Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 1 juin 2020

Le modèle mis au point par McKinsey pour récupérer et réutiliser les plastiques

Bien que les déchets plastiques constituent un problème mondial, ils sont générés localement, et pour résoudre le problème, il faudra des solutions à l’échelle locale. La recherche.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. derrière le modèle de récupération et de réutilisation des plastiques du cabinet de conseil McKinsey & Company est basée sur une analyse et une modélisation détaillées de l’utilisation des plastiques et des flux de déchets à travers quatre dimensions.

Les éléments qui pourraient jeter les bases d’un système de recyclage réussi – une économie circulaire pour les plastiques – sont bien reconnus. Le premier consiste à concevoir ou à repenser des produits en plastique pour qu’ils soient recyclables. Le deuxième comprend la mise en place de systèmes efficaces pour récupérer les plastiques en fin de vie. Le troisième élément, quant à lui, est de réutiliser les plastiques récupérés en les recyclant, en les transformant en nouveaux produits.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. qui créent de la valeur. À ce jour, toutefois, les investissements pour faire de ce potentiel une réalité ont été relativement faibles. À l’échelle mondiale, environ 15 % des plastiques produits chaque année sont recyclés.

Qu’est-ce qui explique ce paradoxe? Les facteurs qui contribuent au problème des déchets plastiques sont complexes et soulèvent des enjeux allant du choix du consommateur à la sécurité de l’approvisionnement alimentaire en passant par les systèmes de fabrication bien établis. Le potentiel apparemment inépuisable des plastiques pour répondre aux demandes des consommateurs est plus avantageux que celui des autres matériaux, en particulier dans les emballages.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Cela a favorisé la forte croissance des plastiques, en moyenne de 6 % par an depuis l’année 1965. En revanche, cette situation s’est produite au détriment de la capacité de la société à gérer les volumes de déchets plastiques, malgré le potentiel évident de moyens de réutilisation économiquement viables disponibles.

Ce n’est pas le genre de défi qui sera résolu d’un seul coup. Un large éventail d’approches adaptées aux besoins de recyclage des différents plastiques – applications et systèmes régionaux de gestion des déchets – sera nécessaire. Et tandis que les déchets plastiques sont devenus un problème environnemental très important dans les régions où les déchets sont en grande partie non gérés, les recherches de McKinsey montrent que la mise en œuvre de ces approches dans les marchés développés pourrait également améliorer les taux de recyclage.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Mais le grand nombre d’approches possibles et la difficulté à évaluer les options contribuent probablement à la lenteur des progrès réalisés jusqu’ici. Il est difficile de déterminer ce qui rendrait une économie circulaire pour les plastiques économiquement réalisable, notamment en raison des différents aspects économiques des plastiques recyclés et des résines vierges. Il n’y a pas eu non plus d’évaluation de la création de valeur pleinement intégrée de ces éléments pour les milliers de résines, d’applications et de combinaisons géographiques différentes.

Enfin, les recherches entreprises par McKinsey montrent que la fragmentation actuelle de la chaîne de valeur et la nature régionale des systèmes de gestion des déchets représentent un autre obstacle au progrès. Cela freine le dialogue entre les partenaires potentiels de la chaîne de valeur sur les corrections à apporter pour accélérer le développement d’une économie circulaire pour les plastiques et sur la mise à l’essai de différentes approches pour obtenir des résultats à plus forte valeur ajoutée. L’incertitude persiste quant à la future réglementation – par exemple, la taxation du CO₂ – tandis que des propositions trop simplistes pour résoudre le problème des déchets plastiques continuent de circuler, ce qui rend la question encore plus confuse.