Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 1 octobre 2018

Est-ce qu'une semaine de quatre jours est faisable, voire réaliste?

Une analyse dans le journal The New York Times.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. décrit la manière dont un nombre croissant de lieux de travail à travers le monde s'adaptent aux nouvelles technologies et comment ces dernières bouleversent le marché du travail, alors qu'un plus grand nombre de tâches sont sans cesse automatisées.

Aux yeux d'une grande organisation syndicale britannique.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., toutefois, cela ne doit pas constituer une menace pour les travailleurs. Cette situation doit plutôt offrir une occasion de diminuer le temps de travail. Selon Frances O'Grady, la chef du Congrès des syndicats britanniques, un groupe de coordination, « dans ce siècle, nous pouvons gagner une semaine de travail de quatre jours, avec un salaire décent pour tout le monde ». Cela, a-t-elle dit, aiderait les travailleurs à tirer parti des changements technologiques.

L'économiste John Maynard Keynes avait prédit que les gens finiraient par travailler seulement 15 heures par semaine. Au lieu de cela, la technologie a conduit à des heures de travail imprévisibles, plus intensives et plus longues, a déclaré le Congrès américain dans un document de travail.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Une étude menée par les économistes.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. Lawrence Katz de l'Université Harvard et Alan Krueger de l'Université de Princeton montre que, des années 2005 à 2015, la proportion de travailleurs américains engagés dans ce qu'ils appellent le « travail alternatif » est passée de 10,7 % à 15,8 %. Le travail alternatif se caractérise par son caractère temporaire ou instable, par exemple le travail comme contractuels indépendants ou par le biais d'une agence de placement temporaire.

« Nous avons constaté que 94 % de la croissance nette de l'emploi au cours de la dernière décennie (aux États-Unis) était dans la catégorie du travail alternatif, a déclaré Alan Krueger. Et plus de 60 % étaient dus à la montée des contractuels indépendants, des pigistes et des travailleurs sous contrat. » En d'autres termes, la quasi-totalité des 10 millions d'emplois créés aux États-Unis entre les années 2005 et 2015 n'était pas des emplois traditionnels.

Krueger, qui a été à la tête du Comité des conseillers économiques de la Maison-Blanche, a été surpris par cette conclusion. L'objectif initial de l'enquête était de quantifier la taille de la gig economy.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. ou de l'économie de partage aux États-Unis (elle atteint 0,5 % et continue sa croissance). Les chercheurs ont été pris au dépourvu par la croissance considérable du travail alternatif, alors qu'il n'y a eu presque aucun changement entre les années 1995 et 2005.

Le déclin du travail à temps plein traditionnel a eu des répercussions sur tous les groupes démographiques aux États-Unis. Que ce changement soit bon ou mauvais dépend du type d'emploi que les gens veulent. « Les travailleurs à la recherche d'un travail régulier à temps plein ont perdu, souligne Alan Krueger, alors que beaucoup de ceux qui apprécient la flexibilité et qui ont un conjoint avec un emploi stable ont probablement gagné. »

Quelques exemples d'expériences de semaine de travail raccourcie à travers le monde

  • L'essai d'une journée de travail de six heures à Göteborg, en Suède, a eu pour effet de rendre les employés plus heureux, en meilleure santé et plus productifs. Toutefois, le coût était prohibitif.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Le projet a coûté à la Ville plus de 1,70 million de dollars canadiens et ne pourrait pas être étendu à l'ensemble de l'agglomération.
  • Perpetual Guardian, une société qui gère des fiducies et des successions en Nouvelle-Zélande.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., a instauré une semaine de quatre jours et a maintenu les mêmes salaires. Elle a indiqué que la productivité de son personnel avait augmenté en diminuant la durée du travail de 40 à 32 heures. L'entreprise envisage maintenant de rendre cet essai permanent.
  • Dans un effort pour combler un lourd déficit budgétaire dans les années qui ont suivi la crise financière de 2008, l'Utah a réduit la semaine de travail.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Les promoteurs de cette mesure font valoir que celle-ci a eu pour effet d'améliorer l'offre de services gouvernementaux disponibles en ligne et qu'elle est meilleure pour l'environnement. Or, l'État a également bénéficié de l'aide de groupes de bénévoles qui ont pris le relais lorsque les organisations gouvernementales étaient fermées.
  • Amazon, le géant de la vente au détail en ligne, est sur le point de tester un petit programme pilote.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. pour une semaine de travail de 30 heures.

Par ailleurs, afin de protéger les travailleurs des effets envahissants de la technologie, la France a passé une loi.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. qui leur accorde le « droit de se déconnecter ». Elle oblige les entreprises de plus de 50 employés à négocier un nouveau protocole pour s'assurer que le travail ne se poursuit pas après les heures normales de travail. Le but est de prévenir les cas d'épuisement professionnel, qui, selon les responsables, deviennent plus fréquents.

Plusieurs mesures ont également été prises en Allemagne pour améliorer l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. Le ministère du Travail du pays a ordonné à ses superviseurs en 2013 de ne pas communiquer avec les employés en dehors des heures de travail. En 2011, le constructeur automobile allemand Volkswagen a commencé à fermer ses serveurs BlackBerry à la fin de la journée de travail. Daimler, une autre société automobile allemande.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., supprime les courriels envoyés aux employés pendant leurs vacances.

Selon Alex Bryson, professeur spécialisé en études du travail à l'University College London, il est peu probable que les semaines de trois jours se réalisent dans des économies entières, même si cela peut être faisable pour certaines entreprises. Un tel changement, même si c'était possible, ne se produirait pas du jour au lendemain. Les entreprises qui souhaitent limiter les heures de travail devront faire des investissements pour aider leurs travailleurs à devenir plus productifs, ce qui nécessite du temps et de l'argent, déclare-t-il.

De son côté, Paul Swinney, responsable des politiques et de la recherche au Center for Cities.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., un groupe de réflexion basé à Londres, estime que ce changement se fera graduellement. « Certaines personnes décideront de travailler quatre jours pendant une semaine et cinq jours durant une autre. Ce changement s'opérera progressivement avec les normes sociales. »

« Dans 50 ou 100 ans, il se peut qu'une semaine de quatre jours soit devenue la norme », poursuit-il. Mais nous ne devrions pas nous attendre à ce que cela se produise d'ici 2020. »

Pour en savoir davantage sur ce sujet :