Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Asie - 25 janvier 2021

Un exemple de résilience dans l’industrie hôtelière

L’industrie hôtelière, qui représente 10 % du produit intérieur brut mondial, a été fortement touchée par la pandémie de la COVID-19. Selon l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies, le tourisme a reculé de 70 % au cours des huit premiers mois de l’année 2020. Dans un article.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publié sur Strategy+Business, Dillip Rajakarier, le président-directeur général (PDG) de Minor International, expose la manière dont l’entreprise s’est rapidement adaptée au marché et se prépare pour le futur. Pour cela, sa stratégie est basée sur trois phases. Minor International exploite plus de 530 hôtels dans 56 pays et est présente sur trois continents : l’Asie, l’Europe et l’Afrique. L’entreprise gère également 2 300 restaurants et possède des marques dans le domaine du bien-être. Elle a rapporté une perte de 270 millions de dollars américains au cours de ses six premiers mois d’activité en 2020.

La première phase consistait à assurer la sécurité des employés et des clients. La compagnie a donc rapidement mis en place une procédure d’hygiène, et le télétravail a été privilégié pour les tâches administratives. La compagnie a même investi dans un équipement de désinfection pour garantir la sécurité de la clientèle. En ce qui concerne la restauration, Minor International a continué à offrir les services de livraison et de ramassage.

Pour ce qui est de la deuxième phase, il s’agissait de comprimer les dépenses afin de réduire les pertes. Il a donc fallu prendre des décisions difficiles pour diminuer le nombre d’employés selon un plan préétabli qui a permis de faire une économie de 30 à 35 %. Des négociations avec les propriétaires ont aussi été nécessaires afin de trouver une entente pour le paiement des loyers. Puis, l’entreprise a fait la promotion du tourisme local dans les endroits où les commerces étaient toujours ouverts. Le PDG mentionne que pour les prochains 12 à 24 mois, la reprise se fera lentement dans le secteur. De ce fait, l’entreprise travaille pour l’instant avec pour objectif de retrouver le niveau qu’ils avaient en 2019.

Pour la troisième phase, il s’agissait de s’assurer que l’expérience client reste identique, qu’elle soit meilleure si possible, même si les services fonctionnent à 15 ou 20 % de leur capacité . Il faut préserver la réputation de l’entreprise. En raison de leurs expériences passées des épidémies comme le SRAS, le SRMO, etc., même si leurs activités ralentissent, les entreprises finissent toujours par rebondir.

Puisque l’entreprise exerce des activités en Chine, elle a vécu la première éclosion de COVID-19 et a su en tirer des leçons concernant les stratégies qui fonctionnent. Elle les a ensuite appliquées dans ses autres établissements. Le PDG reconnait cependant que tout ce qui a été mis en place demande des fonds conséquents et qu’il serait difficile pour les petites entreprises d’emboîter le pas.