Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 12 juin 2020

La pandémie donne un nouvel élan à la démondialisation

Une analyse de Douglas A. Irwin.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. diffusée sur le site du Peterson Institute for International Economics (PIIE) indique que non seulement la mondialisation est en recul pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, mais que la pandémie actuelle en accélère le mouvement.

Dans son analyse.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., l’auteur retrace les périodes distinctes de la mondialisation depuis l’année 1870 en prenant comme critère l’indice d’ouverture des marchés mondiaux, soit le rapport entre les exportations mondiales et le produit intérieur brut mondial. La période de la libéralisation économique a vu la suppression des barrières commerciales dans les grands marchés émergents et a conduit à des niveaux sans précédent de coopération économique internationale, avec un sommet à 61,1 % en 2008. Depuis ce sommet, l’intégration économique enregistre un recul. Elle est passée à 53,5 % en 2017, ce qui inaugure une ère baptisée « slowbalization .  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. » ou même une ère de démondialisation.

La croissance des échanges commerciaux a été anormalement faible.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. ces dernières années. Le volume du commerce mondial a en fait chuté en 2019, même si l’économie mondiale a connu une croissance assez régulière. Plusieurs facteurs sont en jeu : la courbe de croissance des chaînes de valeur mondiales s’est aplatie, et le programme des réformes est au point mort dans le monde.

Depuis l’année 2008, la Chine.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et les États-Unis se sont repliés sur eux-mêmes en érigeant des barrières commerciales pour les importations qui ont perturbé les chaînes d’approvisionnement mondiales et provoqué la propagation de barrières commerciales ailleurs. Les États-Unis ont également lancé une guerre commerciale.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. contre la Chine pour ses pratiques commerciales déloyales, ce qui a considérablement réduit le commerce bilatéral.

L’expert avance que la COVID-19 pousse l’économie mondiale à abandonner le processus d’intégration économique mondiale, alors que les décideurs politiques et les chefs d’entreprises se demandent maintenant si les chaînes d’approvisionnement mondiales sont trop étendues. Les préoccupations en matière de sécurité nationale et de santé publique fournissent de nouvelles justifications au protectionnisme.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., en particulier pour les équipements médicaux et la sécurité alimentaire en mettant l’accent sur l’approvisionnement national. Même si ce retrait ne marquera pas la fin de la mondialisation, cette dernière peut être inversée, du moins partiellement.

L’expérience suggère également que la peur conduit les pays à se replier sur eux-mêmes. De nombreux pays réévaluent désormais leur dépendance commerciale. Phil Hogan, commissaire européen au commerce, a déclaré que « nous devons réfléchir à la manière de garantir l’autonomie stratégique de l’Union européenne ». Scott Morrison.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., premier ministre australien, a déclaré ceci au Parlement : « Le commerce ouvert a été au cœur de notre prospérité au fil des siècles. Mais nous devons également examiner attentivement notre souveraineté économique nationale. » Le Japon.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. a également commencé à examiner sa chaîne d’approvisionnement et se questionne sur la façon de se libérer de sa dépendance envers la Chine et d’augmenter sa production intérieure.

Le risque de réaction excessive et de glissement vers le protectionnisme est aggravé par l’échec de leadership aux États-Unis, ce qui laisse un vide dans le système commercial mondial. L’absence d’une réponse coordonnée et coopérative pourrait accélérer la montée de politiques destructrices jamais vues depuis les années 1930.