Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

États-Unis - 13 mai 2019

Une hausse de la demande pour les analyses climatiques

L'ouragan Sandy de l'année 2012 a dopé la croissance du secteur de l'analyse de risques climatiques. Au sommet des entreprises qui exercent leurs activités dans ce secteur, on trouve Jupiter Intelligence.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., Four Twenty Seven of Berkeley.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et One Concern.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., qui ont toutes les trois leur siège social en Californie.

Ces entreprises utilisent des technologies prédictives exploitant la superinformatique.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., qui se sert d'ordinateurs très rapides et puissants pour déterminer où auront lieu les catastrophes climatiques, quelles formes elles prendront et pourquoi elles auront des conséquences.

Les analyses de risques climatiques, réalisées au moyen de la collecte de données sur les risques liés au vent, aux inondations, aux incendies, aux sécheresses et aux autres catastrophes climatiques, prolifèrent rapidement.

Comme les catastrophes climatiques se produisent à une fréquence alarmante, les planificateurs de sinistres, les régulateurs et les assureurs évaluent les risques climatiques d'une manière plus empirique et rigoureuse avec l'aide de l'intelligence informatique (IA) et de la superinformatique, comme il a été mentionné plus haut. La superinformatique était d'ailleurs déjà utilisée dans le domaine météorologique.

Les praticiens traditionnels de l'analyse de risques climatiques, les banques et les assureurs de biens, qui effectuaient des modélisations du risque catastrophique.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., utilisent désormais une multitude de sources d'informations, dont des stations météorologiques, des capteurs de sol et d'eau, des marégraphes, des satellites, des signaux de téléphones portables et des drones pouvant fournir des informations en temps réel aux experts en analyse de terrain.

Certaines de ces nouvelles entreprises sont d'ailleurs hautement spécialisées et adaptent leurs produits à des secteurs économiques distincts, tels que le logement, l'agriculture ou les transports. D'autres prennent beaucoup plus de place dans l'univers des données en construisant des modèles analytiques dynamiques qui s'appliquent aux échelles communautaire ou régionale. Elles offrent ainsi une fenêtre virtuelle sur un avenir modifié par les changements climatiques.

Bien que le secteur des assurances demeure le plus gros consommateur de produits et de services d'analyse du risque, M. Sorkin, le président-directeur général de Jupiter Intelligence, a déclaré que son entreprise avait maintenant de nouveaux clients en raison des risques climatiques, notamment les producteurs d'énergie, les sociétés pétrolières et gazières, et les prêteurs hypothécaires. À titre informatif, Jupiter intelligence est une société composée de scientifiques et d'ingénieurs du Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques des Nations Unies.

Les gestionnaires d'actifs adoptent eux aussi des outils analytiques avancés afin de mieux comprendre les risques pour les investisseurs liés aux aléas climatiques (exemple : rapport.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de BlackRock Inc.).

BlackRock a d'ailleurs constaté que les risques liés aux changements climatiques sont particulièrement pertinents pour les actifs physiques ayant une longue durée de vie. La société de gestion d'actifs ajoute que les premiers résultats suggèrent aux investisseurs de repenser leur évaluation de vulnérabilité. « Les risques liés au climat menacent déjà les portefeuilles aujourd'hui et sont sur le point de prendre de l'ampleur », a déclaré Richard Turnill, stratège en chef des investissements de BlackRock.

En bref, l'analyse de risques climatiques est devenue une industrie à part entière si l'on considère l'importance et la fréquence des catastrophes climatiques qui affectent tous les secteurs d'activité. La superinformatique et l'IA permettent de pousser ces analyses plus loin et de prédire où auront lieu les catastrophes ainsi que leurs effets sur l'environnement et le commerce.

Pour en savoir davantage sur ce sujet : Tech Offers a Virtual Window into Future Climate Change Risk.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.