Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 28 octobre 2020

La naissance d’une économie agitée

La crise sanitaire actuelle a permis de mettre en lumière l’échec de l’économie du concert, communément appelée « économie des petits boulots » (gig economy) et a donné naissance à une économie dite agitée (hustle economy). Un article du site OneZero.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. présente cette nouvelle économie.

L’économie agitée est un marché du travail en ligne dans lequel les travailleurs dépendants de la plateforme vont créer et monétiser leurs propres produits numériques. L’économie de concert, quant à elle, est une réalité économique dans laquelle de multiples travailleurs indépendants et sous-traitants sont payés à la tâche et non au mois par un employeur unique. Les deux types d’économies ont des similitudes telles que la possibilité de choisir ses heures de travail et la nécessité d’une plateforme pour réussir. Toutefois, l’économie agitée diffère en raison du travail individualisé et autodirigé par le créateur du produit qui ne peut se substituer à un autre créateur.

Peu de gens ont réussi à se bâtir une carrière à plein temps dans l’économie agitée. Ils sont toutefois plus nombreux à tenter leur chance sur les diverses plateformes depuis la crise, même si cela demande un investissement important avant de pouvoir en retirer des bénéfices.

L’économie des petits boulots et de l’emploi traditionnel ne permettait pas aux travailleurs d’avoir une autonomie et une capacité d’agir. La montée de l’économie numérique grâce à l’Internet devait remédier à la situation. Les travailleurs de l’économie agitée dépendent des plateformes, qui sont pourtant censées les autonomiser. Les plateformes prennent une partie des revenus des travailleurs et peuvent modifier les conditions d’utilisation de leurs sites.

La montée de l’économie agitée peut être considérée comme un triomphe de l’innovation technologique et de la créativité humaine ou, au contraire, comme l’échec de l’économie traditionnelle et du filet de sécurité sociale. Sans aucun doute, la pandémie a modifié la manière de faire des affaires.