Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

International - 12 juin 2020

Quelles jeunes pousses résisteront mieux à la crise de la COVID-19?

« Les jeunes pousses soutenues par le capital-risque sont particulièrement vulnérables aux récessions et aux ralentissements économiques, écrivent les analystes Paul Condra et Aria Nikkhoui dans une étude récente.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de PitchBook, qui suit les investissements en capital-risque. En plus de la baisse globale de la demande, il est peu probable qu’elles dégagent des revenus importants. » Quels secteurs risquent probablement d’être les moins touchés et les plus résistants à la crise?

Les technologies de la santé avancent

Après avoir levé 8,6 milliards de dollars américains de capital-risque en 2019, le secteur des technologies de la santé et du bien-être est sur le point de connaître une augmentation de la demande au milieu de la crise du coronavirus, selon le rapport. Les jeunes pousses du sous-secteur de la santé mentale, par exemple, ont connu une augmentation de la demande dans un contexte d’anxiété généralisée liée à la pandémie. Les applications de ce secteur étaient déjà florissantes avant la COVID‑19.

Les technologies de la mobilité souffrent

Le secteur de la mobilité fait face à d’importantes perturbations à court terme, alors que le confinement mondial renforce la pression sur l’industrie du covoiturage, qui avait déjà subi une baisse de 55,9 % des investissements en 2019, selon PitchBook. Les commandes à domicile perturbent également l’industrie des scooters et des vélos électriques. Les chefs de file de la micromobilité, Bird and Lime, ont suspendu leurs activités dans les villes des États-Unis et de l’Europe, où l’entreprise enregistrait une baisse de revenus quotidiens de 69 % au 21 mars, selon Bloomberg.

Une poussée des technologies alimentaires

Les fermetures généralisées des restaurants peuvent stimuler l’intérêt pour le capital-risque dans l’écosystème de la livraison de produits alimentaires, en particulier les technologies qui améliorent l’efficacité et les capacités de livraison. Les services d’épicerie et de livraison de nourriture en ligne ont connu une demande sans précédent alors que les consommateurs doivent rester chez eux et s’isoler. « Alors que la demande de livraison pourrait diminuer après la crise, nous nous attendons à ce que le marché se développe de façon permanente à mesure que de plus en plus de consommateurs s’habituent à la livraison de nourriture », indique le rapport PitchBook.

Les enjeux liés à l’Internet des objets

Le taux d’échec historiquement élevé des projets liés à l’Internet des objets (IdO), causé notamment par les problèmes de mise en œuvre, signifie que moins de 20 % des entreprises industrielles ont adopté l’IdO dans leur organisation, selon une enquête du cabinet-conseil Bain. La crise de la COVID-19 devrait maintenir cette proportion à un bas niveau. Les dispositifs de surveillance des patients à distance aident les hôpitaux à libérer des ressources et réduisent la transmission du virus en maintenant une distanciation sociale. Les principaux fournisseurs de dispositifs médicaux, dont la firme Medtronic, ont investi du capital-risque dans de jeunes pousses de télésurveillance des patients. Le déploiement en masse de tels dispositifs pourrait conduire à une utilisation à plus long terme de la technologie.

Les technologies financières prospèrent

Les paiements numériques et mobiles devraient profiter aux consommateurs qui se soucient de la contamination aux États-Unis, puisque l’on adopte de plus en plus les paiements mobiles avec autorisation biométrique, selon PitchBook. Les robots-conseillers et les maisons de courtage numériques subissent le premier test significatif de leurs performances en période de ralentissement. Robinhood, l’application de courtage en valeurs mobilières de la Silicon Valley, a connu trois pannes importantes en mars. Ainsi, des millions d’utilisateurs ont été dans l’impossibilité de négocier tandis que les prix de leurs actions chutaient. Les fermetures d’entreprises et l’augmentation du chômage entraîneront probablement des défaillances et des pertes de crédit substantielles pour les sociétés de technologie financière axées sur les prêts aux petites entreprises et aux consommateurs. Un marché de la titrisation resserré signifie que moins de clients répondront aux critères, et les fournisseurs verront donc une réduction considérable du volume de prêts.

Les options offertes par les technologies d’analyse des risques

Les compagnies d’assurance sont susceptibles de souffrir de problèmes de trésorerie à court terme à cause de la hausse des sinistres et des paiements anticipés pour l’assurance-vie. Cette hausse est aggravée par la baisse des taux d’intérêt qui ajoute des risques à leurs modèles d’affaires, mais le secteur se révélera probablement durable à plus long terme. « La nature de cette crise sanitaire est susceptible de stimuler l’intérêt pour les technologies d’analyse des risques qui intègrent des données sur les maladies et les épidémies pour aider à souscrire les politiques », indique le rapport. De jeunes pousses telles que Metabiota aident les assureurs à modéliser les flambées de maladies infectieuses avec des données de surveillance en temps réel et pourraient procurer d’énormes avantages aux assureurs dès le début d’un événement. Aux États-Unis, les retombées de la COVID-19 pourraient renforcer les efforts visant à établir une option d’assurance publique. Cela poserait toutefois un risque pour la compétitivité des compagnies d’assurance maladie privées, car les lacunes du système de santé américain ont été mises en évidence pendant la pandémie.

Les ravages économiques causés par la COVID-19 sont particulièrement considérables pour les jeunes pousses (startups), car leurs voies de financement se tarissent et leurs modèles d’affaires sont mis à rude épreuve.