Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 6 mai 2019

Les apports économiques et environnementaux de l'intelligence artificielle

Dans leur rapport intitulé How AI can enable a Sustainable Future.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., PricewaterhouseCoopers (PwC) et Microsoft cherchent à mieux comprendre les bénéfices économiques et environnementaux potentiels de l'intelligence artificielle (IA). L'étude se concentre sur quatre secteurs environnementaux, à savoir l'agriculture, l'énergie, les transports et l'eau.

Application de l'IA : des bénéfices économiques et environnementaux

Les impacts économiques potentiels

Selon le rapport, d'ici l'année 2030, l'application de l'IA aux secteurs de l'agriculture, de l'énergie, des transports et de l'eau entrainerait une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 4,4 % dans le meilleur scénario, ce qui équivaut à un gain potentiel de 5,2 trillions de dollars américains. Notons, à titre indicatif, que la croissance choisie pour référence est celle que PwC présente dans son rapport The World in 2050.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Un tel gain potentiel découlerait de trois principaux effets de l'IA :

  • L'optimisation de l'utilisation des intrants et, par conséquent, une réduction des coûts;
  • L'augmentation de la productivité en termes de rendement;
  • L'automatisation des tâches manuelles et routinières.

Par ailleurs, l'application de l'IA à ces quatre secteurs aura aussi des effets sur d'autres secteurs, notamment en matière de création d'emplois. Le rapport indique que l'application environnementale de l'IA pourrait, dans le meilleur scénario, engendrer la création nette de 38,2 millions d'emplois d'ici l'année 2030.

Les impacts environnementaux potentiels

Les quatre secteurs environnementaux étudiés produisent 60 % des émissions de gaz à effet de serre. Selon le rapport, l'adoption de l'IA dans ces secteurs permettrait d'accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone. En effet, les auteurs évaluent que l'IA contribuerait à une réduction de 0,9 à 2,4 gigatonnes d'équivalent CO2 (Gt CO2e) d'ici l'année 2030.

L'application de l'IA aux quatre secteurs environnementaux permettra en effet :

  • de réduire l'intensité des gaz à effet de serre émis lors de l'utilisation de combustibles fossiles et du processus de production dans son ensemble;
  • d'utiliser l'énergie plus efficacement;
  • de rendre les énergies renouvelables plus rentables et donc de favoriser la transition énergétique vers des sources énergétiques plus propres.

Toutefois, le rapport prend aussi en compte les effets indirects de l'application de l'IA, qui pourraient au contraire accroître les émissions de gaz à effet de serre. D'une part, un gain d'efficacité pourrait amener l'industrie à accroître sa production. D'autre part, un gain de productivité qui augmenterait le profit des entreprises et le revenu des ménages entrainerait aussi une hausse des activités économiques et donc des émissions de gaz à effet de serre.

L'énergie et les transports : deux secteurs à fort potentiel

Sur le plan économique, ce sont les secteurs de l'énergie et des transports qui profiteraient le plus de l'adoption de l'IA. En effet, selon le rapport, la contribution de ces deux secteurs au PIB mondial d'ici l'année 2030 atteindrait respectivement 2,2 % et 1,8 %. En matière d'environnement, c'est le secteur énergétique qui entrainerait, grâce à l'application de l'IA, la plus grande réduction d'émissions de gaz à effet de serre, à savoir 1,3 Gt CO2e.

Dans le secteur de l'énergie, l'application de l'IA conduit notamment à la surveillance et à la gestion intelligente de la consommation énergétique, à la prévision de l'offre et de la demande énergétique, à la coordination des réseaux énergétiques décentralisés et à la maintenance prédictive.

Dans le secteur des transports, l'IA permet notamment le développement de véhicules et de services de livraison autonomes, l'optimisation du trafic de véhicules connectés, la planification logistique et la maintenance prédictive des véhicules.

Quelques recommandations pour exploiter le potentiel de l'IA

Le rapport relève cinq principes qui seront primordiaux pour faciliter l'exploitation du potentiel de l'IA dans les quatre secteurs environnementaux étudiés :

  • Faciliter la sensibilisation, le partage de valeurs, la collaboration ainsi que les partenariats multidisciplinaires.
  • Assurer un emploi responsable de l'IA sur les plans social et environnemental.
  • Répondre au besoin d'infrastructures numériques et assurer l'accès aux outils, aux données et aux technologies complémentaires nécessaires à l'IA.
  • Fournir des possibilités de perfectionnement et de requalification ainsi que des formations pour s'adapter aux transformations.
  • Encourager la recherche et le développement pour des produits et services commercialement viables.

Pour en savoir davantage sur ce sujet :