Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 28 octobre 2020

La transition énergétique et la mobilité à l’hydrogène : un cas intéressant

Selon S&P Global.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., la transition énergétique correspond à la transition du secteur énergétique mondial des systèmes de production et de consommation d’énergie fossile – tels que le pétrole, le gaz naturel et le charbon – vers des sources d’énergie renouvelable comme le vent, l’énergie solaire et les batteries lithium-ion. Des développements intéressants sont déjà perceptibles dans la mobilité à l’hydrogène.

IndustryWeek.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. signale que Hyundai a récemment annoncé son intention de vendre aux États-Unis, d’ici l’année 2022, des camions alimentés avec des piles à hydrogène. Le déploiement commencerait par un programme pilote en Californie en 2021. Cette initiative s’ajoute aux activités des camions à hydrogène que Hyundai gère en Suisse, où dix camions à pile à combustible Xcient.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. ont été récemment expédiés. En tout, Hyundai lancera sur le marché 50 camions cette année et un total de 1 600 véhicules d’ici l’année 2025.

Notons qu’afin d’atténuer les contraintes liées à l’autonomie, qui est une des faiblesses des véhicules à hydrogène, Hyundai privilégierait des clients qui exploitent de grands parcs de camions, entre 3 000 et 5 000 véhicules, généralement avec des itinéraires déjà définis. Ainsi, Hyundai pourrait réduire le fardeau lié à la construction d’une infrastructure de recharge massive pour ces véhicules. 

Le constructeur Toyota s’active également. Il y a un an, L’UsiNouvelle.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. révélait l’intention de la compagnie de construire une nouvelle usine pour augmenter ses capacités de production de piles à hydrogène. Les prévisions voulant que les ventes de véhicules à hydrogène pourraient grimper à 30 000 unités par an après 2020 expliquent la décision du géant japonais. 

Un autre développement intéressant est l’établissement de partenariats entre les jeunes pousses (startups) et les gros joueurs qui possèdent plus de ressources pour mettre ce type de véhicules sur les routes. En septembre 2020, The Verge.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. mentionnait que General Motors Co. avait conclu un accord de partenariat avec  Nikola.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. pour lui fournir les piles à hydrogène qui alimenteront ses camionnettes électriques et ses semi-remorques, y compris la camionnette Badger.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Enfin, la capacité à produire de l’hydrogène à partir d’énergies renouvelables représente peut-être le développement qui rendra la pile à hydrogène véritablement compétitive par rapport aux batteries lithium-ion. Auto Express.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. note qu’une batterie au lithium produit 124 g/km de CO2 pendant son cycle de vie, ce qui est comparable aux émissions de la pile à hydrogène d’une Toyota Mirai (120 g/km de CO2).

Il est à noter cependant que si l’hydrogène était obtenu à partir de la biomasse au lieu du gaz naturel, les émissions d’une pile à hydrogène pourraient chuter à environ 60 g/km de CO2. Cette quantité est inférieure à ce que les véhicules électriques pourraient réussir à atteindre, même si leur électricité était produite à partir de sources renouvelables.