Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Afrique - 24 février 2021

Polémique autour de l’annonce de la mise à jour de la politique de confidentialité de Whatsapp

En janvier 2021, la compagnie Whatsapp a annoncé une mise à jour de sa politique de confidentialité qui a suscité l’indignation de ses utilisateurs. Ces derniers étaient tellement offusqués que beaucoup se sont tournés vers les concurrents. Les entreprises Signal et Telegram ont de ce fait enregistré à peu près 30 millions.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de nouveaux utilisateurs après cette annonce. La nouvelle politique d’utilisation prévoyait l’élargissement de l’utilisation des données personnelles à des fins commerciales en les partageant avec d’autres applications de la même marque. Le journal Jeune Afrique.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. a consacré un article à ce sujet.

En 2014, Whatsapp a été rachetée par Facebook. Toutefois, le géant du numérique tire ses profits des publicités ciblées, alors que Whatsapp a construit sa réputation sur la protection des données. Les fondateurs de l’entreprise confiaient d’ailleurs au cours d’une entrevue en 2012 ne pas vouloir être une énième manière de distribuer des publicités. En faisant cette annonce de mise à jour, Facebook avait comme objectif d’engendrer des revenus à partir de ses plateformes de messagerie en permettant aux annonceurs de contacter leurs clients et même d’y vendre directement leurs produits. Toutefois, la réaction des consommateurs montre un refus que la technologie s’immisce dans leur intimité.

À l’image de « big brother », la mise à jour de la politique apparaît comme un désir de surveillance et une perte de contrôle sur l’utilisation de ses données personnelles. De plus, à la différence des moyens traditionnels de communication, Whatsapp assurait un certain anonymat dans la mesure où l’historique des activités n’était pas accessible. En effet, les séries policières ont bien véhiculé le fait que les opérateurs de téléphonie traditionnelle détiennent plusieurs informations, comme l’historique des activités téléphoniques. La compagnie a d’ailleurs rassuré ses utilisateurs en affirmant que la mise à jour dont il est question ne concerne que les comptes entreprises. La polémique a été surtout causée par une mauvaise communication de la part de l’entreprise, car les données étaient déjà partagées de manière implicite.

Sursaut de paranoïa ou théorie complotiste? Quoi qu’il en soit, les consommateurs tiennent de plus en plus à leur vie privée. Ils refusent que de l’information sur leurs moindres gestes soit recueillie et utilisée à des fins commerciales.