tandis que les accords commerciaux atténuent les incertitudes. Les effets des tarifs sont moins forts que ce que les économistes avaient prévu. L’investissement des entreprises s’accélère, et l’économie croît de 2,5 % en 2019, avec une croissance de 2,3 % après l’année 2021, tandis que l’inflation reste modérée.