Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Canada - 1 juin 2020

Éliminer les obstacles qui empêchent les jeunes entreprises de prendre de l’expansion

Dans un commentaire.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. publié dans le journal The Globe and Mail, deux professeures spécialisées en entrepreneuriat et en innovation de l’Université Wilfrid Laurier à Waterloo en Ontario expliquent les déterminants de la croissance des jeunes entreprises en expansion très dynamiques qui ont su prouver la robustesse de leur modèle d’affaires (scale-ups) et le type d’aide dont elles ont vraiment besoin.

Dans le passé, les incubateurs ont été largement promus comme le meilleur moyen d’aider les entrepreneurs à transformer leurs idées brillantes en jeunes pousses (start-ups). Puis, sont venus les accélérateurs, qui mettent ces jeunes pousses sur le marché. Aujourd’hui, nous savons que les entreprises à forte croissance représentent plus de 63 % de l’augmentation nette de l’emploi.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Après avoir étudié des centaines d’entreprises technologiques canadiennes, les professeures Anne Domurath.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et Nicole Coviello.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. ont défini certaines caractéristiques essentielles qui permettent de distinguer les entreprises au fort potentiel de croissance.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. des autres jeunes pousses.

Premièrement, la capacité à prendre de l’expansion ne dépend pas de l’âge ni de la taille, mais plutôt du stade atteint par une entreprise au moment où elle est capable de maîtriser un concept éprouvé et de se tourner vers un public beaucoup plus large grâce à une expansion géographique ou à la pénétration de marchés. L’entreprise accomplit cela en tirant parti de diverses économies d’échelle.

Deuxièmement, la mise à l’échelle ne se limite pas à une technologie évolutive, bien que cela puisse certainement aider. Une entreprise en expansion gère ses processus internes, ses employés et ses marchés de manière bien différente d’une jeune pousse qui cherche encore à grandir.

L’une des meilleures façons de saisir la différence entre croissance (growing) et mise à l’échelle (scaling) est de considérer l’évolution de la gestion de l’entreprise. Les jeunes pousses sont souvent dirigées par un seul fondateur ou un petit groupe possédant des connaissances spécialisées dans un domaine particulier, tandis qu’une entreprise en expansion se caractérise par une équipe de direction diversifiée et largement expérimentée. L’entreprise en expansion a également élargi sa base de talents, bâti des systèmes internes solides et acquis la flexibilité pour se déplacer rapidement vers de nouveaux marchés. En bref, comparativement à une jeune pousse, une entreprise en expansion a connu une période de croissance interne transformationnelle.

Le plus grand obstacle auquel font face les entreprises en expansion canadiennes demeure l’accès à des talents en gestion qui sont capables de faire passer des entreprises prometteuses à des stades avancés de développement. Un récent document de travail.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a déterminé l’incapacité à retenir des gestionnaires hautement qualifiés, en particulier dans le marketing et les ventes, comme « un obstacle majeur à la croissance » au Canada.

Selon un spécialiste, l’écosystème canadien est beaucoup plus jeune que celui de la Silicon Valley, ce qui signifie qu’il y a moins de personnes disponibles qui ont déjà traversé tout le processus de mise à l’échelle. Pour aider à accélérer le développement de ces jeunes entreprises, il faut vraiment des équipes entières qui l’ont déjà fait deux ou trois fois auparavant, affirme-t-il.

Une option consiste à aider les entreprises ayant le potentiel d’une plus grande mise à l’échelle à développer des compétences en gestion clés qui leur font défaut grâce à un enseignement et à un mentorat spécialisés. C’est l’objectif du programme Lazaridis ScaleUp.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Une autre option consiste à créer un réseau national de gestionnaires expérimentés qui peuvent offrir des conseils et un soutien aux jeunes entreprises en expansion prometteuses dans le style du groupement ScaleUp Nation.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. basé à Amsterdam.