Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 19 mai 2020

L’avenir de l’intelligence artificielle selon deux experts

L’avenir de l’intelligence artificielle (IA) soulève beaucoup de débats philosophiques et techniques. Un article du Massachusetts Institute of Technology (MIT).  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. fait référence à une entrevue entre deux experts de l’IA qui ont des approches différentes de la technologie.

Danny Lange, le vice-président de l’IA et de l’apprentissage automatique chez Unity technologie, une compagnie montréalaise, et Gary Marcus, professeur à l’Université de New York, sont deux experts émérites dans ce domaine. L’approche de monsieur Lange est davantage axée sur l’apprentissage profond (deeplearning) de la technologie. Cette approche est basée sur des systèmes multiagents, c’est-à-dire une communauté d’agents autonomes qui évoluent dans un environnement commun et qui collaborent afin d’arriver à un objectif global. Ainsi, chaque partie du système a une fonction précise et collecte des données afin de les transmettre aux diverses parties concernées dans le but de prendre une décision. Cette forme d’intelligence est dite collective. Elle ne constitue pas une réplication du cerveau humain, mais elle privilégie plutôt l’apprentissage de l’IA par elle-même.

Quant à monsieur Marcus, il privilégie plutôt une approche hybride. En effet, pour éviter les lacunes inhérentes à l’apprentissage profond, il importe de le combiner avec une IA classique ou symbolique qui tente d’imiter le cerveau humain. Cette approche consiste à avoir une pensée plus large et plus ouverte concernant les diverses possibilités de l’IA.

La plus grande différence entre les deux approches est de savoir si les ingénieurs humains donnent des informations au système ou si le système apprend de lui-même.

En résumé, il existe différentes approches pour aborder l’IA, et chacune d’entre elles comporte un lot de défis technologiques et éthiques. Le débat entre les deux camps démontre une bataille pour l’avenir de la technologie.