Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 19 mai 2020

Le rôle crucial des insurtechs pour évaluer les pertes financières au temps du coronavirus

Les conséquences économiques de la pandémie de la COVID-19 sont multiples et sévères. Parmi elles, on compte l’effondrement du marché boursier, la montée du chômage et l’ébranlement de certaines industries, notamment la construction, le commerce de détail et l’hôtellerie. Dans ce contexte, le site Risk&Insurance.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. se penche sur la question à savoir si les compagnies d’assurances devraient couvrir les pertes qu’ont subies les entreprises à cause de l’interruption de leurs activités.

Il s’agit d’une question pertinente qui semble habiter l’esprit de bien des gens vu l’ampleur des répercussions de la crise sanitaire sur les activités productives. Pour Risk&Insurance, la réponse est principalement négative, car bien que l’interruption des activités fasse généralement partie de l’assurance des biens, elle ne s’applique que s’il y a des dommages matériels réels.

Cependant, l’évaluation des dommages matériels – traditionnellement, une simple analyse financière des données – semble bien plus problématique dans le contexte de la COVID-19 en raison du caractère très dynamique de la globalisation. En effet, Risk&Insurance mentionne la complexité des chaînes de production, l’évolution accélérée de la technologie et la transformation continue des entreprises.

L’émergence des insurtechs.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. pourrait aider à surmonter cette conjoncture. Il s’agit de jeunes pousses spécialisées dans le traitement des données dans le domaine des assurances dont les innovations technologiques ont rendu beaucoup plus précise et facile l’évaluation des sinistres et leurs effets sur l’interruption des activités. Il va sans dire que le secteur de l’assurance a profité de gains d’efficacité perceptibles.

En tirant parti du potentiel des mégadonnées et des technologies novatrices – telles que l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique et le traitement du langage naturel – les insurtechs ont réussi à créer des modèles prédictifs qui offrent un aperçu simplifié et compréhensible des conséquences financières d’une interruption d’activités.

C’est le cas, par exemple, de la jeune pousse RiskGenius.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., qui grâce à son utilisation de l’intelligence artificielle, peut trier rapidement et avec précision toutes les polices d’assurance d’un portefeuille afin de déterminer celles qui répondent le mieux aux besoins d’une entreprise en arrêt d’activités. Il faut noter que RiskGenius travaille avec des partenaires de la taille de FM Global, Liberty Mutual et Everest Insurance.

Certes, les répercussions du coronavirus sur l’économie auront, à court terme, un effet négatif sur le financement des jeunes pousses et donc sur l’innovation, voire sur la survie des insurtechs. Cependant, Risk&Insurance est d’avis que l’évaluation des pertes durant une période d’arrêt des activités devient un enjeu si prioritaire que l’on prévoit une deuxième vague d’innovation dans ce domaine. Vraisemblablement, on verra l’émergence de modèles prédictifs de plus en plus spécialisés et robustes qui profiteront d’une abondance accrue de données.