Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 19 mai 2020

La collaboration des sociétés pharmaceutiques est essentielle pour lutter contre la COVID-19

Selon MITSloan.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., les sociétés pharmaceutiques sont appelées à jouer un rôle absolument central dans la lutte contre la COVID-19. Elles possèdent le savoir-faire scientifique, les capacités de gestion ainsi que les capacités physiques et technologiques pour développer un vaccin contre le virus.

Selon sa vitesse de réaction, dit-on, cette industrie aurait la chance d’améliorer sa réputation auprès du public, qui est ternie depuis des années par des pratiques de commercialisation illégales, des scandales de corruption et des prix excessifs pour les médicaments vitaux. En revanche, si les sociétés pharmaceutiques ne sont pas capables de collaborer pour développer un vaccin et des traitements susceptibles de répondre efficacement aux besoins de la population, leur légitimité pourrait se voir compromise.

Selon MITSloan, l’industrie pharmaceutique a répondu à ces inquiétudes en investissant massivement dans la recherche-développement pour mettre au point des produits qui visent à protéger la santé publique. Cependant, le cycle de développement des médicaments est extrêmement coûteux. Il peut atteindre plus d’un milliard de dollars, sans aucune garantie que ces investissements seront rentables.

Cette contrainte expliquerait la concurrence accrue dans l’industrie pharmaceutique, où l’on constate la présence d’une myriade d’entreprises qui tentent constamment de déjouer et de devancer leurs rivaux. L’objectif est toujours de réussir une innovation exceptionnelle dans le développement de nouveaux et de meilleurs médicaments et vaccins ainsi que de concevoir des processus plus efficaces pouvant apporter une performance et un retour sur l’investissement extraordinaires.

Cependant, cette concurrence féroce pourrait représenter un handicap sévère dans la lutte contre la COVID-19. C’est la raison pour laquelle MITSloan est d’avis que les sociétés pharmaceutiques doivent trouver de nouvelles façons de travailler en partenariat, comme le préconisent déjà certains scientifiques. Une suggestion intéressante est le partage des résultats de la recherche entre les entreprises concurrentes et les universités afin d’accélérer le développement de traitements contre le coronavirus. Cette option pourrait se matérialiser par la mise en place de coentreprises autonomes qui se consacrent à la COVID-19.

Une autre possibilité est que le gouvernement autorise les entreprises à travailler conjointement sans les restrictions antimonopolistiques habituelles. Enfin, les gouvernements et les systèmes de santé publique pourraient travailler à mettre en commun les brevets et encourager les entreprises à partager le fardeau des coûts de la recherche.

Une autre avenue est la mise en place d’équipes de travail pour élaborer de nouveaux médicaments. MITSloan estime qu’une entreprise individuelle qui aurait réussi à développer un nouveau médicament ne serait pas en mesure de répondre à la demande mondiale en raison, notamment, des chaînes logistiques perturbées et des exigences de distanciation sociale qui ralentissent la production. C’est pour cette raison, dit-on, que les entreprises devront mutualiser leurs capacités afin d’accélérer le développement et la distribution de nouveaux vaccins.