Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Canada - 24 février 2021

Comment le Canada se démarque-t-il dans la course mondiale à l’innovation?

Une étude.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publiée en décembre dernier par le Innovation Economy Council avance que la situation s’est largement inversée au Canada concernant l’exode des cerveaux. Le secteur technologique canadien à croissance rapide ne se contente pas de tenir sa place dans la course mondiale aux talents selon une analyse des données sur l’emploi contenues dans cette étude.

Malgré le terrible bilan de la pandémie, le Canada est devenu plus compétitif parce qu’il offre plus que jamais aux gens des occasions d’apprendre, de bâtir des entreprises et de prospérer. Et cela rend le marché des emplois technologiques remarquablement résilient. En effet, près de 100 000 emplois se sont ajoutés dans les disciplines STIM – sciences, technologie, ingénierie et mathématiques – au Canada entre les mois de février et d’octobre 2020. Pour la plupart, les jeunes pousses et les entreprises technologiques canadiennes à croissance rapide ont absorbé le choc de la pandémie, sont passées au travail à distance et, dans certains cas, se sont développées de manière considérable. Une mise en garde toutefois : le nombre d’offres d’emploi pour ces travailleurs est en baisse d’environ 50 % depuis février 2020, selon une analyse des données du Conseil d’information sur le marché du travail.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Cette situation suggère que les entreprises embauchent toujours, mais peut-être pas avec autant de vigueur qu’avant la pandémie.

Selon l’auteur de l’étude, Barrie McKenna, cette résilience de l’emploi technologique en ces temps incertains témoigne des principales forces du secteur canadien : un système d’immigration qui accueille des étrangers talentueux, un nombre croissant de diplômés prometteurs en STIM et un écosystème d’entreprises florissant.

Une autre conséquence de la COVID-19 est qu’elle a accéléré la répartition des forces de travail dans le secteur de la technologie. En effet, des équipes d’employés sont dispersées dans différentes villes et pays. Les entreprises ont appris qu’il n’est plus indispensable d’amener des gens vers elles. Elles peuvent tout aussi facilement aller là où se trouve le talent.

Des milliers de Canadiens continuent de poursuivre leur carrière et leurs études aux États-Unis malgré les quatre ans de discours anti-immigration de la dernière présidence américaine. Or, il s’avère que plus de travailleurs canadiens des STIM ont reçu des visas de travail H-1B et des cartes vertes en 2019 (10 000) qu’en 2018.

Pourtant, cet exode (canadien) est nettement moins important que l’afflux d’étudiants, de travailleurs et d’entrepreneurs étrangers au Canada : le pays a gagné près de 23 000 travailleurs mondiaux des STIM grâce à des visas de résidence permanente et de travailleurs étrangers temporaires en 2019.

De plus, la crise engendrée par la pandémie et l’instabilité politique dans certaines parties du monde ont forcé le rapatriement, selon certaines estimations, d’environ 300 000 des quelque trois millions de détenteurs de passeport canadien vivant à l’extérieur du Canada.