Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

France - 6 avril 2020

« Faire de la France une économie de rupture technologique »

Le rapport « Faire de la France une économie de rupture technologique.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. » s’inscrit dans les travaux sur le Pacte productif.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Il vise à construire un nouveau modèle français respectueux de l’environnement pour atteindre le plein emploi à l’horizon 2025-2030.

Le rapport propose des marchés émergents pour lesquels l’État est en mesure de définir une stratégie de soutien. Ces marchés conjuguent des bases technologiques françaises solides et des réponses à de grands défis sociétaux, tels que protéger l’environnement, être en bonne santé, mieux se nourrir ou garantir la souveraineté (notamment la souveraineté numérique). Il s’agit également de répondre à une concurrence internationale intense qui menace l’économie française de déclassement.

Le collège d’experts, construit autour du Conseil de l’innovation.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., propose ainsi de retenir 22 marchés clés, dont 10 marchés prioritaires. Sur chacun de ces marchés émergents, la France a le potentiel de jouer un rôle de leader. Le gouvernement entend effectuer une sélection finale des marchés prioritaires et élaborer, dans le cadre du Pacte productif et avec les acteurs concernés, des stratégies d’accélération ambitieuses.

L’annexe IV du rapport propose des éléments d’étalonnage internationaux, notamment trois typologies d’intervention au niveau des politiques industrielles en fonction de la manière dont les États équilibrent leur combinaison de mesures :

  • La planification industrielle : la Chine dispose d’une politique industrielle ciblée selon les secteurs. Le plan « Made in China 2025 » vise à moderniser l’industrie et fixe pour objectif le leadership mondial de dix industries clés afin de diminuer la dépendance à certaines technologies étrangères.
  • L’interventionnisme discrétionnaire : les États-Unis, en apparence du moins, mettent en œuvre essentiellement une politique non orientée selon les secteurs (« Buy American Act », fiscalité, crédit d’impôt, politique de concurrence, etc.). Cependant, l’État fédéral soutient directement plusieurs actions sectorielles, en particulier dans les domaines du transport écologique, de l’intelligence artificielle, des robots de combat et de l’hydrogène. D’autres actions sectorielles massives passent par la commande publique.
  • Une combinaison de mesures équilibrée : les combinaisons de mesures (politique transversale et politique sectorielle) mises en œuvre par le Japon, la Corée du Sud, le Royaume-Uni ou l’Allemagne sont plus équilibrées, mais elles reposent toutes sur les deux piliers. Ces pays déploient des politiques transversales (fiscalité, crédit d’impôt, évolution réglementaire, etc.) ainsi que des politiques ciblées pour des secteurs considérés comme prioritaires. Une partie de leurs politiques industrielles et de leurs politiques d’’innovation est orientée sur des marchés ou des secteurs considérés comme porteurs et donc, prioritaires.

Ces « industries » qualifiées de prioritaires sont relativement similaires d’un pays à l’autre et reposent sur les piliers suivants :

  • la modernisation de l’industrie;
  • le soutien de nouveaux moyens de déplacement, surtout le véhicule électrique, le véhicule à hydrogène et, dans une moindre mesure, le véhicule autonome;
  • le développement de programmes particuliers pour les énergies propres, notamment l’hydrogène;
  • les technologies numériques, dont l’intelligence artificielle;
  • l’apparition d’un nouveau paradigme : le soutien à l’innovation de rupture en mode DARPA; la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) est une agence gouvernementale américaine dont le rôle principal est d’assurer le développement d’innovations de rupture et le leadership des États-Unis dans tous les secteurs. La France a été le premier pays européen à mettre en œuvre cette approche avec le lancement, en 2018, des Grands défis.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. du Conseil de l’innovation. Elle est aujourd’hui suivie par l’Allemagne et l’Europe.