Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

s'informerRepères RSTI - Détails

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.
Japon - 7 août 2017

Les startups d'origine universitaire au Japon

À la lumière de l'évolution vertigineuse des nouvelles technologies, qu'il s'agisse de l'intelligence artificielle ou de l'Internet des objets, le gouvernement japonais souligne le rôle de startup d'origine universitaire. Il y voit un levier incontournable pour mettre sur le marché le fruit des recherches en laboratoire et pour créer ainsi de la valeur.

Dans ce contexte, France Diplomatie.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. met en relief le portrait brossé par Teikoku Databank, une agence de notation de crédit du Japon. Ce portrait révèle que vers le mois d'avril 2017, le Japon disposait de 858 startups d'origine universitaire, la plupart étant spécialisées dans les technologies informatiques, les sciences de la vie et la médecine.

Ces startups, issues pour la plupart de grandes universités publiques japonaises, sont de taille modeste. Environ 60 % d'entre elles ont cinq membres ou moins et sont dirigées majoritairement par des présidents âgés de 40 ans ou plus. Seulement 145 de ces entreprises affichent un chiffre d'affaires relativement faible de moins de 562 173 dollars (50 millions de yens), alors que plus de 90 % de celles-ci ont un chiffre d'affaires de moins de 11 243 735 (un milliard de yens).

Étant donné cette situation, le gouvernement japonais estime que l'innovation technologique n'est pas seulement au cœur de la création des startups mais qu'elle contribue aussi à leur stabilisation financière.

Par conséquent, au cours de l'année 2017, le gouvernement a décidé de légiférer afin que les universités puissent détenir des actions de leurs startups pendant un certain temps après leur introduction en bourse. Actuellement, les universités sont obligées de vendre toutes les actions des startups dès leur introduction en bourse.

Le gouvernement se donne ainsi pour objectif d'encourager l'esprit d'entreprise chez les chercheurs universitaires en plus de permettre aux universités de continuer à récolter les profits issus de leurs startups et d'utiliser ces fonds pour améliorer leur cadre d'enseignement et de recherche.

En accord avec le cinquième plan-cadre de la science et de la technologie du Japon, la mise en place de ces initiatives conduira à un « cercle vertueux des ressources humaines, de la connaissance et des ressources financières ».

Pour en savoir davantage sur ce sujet, consultez :

Précédent
Suivant