Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 19 mai 2020

Alors que la récession causée par la COVID-19 se propage, les robots se tiennent aux aguets

Selon une analyse.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. du Brookings Institution, toute récession liée au coronavirus est susceptible d’entraîner une montée de l’automatisation dans le monde du travail.

L’infiltration de robots dans la main-d’œuvre ne se fait pas à un rythme régulier et progressif. Au lieu de cela, l’automatisation se produit en rafales, concentrée en particulier dans les périodes difficiles, notamment à la suite de chocs économiques lorsque la main-d’œuvre devient relativement plus onéreuse à mesure que les revenus des entreprises diminuent rapidement. Durant ces périodes, les employeurs se défont des travailleurs moins qualifiés et les remplacent par de la technologie et des travailleurs plus qualifiés, ce qui a pour effet d’augmenter la productivité du travail à mesure que la récession s’amenuise.

Plusieurs économistes ont souligné la nature cyclique de l’automatisation. Nir Jaimovich de l’Université de Zurich et Henry E. Siu de l’Université de la Colombie-Britannique ont signalé.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. qu’au cours des trois récessions des 30 dernières années, 88 % des pertes d’emplois ont touché des emplois qualifiés de « routiniers » et automatisables. Pour leur part, Brad J. Hershbein du W.E. Upjohn Institute et Lisa B. Kahn de l’Université de Rochester ont examiné.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. près de 100 millions d’offres d’emplois en ligne avant et après la Grande Récession (2008). Ils ont constaté que les entreprises des régions métropolitaines durement touchées remplaçaient régulièrement les travailleurs qui effectuaient des tâches « routinières » automatisables par un mélange de technologie et de travailleurs plus qualifiés.

Ainsi, même si dans des entreprises comme Amazon.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et Walmart.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., les robots remplaçaient déjà les travailleurs pendant les périodes d’expansion économique, leur afflux a tendance à augmenter durant les récessions. Cela n’est pas une excellente nouvelle pour les travailleurs.

Comme le suggère une autre étude.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de la Brookings portant sur les tendances de l’automatisation en 2019 aux États-Unis, ce sont les travailleurs à faible revenu, les jeunes et les travailleurs de couleur qui seront vulnérables si cette pandémie entraîne une récession. La poussée de l’automatisation affectera probablement les professions les plus « routinières », soit les emplois dans des domaines tels que la production, la restauration et les transports, par exemple.

La recherche a montré que pour quelque 36 millions d’emplois, la possibilité d’automatisation est « élevée » aux États-Unis. Les dommages aux chaînes d’approvisionnement industrielles mondiales causés par la pandémie montrent la vulnérabilité des régions manufacturières traditionnelles américaines, non seulement dans le secteur de la fabrication, mais aussi dans celui des services.

Tout ralentissement économique entraînera probablement un nouvel épisode de changement structurel sur le marché du travail et la demande de compétences. S’il se prolonge pendant un certain temps, le ralentissement pourrait inciter les entreprises dans les secteurs des services alimentaires, de la vente au détail et du travail administratif à restructurer leurs activités de manière à recourir davantage à la technologie et à des travailleurs plus qualifiés.