Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 24 février 2021

En 2020, la relocalisation aurait créé plus d’emplois aux États-Unis que l’investissement direct étranger

Selon les données recueillies par l’organisation Reshoring Initiative.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., pour la première fois en sept ans, la relocalisation devrait avoir créé plus d’emplois aux États-Unis en 2020 que l’investissement direct étranger (IDE).

Les données du rapport que l’organisation a publié en novembre 2020 montrent que les entreprises américaines ont relocalisé près de 69 000 postes de fabrication, tandis que les investissements entièrement nouveaux dans les mêmes industries ont créé moins de 42 000 postes.

Après avoir évolué en tandem pendant une grande partie de la dernière décennie, les emplois relocalisés ont augmenté de près de 45 % en 2020, et les emplois attribués à l’IDE ont diminué de 40 %. Basé sur les offres d’emploi et les données annualisées des six premiers mois de l’année 2020, le rapport confirme les premières prévisions selon lesquelles la pandémie accélère la tendance des entreprises américaines à rapatrier les activités et les chaînes d’approvisionnement à l’étranger.

Dans un article.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publié par fDi Intelligence, le fondateur et président de la Reshoring Initiative, Harry Moser, déclare ceci :« Une cause importante de la reprise de la relocalisation est la COVID-19 ». Il souligne aussi que la pandémie est un facteur de motivation dans 60 % des cas de relocalisation depuis le mois de mars 2020.

Au cours de la dernière décennie, un nombre croissant d’entreprises ont relocalisé leurs activités et remplacé les importations par des produits locaux, ce qui a créé plus de 480 000 emplois aux États-Unis. Les principaux facteurs de motivation incluent la hausse des salaires sur des marchés autrefois à faible coût et une compréhension plus complète des coûts inhérents à la délocalisation, y compris les droits, l’emballage et les délais.

« Les entreprises américaines ont reconnu les problèmes créés par les lacunes et les dépendances liées aux chaînes d’approvisionnement; le gouvernement (américain) les motive à se relocaliser et le public cherche à acheter des produits fabriqués aux États-Unis », pense Harry Moser. Il ajoute que « pour beaucoup, la réponse est de produire davantage chez eux ».

Par le passé, les industries les plus actives en matière de relocalisation ont été le matériel de transport et la machinerie ainsi que les produits et appareils électroniques. Au cours des six premiers mois de l’année 2020, toutefois, les industries d’équipement médical ont relocalisé leurs activités deux fois plus que durant toute l’année 2019.

La Chine a été la plus grande perdante de la dynamique de relocalisation aux États-Unis, puisqu’elle a été la cible de plus de 40 % des cas depuis l’année 2010. Elle est suivie par le Mexique (23 %) et le Canada (10 %). Le rapport indique que le contenu américain des importations américaines en provenance du Mexique s’élève à 40 %, contre 5 % pour les importations provenant de la Chine.