Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 25 janvier 2021

Les usines intelligentes et l’avenir de la fabrication

Selon SupplyChainDive (décembre 2020), les responsables de la chaîne d’approvisionnement, dont les activités ont été ébranlées par la pandémie, peuvent contribuer à renforcer la résilience organisationnelle en adoptant le concept de l’usine intelligente (smart factory). Il s’agit, dit-on, d’une solution innovante et holistique qui améliore les capacités de la chaîne d’approvisionnement grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle, de l’Internet des objets (IdO) et de la robotique.

Ces technologies ont une incidence majeure sur la productivité et l’efficience. SupplyChainDive rapporte que les organisations qui adoptent l’usine intelligente voient une amélioration de 20 % en moyenne de l’efficacité de leurs actifs, car elles produisent plus rapidement avec moins d’efforts. Enfin, il semble que la qualité des produits dans les usines intelligentes connaisse une amélioration de 30 %, ce qui représente un élément clé de la satisfaction des clients dans un marché en pleine évolution.

Certes, déjà avant l’éclosion de la COVID-19, les entreprises avaient pressenti le potentiel de l’usine intelligente en tant qu’avantage concurrentiel critique. En effet, SupplyChainDive rappelle que selon un sondage mené en 2019 – conjointement avec le Manufacturer’s Alliance for Productivity and Innovation (MAPI) – 86 % des fabricants américains considéraient l’usine intelligente comme le principal vecteur de compétitivité pour les cinq prochaines années.

Toutefois, IndustryWeek.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. (juillet 2020) souligne que la distanciation sociale imposée par la pandémie a mis en évidence le potentiel de toute une série de nouvelles technologies telles que la réalité augmentée mobile et les outils de collaboration avancés. Ces outils permettraient aux usines de continuer leurs activités et de répondre aux nouvelles attentes des consommateurs qui, à ce qu’il paraît, privilégient désormais l’économie de la mobilité.

SDC Executive (octobre 2020), faisant référence à un rapport.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de Deloitte et de MAPI, signale que plus de 70 % des hommes d’affaires interrogés sont modérément ou extrêmement préoccupés par les conséquences de la pandémie sur les activités, l’offre et la demande, ainsi que par l’atteinte des objectifs de rentabilité. Cette incertitude semble propulser l’adoption d’initiatives de fabrication intelligentes pouvant stimuler l’agilité, la vitesse et les performances.

Il semble que la numérisation doive être combinée avec les partenariats pour obtenir de meilleurs résultats. Une autre étude de MAPI CEO Survey.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. suggère que l’approche écosystémique peut aider les entreprises à garder le cap, à accélérer la transformation numérique et à stimuler la productivité et les performances. En fait, selon cette étude, les fabricants intégrés dans des écosystèmes ont connu un rythme de maturité numérique et de livraison de nouveaux produits et services deux fois plus rapide que les entreprises en silo organisationnel. De plus, ils avaient réussi à opérationnaliser 31 % de leurs projets comparativement à 15 % pour ces dernières.