Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 8 décembre 2020

Les droits douaniers mis en place par l'administration américaine ont des effets positifs sur le secteur manufacturier

IndustryWeek.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. est d'avis que les droits douaniers imposés par l'Administration américaine sur certains produits étrangers ont contribué à la vitalité du secteur manufacturier des États-Unis. En effet, il semble que les droits de douane – qui oscillent entre 10 % et 25 % – mis en place au début de l'année 2018 dans certains secteurs industriels en plus de ceux appliqués un peu plus tard à la Chine ont offert aux fabricants américains une protection contre des importations fortement subventionnées.

De plus, renchérit IndustryWeek, selon le Reshoring Index.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., ce serait la première fois au 21e siècle que les fabricants américains sont en mesure de récupérer des parts de marché des importateurs à la dernière étape de la reprise économique. En 2019, dit-on, pour la première fois en six ans, la part de la demande manufacturière américaine satisfaite par les produits fabriqués aux États-Unis a augmenté.

Les effets psychologiques sur le secteur des affaires américain ne sont pas non plus à négliger. Puisque le gouvernement serait plus déterminé à soutenir les producteurs nationaux, ceux-ci sont plus portés à conclure des accords à long terme avec des fournisseurs et à renforcer les chaînes d'approvisionnement nationales.

Selon IndustryWeek, un autre indicateur de valeur pour mesurer les répercussions des droits douaniers est l'évolution du sous-secteur de l'informatique et de l'électronique, dans lequel les importations sont largement dominées par la Chine. Les données révèlent que la pénétration des importations dans ce secteur a diminué de plus de quatre points de pourcentage en 2019 pour s'établir à 67,6 %. Au deuxième trimestre de l'année 2020, ce pourcentage avait diminué à 61,2 % pour atteindre son niveau le plus bas depuis une décennie.

Il semble que les droits douaniers aient déclenché aussi une vague d'investissements dans certains secteurs ciblés comme la sidérurgie et les panneaux solaires, dans lesquels les producteurs américains possèdent désormais environ 30 % des parts de marché. Enfin, ce dynamisme semble avoir attiré l'intérêt d'entreprises étrangères qui voient les États-Unis comme un marché avantageux pour fabriquer et vendre leurs produits.

De plus, les effets sur la qualité des emplois sont un autre élément à considérer. Entre les mois de décembre 2016 et décembre 2019, les États-Unis ont ajouté 510 000 emplois dans le secteur manufacturier, selon les données du Bureau of Labor Statistics (BLS).  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. IndustryWeek précise que c'est la première fois au cours de ce siècle que les États-Unis réussissent à créer plus d'un demi-million d'emplois dans le secteur manufacturier durant une période si brève.

L'incidence sur les salaires est aussi considérable. Un rapport du Bureau du recensement indique que le revenu familial médian réel aux États-Unis a atteint 68 703 dollars en 2019, ce qui représente 6,8 % de plus qu'en 2018. Enfin, contrairement aux arguments des partisans de libre-échange, l'incidence des droits douaniers imposés par les États-Unis sur les prix ne semble pas perceptible. Les données du BLS de septembre 2020 montrent que le taux annuel d'inflation de base de la consommation se situe à 1,7 %.