Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 14 juin 2021

Les compétences des employés et le bénévolat : une voie pour améliorer la performance des entreprises

Selon MITSloan.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., les employeurs aux États-Unis valorisent de plus en plus les compétences que leurs employés acquièrent en faisant du bénévolat. En effet, on estime que les activités bénévoles, si elles sont gérées de manière appropriée, peuvent aider les employés à développer des compétences précieuses pour le travail.

MITSloan explique qu’habituellement, le bénévolat traditionnel tend à tirer parti des compétences générales. Cependant, il existerait aussi un bénévolat fondé sur les compétences, qui requiert une expertise liée à l’emploi dans des domaines spécialisés tels que le marketing, la gestion de projet et l’informatique. C’est ce type de bénévolat qui permettrait aux participants d’acquérir de nouvelles compétences.

Le bénévolat apporterait des avantages à toutes les parties prenantes : l’organisation à but non lucratif, l’employeur et le bénévole. De toute évidence, les organisations à but non lucratif bénéficient de ressources matérielles et intellectuelles pour les aider à réaliser leurs missions. De leur côté, les entreprises ressentent les effets positifs de l’engagement accru des employés sur leur rendement individuel et la performance organisationnelle. En effet, certaines études suggèrent que lorsque les employés acquièrent de nouvelles compétences en faisant du bénévolat, ils se sentent plus aptes à réussir dans leur travail. En revanche, quand les employés n’apprennent pas grâce au bénévolat, leur rendement au travail en souffre.

À vrai dire, les employeurs américains s’aperçoivent depuis longtemps des effets positifs du bénévolat sur le moral des employés. C’est la raison pour laquelle ils favorisent l’engagement de leur personnel, souvent en lui proposant des horaires flexibles ou des congés payés. Ce qui est nouveau toutefois, c’est l’observation d’effets positifs sur la performance organisationnelle. Il semblerait même que les services de ressources humaines explorent le potentiel du bénévolat fondé sur les compétences pour enrichir la formation des employés. Dans cette perspective, la frontière entre la responsabilité sociale des entreprises et le développement des talents commencent donc à s’estomper.

Il s’agit cependant d’un domaine qui peut être épineux. À la suite d’une analyse plus approfondie de deux entreprises qui ont mis en place des programmes de bénévolat fondés sur les compétences, MITSloan prévient qu’il peut y avoir des effets contre-productifs si les employés estiment que leur véritable objectif est d’accroître la rentabilité des entreprises. En fait, l’idée même d’un bénévolat motivé par l’intérêt d’améliorer la performance des employés peut heurter les valeurs de certains employés pour lesquels l’objectif de cette activité est de donner à la communauté plutôt que de développer de nouvelles compétences.