Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 24 novembre 2020

Les déchets minéraux contre les changements climatiques

De nombreuses études sont en cours afin de lutter contre les changements climatiques. Une des pistes de solution que les scientifiques explorent est l’utilisation des déchets minéraux des mines pour extraire d’énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère. Un article.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. du MIT Technology Review parle de cette option, qui fait l’objet de nombreuses études visant à déterminer la quantité de dioxyde de carbone que les minéraux pourraient contenir.

Tout d’abord, il importe de comprendre que le principe de minéralisation est le principal mécanisme de captation de carbone que la nature utilise dans ce que l’on appelle le cycle lent du carbone. Ce cycle débute par le CO2 dans l’eau de pluie qui va dissoudre les roches basiques qui produisent divers composés. Ces derniers vont ensuite pénétrer dans les océans, où la vie marine convertira les minéraux en coquilles et en squelettes. Ils finiront par se transformer en roches.

Bien qu’il y ait assez de minéraux pour capter le CO2 qui est déjà émis dans l’atmosphère et plus encore, ceux-ci ne peuvent pas capter le carbone étant donné qu’ils sont enfermés dans la roche solide. C’est la raison pour laquelle des scientifiques explorent des moyens d’accélérer le processus de manière physique ou chimique.

De nombreuses études ont mis en lumière la forte capacité de certains types d’amiante fibreux à capter les molécules de dioxyde de carbone qui sont dissoutes dans l’eau de pluie ou qui voyagent dans l’air. Cette classe de composés cancérigènes résistants à la chaleur est particulièrement efficace. Or, ces minéraux représentent un risque sanitaire important et devront faire l’objet de nombreux tests de sécurité avant d’être exploités.

Bien que les minéraux représentent une voie intéressante pour lutter contre les changements climatiques, l’exploitation minière pour extraire ces minéraux est destructrice pour l’environnement, et le manque de terres disponibles pour cette activité représente un défi à surmonter. Toutefois, le plus grand défi est le coût élevé du processus par rapport à la plantation d’arbres.