Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

s'informerVecteurs - Économie et innovation - Détails

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.
Canada - 13 mai 2019

Performance contrastée du Canada dans un classement mondial des entreprises technologiques en démarrage

StartupBlink.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., une plateforme interactive suisse pour les startups, vient de publier son classement des écosystèmes pour l'année 2019, dans lequel le Canada conserve la troisième position avec cinq autres villes parmi les 100 meilleurs écosystèmes au monde, selon une analyse du site Betakit.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël se classent aux quatre premiers rangs parmi les pays dotés des écosystèmes entrepreneuriaux les plus solides. Cependant, les pôles technologiques traditionnels du Canada ont chuté dans le classement par rapport à l'année 2017. Cette année, Toronto occupe le 15e rang, perdant quatre places, alors que Vancouver a perdu six places et se trouve au 24e rang. Pour sa part, Montréal a reculé de 15 places pour se situer en 49e position.

Parallèlement au déclin relatif des plus grands centres technologiques canadiens, des écosystèmes canadiens plus petits prennent le relais. Par exemple, Ottawa est passée du 102e au 63e rang dans le classement mondial tandis qu'Edmonton a gagné 30 places. Elle se classe maintenant parmi les 100 premières villes.

« La principale force du Canada réside dans la distribution de solides pôles de démarrage technologique dispersés à travers le pays, indique le rapport. En même temps, c'est aussi la principale faiblesse du pays puisque le Canada n'a pas de villes comme Londres ou Tel-Aviv, des plateformes majeures de développement où l'on bâtit souvent des choses de grande ampleur. »

StartupBlink utilise des algorithmes qui analysent des dizaines de milliers de données sur plus de 50 000 espaces de travail collaboratif, de sites de démarrage d'entreprises et d'accélérateurs qui font partie de la communauté Global StartupBlink. L'entreprise utilise aussi les données de partenaires mondiaux, notamment Crunchbase et SimilarWeb.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., pour bâtir son système de classement annuel. Le classement reflète à la fois le dynamisme et les tendances de chaque ville.

Selon le rapport, le positionnement élevé du Canada peut également être attribué à l'arrivée de huit nouvelles villes classées entre le 100e et 200e rang, notamment Calgary, Kitchener, Waterloo, Québec, Victoria, Kingston et Halifax. StartupBlink a particulièrement exploré deux de ces écosystèmes canadiens émergents, soit Kingston et Edmonton, et a analysé les raisons pour lesquelles ces villes méritent d'être surveillées.

Le rapport a notamment louangé Kingston pour sa stratégie en matière d'investissements directs étrangers, son capital humain et le mode de vie qu'on y pratique. La ville a reçu des éloges similaires de la part du PCMag.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et du fDi Magazine.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. basé au Royaume-Uni. Le rapport indique que Kingston offre aux startups une infrastructure, un capital humain et un accès aux marchés de classe mondiale. PCMag considère Kingston comme la ville du sans-fil à la croissance la plus rapide en Amérique du Nord, et le Centre canadien des politiques alternatives.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. estime que Kingston demeure la meilleure ville au Canada pour les femmes.

StartupBlink cite également les nombreuses langues parlées à Kingston ainsi que la diversité de ses startups dans les domaines des technologies propres, de la biotechnologie, des villes intelligentes, du logiciel en tant que service ainsi que de l'alimentation et de l'agriculture, qui ont contribué à son ascension d'écosystème de startups.

Enfin, StartupBlink a noté que l'écosystème global des entreprises en démarrage au Canada était en croissance et a souligné le rôle du gouvernement, de la presse et des institutions publiques dans la promotion et le développement des entreprises en démarrage en tant qu'objectif stratégique du Canada.

Pour en savoir davantage sur ce sujet : Canada's tech hubs fall in startup ecosystem rankings, smaller cities show promise.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.