Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Europe - 1 juin 2020

Une nouvelle enzyme pour réutiliser le plastique

Un des défis environnementaux auxquels le monde est confronté est la surabondance de plastique dans la production de différents produits ainsi que la pollution causée par ceux-ci. Il existe de nombreux types de plastiques qui diffèrent par leur composition chimique et leurs caractéristiques. Un article du site Filiaire (Wired).  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. présente une innovation pour la réutilisation d’un type de plastique nommé polyéthylène téréphtolate (PET).

Étant donné que le plastique ne se trouve pas naturellement dans l’environnement, les organismes vivants ne l’ont pas intégré dans leur cycle d’alimentation et de survie. Par conséquent, le plastique prend énormément de temps avant de disparaître complètement dans l’environnement. Selon la théorie de sélection naturelle de Darwin, l’adaptation est un facteur important de l’évolution et, dans cette optique, des microorganismes ont développé des enzymes pouvant utiliser divers types de plastiques dans leur cycle énergétique. Une de ces enzymes a été découverte en 2016. Des chercheurs français ont cherché à améliorer l’efficacité de cette enzyme qui s’attaque principalement au PET, qui peut servir à de nombreuses utilisations et qui se trouve principalement dans les bouteilles d’eau.

Le PET est composé d’anneaux de carbone liés entre eux par des atomes d’oxygène et de carbone. L’enzyme de base, dans son procédé, décompose la totalité des molécules de carbone, ce qui entraîne la production du nouveau plastique par des méthodes pétrochimiques. Les chercheurs se sont donc inspirés de cette enzyme de base pour créer une nouvelle enzyme nommée cutinase de compost de rameaux foliaires. Celle-ci va seulement décomposer les liens d’oxygène et de carbone en gardant intacts les anneaux de carbone, ce qui constitue la matière première du plastique. Ensuite, ils vont réutiliser cette matière première pour fabriquer de nouveau un plastique, ce qui en fait un procédé circulaire.

Ce procédé efficace et bon marché devrait permettre de réduire la quantité de plastique jetée et de diminuer les répercussions sur les organismes vivants.