Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 12 janvier 2021

Le rôle essentiel des travailleurs peu qualifiés dans l’économie

Dans une analyse.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publiée sur le site Project Syndicate, Edoardo Campanella, membre du Center for the Governance of Change.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de l’Université IE de Madrid, avance qu’avant la pandémie de la COVID-19, le rôle de la main-d’œuvre peu qualifiée dans l’économie était supposément en déclin. Sur le marché du travail perturbé par le numérique, où les professions du domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM) étaient à l’honneur, seuls les professionnels hautement qualifiés pouvaient espérer prospérer.

La pandémie a en partie démystifié ce récit, en révélant quels travailleurs sont vraiment essentiels. Il s’avère qu’il n’y a toujours pas de bons substituts technologiques pour les nettoyeurs de rues, les commerçants, les travailleurs des services publics, les livreurs en restauration, les camionneurs ou les chauffeurs de bus qui font fonctionner l’économie pendant les jours les plus sombres. Le fait que ces travailleurs les moins qualifiés soient résilients aux nouvelles technologies ne devrait pas être une surprise. Les révolutions industrielles précédentes ont suivi un schéma similaire.

L’innovation ne modifie pas la structure pyramidale traditionnelle du travail. Elle change plutôt la composition de la pyramide en la réalimentant en permanence avec des tâches nouvelles et plus sophistiquées tout en supprimant les tâches plus routinières grâce à l’automatisation. Derrière leurs façades rutilantes, la plupart des grandes entreprises technologiques d’aujourd’hui comptent beaucoup sur les travailleurs peu qualifiés. La situation est particulièrement évidente dans l’économie à la tâche ou à la demande.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Compte tenu des réalités de l’économie numérique, il n’y a aucune excuse pour considérer les emplois peu qualifiés comme étant synonymes d’emplois de mauvaise qualité.

Les travailleurs peu qualifiés resteront un élément central et indispensable de l’économie numérique. Les gouvernements et les entreprises doivent en faire davantage pour répondre aux besoins éducatifs des techniciens qualifiés, car même les tâches les plus élémentaires évolueront. Pour suivre le rythme de l’innovation, il faudra une mise à niveau continuelle des compétences afin de rester compétitif sur le marché du travail.

Par ailleurs, une étude.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. du Brookings Institution constate que si les bénéfices des grandes entreprises de vente au détail ont grimpé en flèche aux États-Unis pendant la pandémie, la rémunération de leurs travailleurs de première ligne – dans la plupart des cas – n’a pas suivi la même tendance. Au total, les principales entreprises de vente au détail ont réalisé en moyenne 16,9 milliards de dollars américains de bénéfices additionnels cette année par rapport à l’an dernier, une augmentation spectaculaire de 39 %. Et à quelques exceptions près, les travailleurs de première ligne dans le commerce de détail n’ont guère vu cette manne. Les 13 entreprises qui ont été étudiées ont augmenté le salaire de leurs travailleurs de première ligne de seulement 1,11 $ l’heure en moyenne depuis le début de la pandémie. Il s’agit d’une augmentation de 10 % qui, souvent, demeure trop faible pour répondre aux besoins de base d’une famille.