Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 10 février 2021

La pandémie et l’augmentation du commerce en ligne propulsent une révolution dans les emballages

Parmi les multiples changements que la COVID-19 a imposés dans toute la chaîne d’approvisionnement, SupplyChainDive.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. s’attarde à ceux qui touchent la façon dont les produits sont emballés. En effet, confrontés à des environnements de travail dans lesquels les travailleurs devaient garder une séparation d’au moins deux mètres, les responsables des opérations ont dû repenser leurs emballages à un moment où le commerce en ligne s’accélérait de façon vertigineuse.

Des effets sont observables sur la taille des emballages, la perception des consommateurs quant à leur qualité, les déchets produits et la conception (emballages plus faciles à retourner). SupplyChainDive estime qu’à terme, ces changements contribueront à supprimer le besoin d’emballer chaque élément dans une boîte de plastique rigide très encombrante lorsqu’un client veut retourner un produit.

C’est connu, un des développements majeurs provoqués par la pandémie a été la consolidation des stratégies omnicanal et la transformation des magasins physiques en centres de distribution. Moins connue est la réduction de la taille des colis en raison de contraintes d’espace dans les entrepôts. Même les plus gros joueurs, tels que Walmart ou Amazon, ont entamé la rationalisation de leurs emballages en réduisant l’espace vide à l’intérieur des colis.

Dans ce contexte, une tendance s’impose de plus en plus : l’utilisation des enveloppes pour envoi postal qui, dit-on, coûtent moins cher à fabriquer et à expédier, gaspillent moins d’espace et peuvent être manipulées plus rapidement par les employés. Bien sûr, elles ont aussi une plus faible empreinte écologique, un facteur qui s’avère décisif dans la transformation des emballages.

À ce qu’il paraît, l’accroissement du commerce en ligne et l’accumulation subséquente de boîtes de carton à la maison ont rendu les gens bien plus soucieux des déchets produits dans le contexte de la nouvelle normalité et de l’importance des matériaux recyclés. Mentionnons qu’un sondage de McKinsey & Company.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., effectué auprès de dix mille consommateurs un peu partout dans le monde, a révélé que la majorité des répondants se disent prêts à payer plus pour un emballage durable. Les plus enthousiastes sont les Chinois, puisque 86 % sont en faveur de l’utilisation des emballages durables dans le secteur de la restauration. Ce pourcentage se situe à 68 % chez les Américains.

Les analystes estiment qu’ultimement, l’emballage deviendra une partie centrale de l’image de marque d’une entreprise, car dans un contexte d’isolement, il est le seul moyen de communication avec le client. Notons qu’un autre sondage effectué par l’entreprise Sealed Air a montré que les consommateurs étaient portés à utiliser les codes à barres 2D pour obtenir des informations additionnelles sur le traitement des colis, notamment la manipulation dans un environnement sans contact.