Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 25 janvier 2021

Les effets de la pandémie sur la dette à long terme des pays

Sur le plan économique, les effets de la pandémie de coronavirus se feront longtemps sentir dans les pays développés. En effet, avec le confinement et la fermeture des frontières, de nombreux gouvernements ont mis en place des mesures économiques pour soutenir leurs entreprises et ainsi garder à flot l’économie du pays. Cependant, ces prêts représentent un risque pour les entreprises dans la mesure où ils augmentent leurs dettes. En outre, la dette s’accumule également pour les pays. Selon l’Institute for International Finance (IFF) dans un article.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publié sur CNBC, la dette mondiale pourrait atteindre 277 000 milliards de dollars américains d’ici la fin de l’année 2020.

Sonja Gibbs, directrice à l’IIF, affirme que les gouvernements des pays développés risquent de se retrouver dans une situation de « stagflation » parce qu’ils n’ont pas songé à réduire leur niveau d’endettement quand tout allait bien. La stagflation est caractérisée par la stagnation des activités, de la production ou une croissance économique lente et par l’inflation des prix. Par conséquent, les investisseurs qui choisiraient d’investir dans des obligations d’État pour leur stabilité pourraient se retrouver avec des investissements à haut risque. D’ailleurs, la Chine.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et le Royaume-Uni.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. ont tous les deux vendu leurs premières obligations d’État à des taux négatifs.

Une obligation à rendement négatif signifierait que le gouvernement est payé pour emprunter. En effet, les investisseurs dans ce cas font le pari que les taux resteront bas et que les prix augmenteront. Mais il n’y a pas de garantie, car si les taux commencent à monter, le prix de l’obligation va diminuer.