Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Obtenir du financement

S'améliorer

Créer des liens

Se conformer

Exporter

S'informer

Vecteurs – Veille stratégique en économie et innovation.

Actualités

Canada - 1 avril 2021

De nouvelles technologies donnent l'espoir d'un avenir sobre en carbone

Une analyse.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. du journal The Globe and Mail avance que de tous les produits de base qui font avancer la civilisation, seulement deux – le pétrole et le charbon – devraient connaître une baisse de production au cours des prochaines décennies à cause du réchauffement climatique. Par ailleurs, le monde aura besoin de beaucoup plus de métaux nécessaires pour assurer une transition vers une économie propre : cuivre, cobalt, nickel, titane et zinc. L'acier et le ciment connaîtront une demande croissante également.

Le ciment est responsable d'environ 8 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone. C'est plus de trois fois la quantité d'émissions produites par l'aviation commerciale. Les industries du minerai de fer et de l'acier, quant à elles, génèrent environ 5 % des émissions mondiales. La fabrication d'une tonne d'acier produit près de deux tonnes de CO2. Même l'extraction des métaux « propres » demeure un sale boulot. Une voiture ordinaire renferme entre 8 et 22 kilogrammes de cuivre. Une voiture électrique à batterie comme une Tesla en contient 83 kilogrammes. Diverses études sur le cycle de vie du cuivre estiment que la production d'un kilogramme de cuivre génère beaucoup plus qu'un kilogramme de dioxyde de carbone, ce qui rend les véhicules zéro émission moins propres que ce qu'on prétend.

Les technologies suivantes pourraient améliorer les processus de production du cuivre, de l'acier et du ciment.

Jetti Resources .  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.: à l'Université de la Colombie-Britannique, on a découvert une technologie permettant de retirer du cuivre de minerais moins concentrés, mais abondants, comme la chalcopyrite, qui n'étaient pas exploités parce que les sociétés minières ne pouvaient pas gagner assez d'argent en les traitant. La technologie catalytique perturbe la liaison métal-soufre du minéral, ce qui permet d'extraire le cuivre par lixiviation sans entrave. Au moins une importante société minière, Capstone Mining, qui est cotée à la Bourse de Toronto, a déclaré que la technologie de Jetti était un « succès ».

Boston Metal.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. : comme Jetti, cette entreprise est issue d'un laboratoire universitaire, soit le Massachusetts Institute of Technology, qui a proposé en 2012 une innovation appelée « électrolyse de l'oxyde fondu » pour fabriquer de l'acier à émission nulle. L'objectif.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de l'entreprise est d'agir comme un développeur technologique qui concède sa technologie et vend des composants aux fabricants d'acier ou aux entreprises d'ingénierie qui finiront par fabriquer l'acier. Boston Metal envisage d'implanter une usine au Québec. « Nous irons là où il y a une électricité renouvelable abondante, fiable et bon marché. Nous regardons le Québec, la Scandinavie, le Brésil et l'Australie », affirme son président-directeur général.

CarbonCure Technologies .  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.: la réduction de la teneur en carbone du ciment obsède certaines entreprises. L'une d'elles est la compagnie canadienne CarbonCure Technologies, qui a trouvé un moyen d'injecter du dioxyde de carbone recyclé dans le béton frais. Cette technique permet de réduire d'environ 5 % la quantité de ciment nécessaire pour un projet et de diminuer ainsi son impact sur l'environnement.