Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Europe - 1 juin 2020

Le gouvernement britannique lance un plan équivalant à 2,18 G$ canadiens pour soutenir les jeunes pousses en difficulté

Le journal Financial Times rapporte.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. que le gouvernement investira dans certaines des jeunes pousses (start-ups) les plus innovantes du Royaume-Uni dans le cadre d’un plan de sauvetage de 1,25 milliard de livres sterling (2,18 milliards de dollars canadiens) pour les entreprises soutenues par du capital-risque qui luttent pour leur survie.

Le chancelier.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. doit lancer un Future Fund, un fonds de co-investissement de 500 millions de livres sterling (873 millions de dollars canadiens) pour les entreprises à forte croissance qui sont soutenues par leurs bailleurs de fonds en capital-risque et qui sont touchées par la crise, en associant l’argent du secteur privé à des prêts soutenus par l’État qui peuvent se transformer en prise de participation. Les petites entreprises axées sur la recherche et le développement peuvent également déposer une demande pour un nouveau fonds de 750 millions de livres sterling (1 309 milliards de dollars canadiens) en subventions et en prêts.

Les ministres à la tête du gouvernement considèrent les entreprises à croissance rapide qui réalisent des recherches innovantes comme des candidats cruciaux pour soutenir l’État pendant la pandémie, alors que les inquiétudes montent concernant la perte potentielle de technologies révolutionnaires qui pourraient soutenir la croissance économique future. Ces petites entreprises, souvent basées sur la technologie, occasionnent généralement des pertes en cherchant à se développer, ce qui les rend inadmissibles aux programmes de sauvetage existants.

L’initiative a été portée par le chancelier, un ancien investisseur de fonds spéculatifs qui a eu l’idée de la structure de prêts convertibles, qui permettrait au gouvernement de prendre des participations dans les entreprises à un coût réduit à moins que la dette ne soit remboursée. Ainsi, le prêt du gouvernement sera automatiquement converti en une prise de participation dans la jeune pousse avec une décote de 20 % par rapport à l’évaluation fixée lors de son prochain cycle de financement, à moins que la dette ne soit remboursée dans les trois ans. Cette approche évite d’avoir à évaluer la valorisation d’une jeune pousse au milieu de la crise actuelle.

Pour sa part, le Future Fund de 500 millions de livres sterling fournira aux entreprises britanniques entre 125 000 (218 000 dollars canadiens) et 5 millions de livres sterling (8,73 millions de dollars canadiens) tant que les liquidités seront au moins égalées par les investisseurs privés. Les jeunes pousses doivent avoir levé au moins 250 000 livres sterling (436 000 dollars canadiens) auprès d’investisseurs privés au cours des cinq dernières années pour pouvoir bénéficier du programme.

Un expert du milieu du capital de risque estime que le gouvernement devrait concentrer son soutien sur les entreprises à un stade plus avancé qui ont fait leurs preuves plutôt que sur les entreprises au stade d’amorçage qui ont un risque élevé d’échec, même dans le contexte d’une économie stable.

Le programme britannique fait suite à des efforts similaires en France.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et en Allemagne pour soutenir les jeunes pousses locales. Le gouvernement français a dévoilé en mars un plan de 4 milliards d’euros (6,13 milliards de dollars canadiens), composé d’un financement provisoire, de garanties de prêts et d’allégements fiscaux, tandis que l’Allemagne a proposé 2 milliards d’euros (3,07 milliards de dollars canadiens) pour soutenir ses jeunes pousses il y a 3 semaines.