Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 24 février 2021

Des percées technologiques rendent de plus en plus viable la massification des combustibles synthétiques

En juin 2020, BMW i Ventures.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. annonçait un investissement de 12,5 millions de dollars américains dans Prometheus Fuels.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., une jeune pousse (startup) américaine ayant développé une technologie capable de transformer en carburant le CO2 dans l’air. L’objectif déclaré était de commercialiser rapidement cette nouvelle essence synthétique à un prix capable de rivaliser avec les combustibles fossiles.

Dans un environnement énergétique qui favorise la transition vers l’électrification des voitures, la disponibilité de cette nouvelle essence peut paraître un contresens. Cependant, puisque l’électrification pourrait prendre encore quelques années, l’essence neutre en carbone permettrait « de réduire massivement et immédiatement l’impact climatique des moteurs à combustion interne actuels », affirme Greg Smith de BMW i Ventures.

En décembre 2020, le newsroom de Porsche .  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.annonçait que Siemens Energy et une panoplie d’entreprises internationales se trouvaient engagées dans le développement et la mise en œuvre d’un projet pilote au Chili. Ce dernier devrait aboutir à la première usine intégrée, commerciale et industrielle au monde pour la fabrication de carburants synthétiques neutres pour le climat (eFuels).

Dans la phase pilote, environ 130 000 litres de carburants synthétiques neutres pour le climat seront produits dès l’année 2022. La capacité sera ensuite portée à environ 55 millions de litres par an d’ici l’année 2024, puis à environ 550 millions de litres d’ici l’année 2026.

De son côté, Futurism.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. (janvier 2021) annonçait de nouveaux développements susceptibles de rendre le processus de conversion de dioxyde de carbone en méthanol moins énergivore. D’habitude, ce processus exige des températures extrêmement élevées, donc, beaucoup d’électricité. C’est ainsi que la percée scientifique d’une équipe de chercheurs chinois qui a trouvé la façon de générer cette électricité à partir d’une simple hausse et baisse quotidienne des températures devient pertinente.

En effet, selon une étude publiée dans la revue Nature Communications.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., ces chercheurs ont développé des nanoplaques bidimensionnelles capables de capter assez d’électricité uniquement grâce au changement de température entre le jour et la nuit. Ces développements semblent pour l’instant circonscrits à un laboratoire, de sorte que les scientifiques n’ont réussi à convertir que de petites quantités de dioxyde de carbone en molécules de méthanol. Cependant, il semble qu’après quelques cycles jour-nuit, les plaques ont produit suffisamment d’électricité pour terminer le processus de manière fiable.

Bien que le méthanol puisse être utilisé comme combustible, Futurism signale qu’il pourrait un jour être converti en essence synthétique et offrir aux consommateurs une solution de rechange beaucoup plus propre que l’huile, qui est extraite directement du sol. Certes, ce méthanol synthétique continuera à émettre des gaz à effet de serre chaque fois qu’il sera utilisé. Sur le plan environnemental, il ne représente donc pas une option aussi prometteuse que l’électrification ou l’élimination totale de l’essence. En revanche, il améliore considérablement la manière dont le carburant – et la puissance nécessaire pour le produire – est généré.