Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 6 avril 2020

Huawei : un géant des télécommunications qui fait parler de lui

Le journal Financial Times se demande pourquoi Londres a permis à Huawei de fournir des équipements pour son infrastructure de télécommunications de cinquième génération. Les réponses à cette question en disent long sur la primauté émergente de la Chine dans la technologie mondiale. Même le gouvernement britannique, dans la justification de sa décision, a reconnu que Huawei était un choix controversé.

Dans son analyse.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., le journal avance que l’explication la plus simple est que Huawei – soutenue par le pouvoir de lobbying de Pékin – devient rapidement une force irrésistible. Et le gouvernement britannique a risqué la confrontation avec Washington pour la simple raison qu’il n’a guère d’autres choix. Selon un expert du Center for Strategic and International Studies cité dans l’article, « il est difficile de résister au chant des sirènes de Huawei : les télécommunications de la nouvelle génération livrées à bas coûts dès aujourd’hui… Les vrais coûts viendront plus tard ».

L’attrait de Huawei au Royaume-Uni est principalement d’ordre commercial. Les opérateurs de télécommunications britanniques tels que BT et Vodafone comptent déjà sur la société chinoise pour une grande partie de l’infrastructure 4G actuelle. En outre, la technologie 5G utilise l’équipement 4G existant comme infrastructure de base, ce qui signifie que Huawei jouit d’une position bien établie.

L’autre attrait commercial de Huawei est sa technologie, selon des dirigeants d’entreprises de télécommunications. Le géant chinois est devenu non seulement le plus grand fabricant mondial d’équipements de télécommunications, mais aussi le plus avancé. En 2018, il a dépensé 15,1 milliards de dollars américains en recherche et développement, bien plus que Nokia et Ericsson réunies.

À ce jour, Huawei a conclu 65 contrats d’installation d’équipements 5G avec des opérateurs de télécommunications du monde entier, dont près de la moitié dans des pays européens. Ses téléphones intelligents 5G étaient également les plus vendus au monde l’année dernière. L’entreprise se trouvait donc devant Apple, qui n’a pas encore lancé son propre téléphone 5G.

La technologie 5G représente bien plus qu’une simple mise à niveau incrémentielle de la connectivité. Pour ses bailleurs de fonds, elle constituera l’épine dorsale d’une partie importante de l’économie moderne. Mais dans un tel contexte stratégique, l’absence d’un fabricant américain d’équipements de télécommunications qui est capable de produire la gamme complète des kits 5G s’avère une anomalie flagrante, avance le journal.

La situation s’explique ainsi : au milieu des années 1990, les États-Unis ont adopté une loi sur les télécommunications qui a affaibli des champions américains tels que Lucent Technologies en attirant une vague de nouveaux joueurs sur le marché. Avec ses marges bénéficiaires sous pression dans son marché domestique, Lucent a ciblé ses ventes sur un marché chinois en croissance rapide.

Mais comme prix d’entrée sur leur marché, les autorités chinoises ont insisté sur le fait que tous les fabricants d’équipements étrangers seraient obligés de transférer leur technologie et leur savoir-faire aux laboratoires de recherche publics et aux partenaires commerciaux.

John Roth, le président de l’entreprise canadienne de télécommunications Nortel Networks, a résumé le sentiment typique de l’industrie à l’époque. En effet, il déclarait en 1999 : « Nous avons un engagement à long terme sur le marché chinois pour aider à développer une industrie des télécommunications locale de classe mondiale. »

Ironiquement, Nortel a réussi à semer l’avance technologique de la Chine, mais n’est pas parvenue à protéger la sienne. En déclarant faillite en 2009, Nortel libérait un flot de chercheurs talentueux qu’Huawei était avide de recruter. Ainsi, une grande partie de la propriété intellectuelle qui sous-tend l’offre actuelle de Huawei dans la technologie 5G vient des meilleurs scientifiques de Nortel à Ottawa.