Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Europe - 25 janvier 2021

Ces jeunes qui préfèrent travailler à temps partiel

Décidément, l’année 2020 aura été l’année des nouveautés sur le marché du travail. On constate en effet une nouvelle tendance chez les jeunes professionnels : leur préférence de plus en plus marquée pour l’emploi à temps partiel. Un article.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publié dans le magazine Les Echos Start indique que 39 % des jeunes de 18 à 29 ans privilégient un équilibre entre leur vie personnelle et le travail. À la lumière des témoignages qui ressortent dans l’article, cette décision résulte de leur expérience professionnelle. Leurs emplois à temps plein étaient si prenants que le besoin d’équilibre s’est automatiquement manifesté comme une condition de survie, d’où la préférence pour le temps partiel.

Le nombre de jeunes qui choisissent le temps partiel dès le début de leur carrière est cependant minime, et il s’agit majoritairement de femmes. D’après l’enquête sur l’emploi de l’Institut national de la statistique et des études économiques de l’année 2018, « 18 % des femmes salariées trentenaires étaient à temps partiel à leur initiative, contre 2 % des hommes de la même tranche d’âge ». Les raisons avancées sont diversifiées : raisons familiales, reprise des études, changement de carrière, disposition de plus de temps libre, etc. Les jeunes qui sont passés du temps plein au temps partiel ont dû tout de même faire une concession et accepter une baisse de revenus, mais ils consentent volontiers à faire ce sacrifice financier.

Cette tendance nous amène à voir différemment l’avenir de l’emploi dans le monde. En effet, les jeunes qui ont pris cette décision avaient des emplois bien rémunérés avec beaucoup de responsabilités. Les effets usuels de la surcharge de travail se sont donc fait sentir. En conséquence, le temps partiel est apparu comme la solution pour décrocher et prendre soin de soi. On peut y percevoir en outre une petite rébellion contre la conception traditionnelle du travail, selon laquelle on travaille fort pendant sa jeunesse pour mieux jouir de sa retraite. Serait-il possible que dans un avenir proche, le temps partiel devienne une norme acceptable? Quoi qu’il en soit, les compagnies devraient se préparer à offrir cette possibilité afin de garder les employés compétents.