Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Canada - 10 février 2020

L’État et l’intelligence artificielle : du battage médiatique à la stratégie

Un texte d’opinion.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. diffusé sur le site Apolitical affirme que dans le secteur public, l’intelligence artificielle (IA) peut avoir un effet positif sur les gouvernements et, en définitive, sur la vie des citoyens. Toutefois, tout comme avec plusieurs technologies prometteuses, beaucoup de bruit entoure l’IA.

Les conseillers de l’Observatory of Public Sector Innovation.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. (OPSI) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui sont les auteurs du texte, estiment que l’IA influence le gouvernement tout autant que le gouvernement est influencé par l’IA. En tant qu’organisme de réglementation, concepteur de politiques ou fournisseur de services et de biens publics, le gouvernement n’est pas qu’un simple utilisateur de cette technologie.

Il peut participer à son développement en mettant en œuvre des réglementations qui protègent les citoyens tout en encourageant son utilisation créative. Il peut investir dans la recherche sur l’IA et parrainer l’expérimentation et les projets pilotes. Il peut aussi favoriser la collaboration avec le secteur privé et les citoyens afin de proposer conjointement des solutions tout en stimulant la demande pour l’IA.

Les rôles multiples (et potentiellement) simultanés que le gouvernement peut exercer dans le domaine de l’IA doivent être joués de manière stratégique et avec un but précis. L’OPSI a passé en revue les quelques 38 stratégies nationales (en plus de celle de l’Union européenne) qui sont en cours dans le monde afin de dégager les éléments les plus déterminants. Ainsi, une stratégie est solide lorsqu’elle répond aux critères suivants :

  • Elle est holistique et axée sur les systèmes : une telle stratégie englobe tous les paliers de gouvernement et est adaptée aux structures et aux systèmes du secteur public que l’IA peut influencer et/ou expérimenter. Elle tient également compte des interactions avec d’autres secteurs et parties prenantes.
  • Le gouvernement serait bien avisé d’envisager quel type de conseils, de communautés ou de réseaux intersectoriaux pourrait le mieux soutenir la diffusion d’informations et de pratiques relatives à l’IA. À cet égard, le UK Government’s AI Council and Centre for Data Ethics and Innovation.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.est cité en exemple.
  • Elle est fiable et équitable.
  • Les données sont sécurisées et bien gérées tout au long de leur cycle de vie.
  • Elle est flexible avec le talent : le gouvernement devrait renforcer ses capacités internes afin que les fonctionnaires puissent acquérir, utiliser, gérer et évaluer des initiatives en matière d’IA.