Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 1 avril 2021

Le rôle des directeurs de l'information du secteur public dans la transformation numérique des organisations gouvernementales

Bien que les gouvernements soient engagés depuis plusieurs années dans des projets technologiques, McKinsey.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. estime que peu d'entre eux ont atteint un stade pleinement transformationnel. Parmi les raisons qui complexifient la démarche transformationnelle du secteur public, McKinsey signale la méfiance de la part de ses partenaires d'affaires, la difficulté d'attirer les meilleurs talents et le poids des technologies héritées très complexes. En fait, malgré l'ampleur des investissements – estimés à 85 milliards de dollars américains chaque année aux États-Unis – les résultats se font attendre.

Dans ce contexte et à la lumière de l'accélération de l'innovation imposée par la crise de la COVID-19, McKinsey cible le rôle essentiel des directeurs de l'information (DSI) du secteur public dans la transformation numérique des organisations gouvernementales. En effet, autant à titre de facilitateurs, de leaders d'opinion ou de responsables de programmes, les DSI seraient appelés à jouer un rôle critique à un moment où la nouvelle administration américaine annonce des investissements massifs dans la modernisation des technologies de l'information du secteur public.

Puisque selon McKinsey, les occasions semblent assez réduites, il apparaît convenable de tirer des leçons des expériences précédentes afin de mieux planifier les initiatives de transformation. Ainsi, il y aurait trois vecteurs perceptibles dans les organisations les plus performantes :

  • Vecteur 1 : repenser le rôle de soutien de la technologie dans la mission d'affaires de l'organisation. Cela implique d'abord la mise en place d'une stratégie axée sur la technologie ainsi que l'utilisation d'un modèle opérationnel centré sur les produits et la plateforme. De plus, les parcours des clients et des utilisateurs devront être entièrement numérisés pour être gérés par des applications technologiques.
  • Vecteur 2 : développer un modèle de prestation technologique flexible et rapide capable de suivre en permanence l'évolution des besoins des clients. Pour y parvenir, McKinsey met en valeur les méthodes agiles qui permettent la hiérarchisation des activités à valeur ajoutée afin d'obtenir des gains de performance rapidement.

De même, on souligne la pertinence de l'infrastructure infonuagique. Cette dernière a rendu possibles l'accélération de la prestation et la stabilisation de l'environnement technologique par l'automatisation des processus de développement. Enfin, pour résoudre le problème des compétences lacunaires et améliorer l'efficacité du travail, il est suggéré d'embaucher des technologues spécialisés et d'établir des partenariats clés avec des développeurs prestigieux. 

  • Vecteur 3 : développer des technologies de base évolutives pour soutenir l'innovation. Ces technologies devront prendre en charge de nouvelles fonctionnalités numériques et des mises à niveau systématiques, ce qui permettra d'obtenir des avantages considérables en termes de performance. Il est question, par exemple, de systèmes d'analyse de données qui offrent aux membres d'une organisation un aperçu de haute qualité des préférences des clients et des employés. Cette technologie permet également d'intégrer des protections de sécurité et de confidentialité au fur et à mesure que les solutions sont développées.