Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 1 juin 2020

Une nouvelle méthode pour atteindre l’efficacité énergétique

En raison des progrès technologiques, la société est de plus en plus énergivore. Elle fait également face à un enjeu important : les changements climatiques dus, en partie, à la pollution qu’engendre cette demande énergétique. Des chercheurs de partout travaillent actuellement à améliorer les performances des systèmes énergétiques et les systèmes de stockage d’énergie pour combler cette demande croissante. Une des techniques récemment mises au point et présentées sur le site TechXplore.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. consiste à récolter la chaleur perdue au cours du processus énergétique.

Tout d’abord, il faut savoir que les matériaux thermoélectriques peuvent convertir la chaleur en électricité ou vice-versa. Toutefois, ceux-ci sont limités par les défis de fabrication et de matériaux, qui imposent de pouvoir couvrir de grandes surfaces potentiellement complexes en maintenant la rentabilité. Des scientifiques du laboratoire national Lawrence Livermore ont élaboré une technique de fabrication additive, le dépôt par pulvérisation à froid. Cette technique permet de récupérer la chaleur perdue provenant de sources auparavant inaccessibles comme les tuyaux aux géométries complexes.

La quantité de chaleur perdue par l’industrie américaine est évaluée à 13 quadrillions, soit 10 yottas de BTU (British Thermal Unit). En comparaison, 3 600 BTU équivalent à 1 kilowattheure.

Les matériaux thermoélectriques sont de bons conducteurs d’électricité, mais de mauvais conducteurs de chaleur, ce qui occasionne des pertes tout au long du chemin que parcourt le courant électrique. Les chercheurs ont donc utilisé la pulvérisation à froid pour isoler les matériaux afin d’aider la conduction de la chaleur vers un point précis où celle-ci peut être récupérée.

La technique de pulvérisation à froid est déjà couramment utilisée pour faire de la réparation localisée et pour rendre fonctionnelle une surface ainsi que comme traitement contre la corrosion. Elle était toutefois limitée aux matériaux malléables, mais difficile à appliquer pour les matériaux fonctionnels qui sont cassants.