Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 14 mai 2018

Pourquoi la croissance économique ralentit-elle alors que l'innovation semble s'accélérer ?

Dans une nouvelle étude, l'économiste Robert Gordon.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. tente d'élucider le paradoxe suivant : comment expliquer la croissance économique très faible aux États-Unis malgré une frénésie d'innovation, comme le démontrent des récoltes exceptionnelles de nouveaux brevets ?

Aux États-Unis, le produit intérieur brut n'a augmenté que de 1,4 % entre les années 2006 et 2016, ce qui représente moins de la moitié des 3,2 % enregistrés entre les années 1970 et 2006. Les chiffres pour le Canada montrent une tendance à peu près similaire.

Moins de la moitié du ralentissement de la croissance du produit intérieur brut s'explique par une baisse de la croissance de la productivité. Environ 40 % du reste est dû à la baisse de la croissance démographique à la suite d'une diminution de la fécondité, à une hausse de la mortalité dans certains groupes, à une amélioration plus lente de l'espérance de vie que dans les autres pays développés et au déclin de l'immigration. L'autre 60 % du ralentissement non attribuable à une diminution de la productivité est causé par une baisse de la participation au marché du travail en raison du départ à la retraite des baby-boomers.

Selon la trame narrative et explicative de M. Gordon, les pertes d'emplois dues à la mondialisation et à l'automatisation, conjuguées à la montée des inégalités, ont entraîné une démoralisation et une diminution des attentes. La baisse de la capacité des hommes à gagner des revenus réguliers a entraîné une diminution des mariages, un report de la formation des ménages, une baisse de la fécondité et une augmentation de ce que Case et Deaton appellent le « décès par désespoir ». La baisse de la participation des travailleurs d'âge mûr est attribuable non seulement aux fermetures d'usines, mais aussi à une démoralisation généralisée et à la toxicomanie.

Les conclusions de M. Gordon contestent une grande partie de l'optimisme traditionnel autour de l'éducation et de la technologie. Selon lui, nous devrions nous habituer à vivre dans un monde à croissance lente, car bon nombre des explications de la situation actuelle ne changeront pas de sitôt.

Une des explications serait les rendements décroissants qui résultent d'un plus grand accès à l'éducation. Selon M. Gordon, le bénéfice provenant de l'éducation est encore plus incertain parce que la demande pour certaines catégories de compétences cognitives semble avoir atteint un sommet. Malgré tous les avantages incontestables d'une plus grande informatisation, l'automatisation croissante a également réduit le nombre d'emplois de bureau routiniers et forcé de nombreux travailleurs instruits à occuper des postes peu qualifiés. À cet effet, M. Gordon cite une étude de Vedder and Strehle.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. (2017) qui démontre que la part des chauffeurs de taxi titulaires d'un diplôme universitaire est passée de 1 % dans les années 1970 à 15 % en 2010.

Bien sûr, il existe des exceptions à cette tendance. Dans certains domaines hautement techniques, la demande de chercheurs très qualifiés augmente rapidement. Toutefois, cette tendance n'est pas sans occasionner ses propres coûts. Le professeur Gordon soutient que les innovations majeures sont de plus en plus coûteuses. Par exemple, il faut maintenant environ 15 fois plus d'ingénieurs et de scientifiques que dans les années 1970 pour que l'amélioration des puces informatiques atteignent le même rythme. De même, le développement de nouveaux médicaments devient de plus en plus cher.

En plus de tout cela, on se demande si les innovations apporteront les mêmes gains de productivité que les percées précédentes. M. Gordon fait valoir que les nouvelles vagues de technologie sont plus susceptibles d'avoir un effet progressif plutôt qu'une incidence révolutionnaire.

Pour connaître les détails, consultez Why Has Economic Growth Slowed When Innovation Appears to be Accelerating ?.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.

Précédent
Suivant