Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 28 octobre 2020

La COVID-19 accélère la réforme des soins de santé aux États-Unis

McKinsey.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. se penche sur les répercussions de la COVID-19 aux États-Unis et constate que la crise sanitaire amène des changements profonds dans la prestation des soins de santé. Il s’agirait, selon McKinsey, d’une « grande accélération.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. » qui serait visible dans plusieurs tendances susceptibles de transformer le système de soins de santé américain dans la période post-COVID-19.

Cette réforme serait motivée d’abord par la pérennisation des dérogations introduites pendant la pandémie, par exemple l’expansion de l’accès à la télésanté. Les mesures adoptées pour fortifier le système de santé en prévision de nouvelles pandémies constituent un autre vecteur de réforme. Il est question notamment de redresser les maillons faibles de la chaîne d’approvisionnement médicale et de développer l’habileté à faire évoluer la capacité des soins intensifs et de la main-d’œuvre clinique. Enfin, la possibilité qu’environ 10 millions de travailleurs puissent perdre leur couverture de soins de santé parrainée par l’employeur en 2021 à cause de la COVID-19 confirme la pertinence d’une réforme.

Une autre tendance vers la réforme est le besoin d’universaliser les soins de santé pour s’attaquer à une série de conditions sanitaires et sociales qui auraient amplifié les effets de la COVID-19. McKinsey mentionne notamment les difficultés d’accès aux soins de santé – qui touchent 60 millions d’Américains – auxquelles s’ajoutent les défis posés par d’autres facteurs, tels que la vulnérabilité des gens qui souffrent de maladies chroniques, les défis liés à la santé mentale, les besoins sociaux non satisfaits et l’inégalité ethnique.

La réforme des soins de santé semble également encouragée par l’innovation technologique qui, selon McKinsey, pourrait ouvrir la voie à une amélioration exponentielle de la prestation des soins de santé.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Les analystes estiment que les nouvelles applications technologiques permettraient d’améliorer la compréhension de l’état de santé des patients et favoriseraient des prestations plus pratiques et personnalisées. McKinsey prévoit que les nouvelles technologies pourraient générer dans ce secteur entre 350 et 410 milliards de dollars américains en valeur annuelle d’ici l’année 2025.

Un rapport de McKinsey.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. montre que les systèmes de santé, les soins primaires et les pratiques de santé comportementale affichent des augmentations de plus de 50 à 175 fois le nombre de visites de télésanté de ce qu’ils avaient précédemment et que la taille potentielle du marché des soins virtuels pourrait atteindre environ 250 milliards de dollars.

Enfin, en ce qui concerne la révolution technologique, McKinsey est d’avis que la COVID-19 a accéléré la tendance à la fragmentation de la prestation des soins de santé. Cela est visible dans le transfert des soins des hôpitaux vers des sites distribués où ces prestations seront intégrées en fonction des besoins des patients grâce à des écosystèmes de technologies numériques et l’analyse de données. Il est suggéré que les grands fournisseurs de soins de santé qui sont géographiquement diversifiés résistent mieux aux conséquences financières de la COVID‑19.