Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 25 janvier 2021

Le microtraitement des commandes accélère la vitesse de livraison des produits

Selon SupplyChainDive, le microtraitement des commandes (microfulfillment) est une des tendances les plus en vogue dans l’évolution de la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit essentiellement d’une stratégie de traitement de commandes des clients à partir d’emplacements proches de ceux-ci, par exemple les magasins de quartier.

Redwoodlogistics précise que ces minuscules centres entrepôts urbains, ou centres de microdistribution, sont souvent rattachés à des magasins de détail locaux ou intégrés dans le maillon de plus grands centres de distribution de la région. Ils utilisent des systèmes automatisés haut de gamme pour exécuter les commandes en ligne rapidement, plus efficacement et avec moins de personnel sur place.

Cette décentralisation et flexibilité accrue permettraient aux détaillants d’accélérer la vitesse de livraison de leurs produits et d’améliorer ainsi l’expérience client. CBInsights (juillet 2020) signale que la livraison en deux jours, qui était considérée comme un luxe il y a quelques années à peine, est maintenant devenue une norme de l’industrie. Ces progrès ont été obtenus grâce aux investissements massifs de gros joueurs – comme Amazon et Walmart – dans les infrastructures de livraison.

La popularité de ce modèle semble avoir grimpé en flèche en raison de la COVID-19. Selon Forbes, à cause de la pandémie, les dépenses totales en ligne ont atteint plus de 82 milliards de dollars en mai 2020, et les commandes en ligne avec ramassage en magasin (buy-online, pick-up-in-store ou BOPIS) ont augmenté de 195 %. Il s’agit d’une croissance qui, dit-on, aurait pris entre quatre et six ans dans des circonstances normales.

Cependant, déjà au début de l’année 2019, Forbes notait que les détaillants en alimentation adoptaient le microtraitement des commandes à cause de la croissance du commerce électronique et des occasions offertes par la vente de nourriture et de produits d’épicerie. Faisant référence à un rapport.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de CommonSense Robotics, Forbes soulignait que le point tournant a été l’année 2018 en raison des investissements massifs de 28 milliards de dollars américains effectués par Target, Amazon, Kroger et d’autres.

Bien que le microtraitement en magasin soit né d’une nécessité dans les épiceries, SupplyChainDive signale qu’il s’est étendu à d’autres secteurs de la vente au détail. Avec l’augmentation des achats en ligne et la consolidation du modèle BOPIS, les magasins physiques ont fait évoluer leurs arrière-boutiques, qui sont passées de simples lieux d’entreposage à des centres de traitement des commandes.

La popularité du microtraitement se manifeste dans l’apparition de consultants censés aider les détaillants à intégrer ce nouveau modèle d’affaires dans leurs stratégies. Forbes (octobre 2020) mentionne que pour chaque détaillant qui a pris la décision de conclure un accord avec une entreprise de microtraitement pour installer sa technologie de livraison, il y en a des dizaines d’autres qui ne savent simplement pas comment s’y prendre. Ultimement, cette décision est conditionnelle au choix d’une stratégie optimale afin que la technologie du microtraitement puisse apporter de la valeur au réseau de vente au détail.