Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

S'informer/Corée du Sud

Note sur l'économie et le commerce de la Corée du Sud

Novembre 2017

L'économie sud-coréenne

Corée du Sud
Principaux indicateurs, 2016

1. Nombre d'unités de wons par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2016.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, ministère de l'Économie, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), novembre 2017.

Population (en millions) 51,2
PIB (en G$ US courants) 1 411,0
PIB par habitant (en $ US courants) 27 534,8
Taux de croissance du PIB réel (%) 2,8
Taux d'inflation (%) 1,0
Taux de chômage (%) 3,7
Taux de change1 875,6567
Exportations de marchandises et services (en G$ US courants) 587,2
Importations de marchandises et services (en G$ US courants) 515,2

Le contexte économique en abrégé

La croissance de l'économie coréenne a été l'une des plus dynamiques au monde au cours des vingt-cinq dernières années. Durant cette période (1991-2016), le taux de croissance annuel moyen du produit intérieur brut (PIB) de la Corée du Sud a été de 5,1 % supérieur à celui de l'économie mondiale (3,4 %), mais légèrement inférieur à celui des économies émergentes et en développement d'Asie (7,7 %).

L'économie coréenne est fortement intégrée aux chaînes de valeur mondiales ainsi qu'aux échanges commerciaux et financiers mondiaux, ce qui l'expose aux chocs extérieurs et la rend vulnérable à ceux-ci. Ainsi, l'économie du pays a été durement éprouvée par la crise financière et économique qui a sévi en 2008-2009. En 2015, sa croissance a ralenti (2,8 % contre 3,3 % en 2014), à cause de l'épidémie du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, à laquelle le pays était confronté et qui a affecté la demande intérieure.

De façon globale, le taux de croissance économique de la Corée du Sud est au ralenti depuis 2012 et présente une tendance baissière, attribuable notamment aux chocs conjoncturels et aux problèmes structurels. Il y a, par exemple :

  • la baisse des exportations (qui représentent 60 % de la demande totale [OCDE]);
  • la chute de la consommation intérieure (à cause du niveau d'endettement très élevé des ménages);
  • la diminution constante du potentiel de croissance de l'économie1;
  • la concurrence inégale entre les PME et les conglomérats (chaebols).

Cet ensemble de facteurs expliquerait la faible performance actuelle de l'économie sud-coréenne.

Les principaux secteurs d'activité2 du pays en pourcentage du PIB sont :

  • l'agriculture (2,4 %);
  • l'industrie (38,2 %);
  • les services (59 %).

En 2016, les difficultés économiques de la Corée du Sud ont été amplifiées par la détérioration de ses relations avec la Chine (son principal partenaire économique dans la région) et par la crise politique née du scandale du « Choigate »3. Cette crise a abouti à la démission de la présidente du pays, et les turbulences qu'elle a occasionnées ont entraîné un blocage politique aux conséquences néfastes sur l'économie.

Malgré ce contexte difficile, et en dépit d'un plan4 de relance coûteux mis sur pied par les autorités, les finances publiques du pays sont demeurées solides : l'excédent budgétaire s'est consolidé, la dette publique est demeurée gérable et l'inflation est restée contenue.

En 2016, la Corée du Sud a enregistré les résultats économiques suivants :

  • une croissance du PIB réel de 2,8 %, selon les données du FMI;
  • un taux d'inflation de 1 %;
  • un taux de chômage de 3,7 %;
  • un solde budgétaire déficitaire correspondant à 1,1 % du PIB;
  • un commerce extérieur s'élevant à 1 102,4 G$ US.

Cette même année, les principaux partenaires commerciaux de la Corée du Sud étaient les suivants :

  • la Chine;
  • le Japon;
  • l'Union européenne;
  • les États-Unis.

Selon les données de la Banque mondiale, en 2016, le PIB5 de la Corée du Sud se situait au 11e rang mondial, après celui du Canada et avant celui de la Russie6.

Les perspectives économiques demeurent faiblement optimistes, car la tendance de la croissance observée récemment reste à la baisse. L'économie de la Corée du Sud sera encore dépendante du contexte mondial en général, et également des exportations et de la consommation intérieure. Elle sera également sensible aux enjeux ainsi qu'aux tensions politiques internes et aux tensions géopolitiques externes qui touchent actuellement la région de l'Asie du Nord‑Est.

Les prévisions du FMI indiquent une croissance de l'économie coréenne de 2,7 % en 2017, de 2,8 % en 2018 et de 3 % en 2019.

Les défis auxquels fait face la Corée du Sud sont nombreux. Le pays devra résoudre les problèmes structurels que constituent la sous-optimisation des marchés financiers, le vieillissement de la population, la dépendance aux exportations et l'érosion de sa compétitivité face à la montée des autres économies émergentes et surtout face à la montée en gamme de la Chine. Enfin, les autorités devront gérer efficacement le pays et les incertitudes qui pourraient naître du scandale du « Choigate ».

Le commerce de marchandises7 entre le Québec et la Corée du Sud8

L'évolution des échanges

En 2016, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Corée du Sud se chiffraient à 2,1 G$, ce qui représentait une baisse de 3,6 % par rapport à l'année 2015. Cette baisse s'expliquait par la diminution à la fois des exportations (−11,3 M$) et des importations (−68,9 M$).

La valeur de ces échanges correspondait à 14,2 % des échanges commerciaux de biens entre le Canada et ce pays.

Toujours en 2016, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Corée du Sud était supérieure à celle établie entre le Québec et la plupart des pays d'Asie, à l'exception de la Chine (13,8 G$) et du Japon (3,4 G$).

Cette même année, la Corée du Sud se classait au 3e rang des partenaires commerciaux du Québec en Asie, derrière la Chine (1er) et le Japon (2e), et au 11e rang des partenaires commerciaux internationaux du Québec.

Encore en 2016, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Corée du Sud représentait 8 % des échanges du Québec avec l'Asie et 1,3 % des échanges internationaux de marchandises du Québec.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges a été positive (7,8 %).

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et la Corée du Sud, 2012-2016
  2012 2013 2014 2015 2016
*Les chiffres étant arrondis, leur sommes peut ne pas correspondre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Exportations 353,7 421,8 646,0 657,8 646,5
Importations 1 221,9 1 223,4 1 455,6 1 551,9 1 483,0
Commerce total* 1 575,6 1 645,2 2 101,6 2 209,8 2 129,6

Les exportations

En 2016, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la Corée du Sud s'établissait à 646,5 M$ et représentait 14,7 % du total des exportations canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une baisse de 1,7 % par rapport à l'année 2015.

La même année, la valeur des exportations de marchandises du Québec vers la Corée du Sud représentait 9,2 % des exportations québécoises vers l'Asie et 0,8 % du total des exportations internationales de marchandises du Québec.

Les exportations québécoises de marchandises vers l'Asie (7,0 G$) représentaient 8,7 % du total des exportations internationales de marchandises du Québec (80,3 G$).

Toujours en 2016, la Corée du Sud était le 3e client du Québec en Asie, derrière la Chine (1er) et le Japon (2e), et le 12e client international du Québec.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des exportations a été positive (16,3 %).

En 2016, les cinq produits en tête de liste des exportations québécoises à destination de la Corée du Sud étaient les suivants :

  • le minerai de fer et ses concentrés (37,1 % du total);
  • les pâtes chimiques de bois (7,4 %);
  • la viande de porc fraîche ou congelée (5,2 %);
  • les simulateurs de vol et leurs parties (3,9 %);
  • les barres et profilés en acier (2,1 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers la Corée du Sud représentait 64,1 % de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2016, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés du Québec à destination de la Corée du Sud se répartissait comme suit :

  • les produits de faible technologie (42,8 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (26,9 %);
  • les produits de haute technologie (20,4 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (9,9 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de faible technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de la Corée du Sud.

Les importations

En 2016, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Corée du Sud était de 1,5 G$, ce qui représentait une baisse de 4,4 % par rapport à l'année 2015. Cette valeur correspondait à 14,0 % du total des importations canadiennes en provenance de ce pays.

En 2016, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Corée du Sud représentait 7,6 % des importations québécoises en provenance de l'Asie et 1,7 % du total des importations internationales de biens dédouanés au Québec.

Toujours en 2016, la Corée du Sud était le 3e fournisseur du Québec en Asie, derrière la Chine (1er) et le Japon (2e), et le 12e à l'échelle internationale.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des importations a été positive (+5,0 %).

En 2016, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Corée du Sud étaient les suivants :

  • les voitures de tourisme et les autres types de véhicules (49,5 % du total);
  • l'argent sous forme brute, mi-ouvrée ou en poudre (15,8 %);
  • les parties et les accessoires de véhicules automobiles (1,8 %);
  • les circuits intégrés et les microassemblages électroniques (1,7 %);
  • les polymères du styrène sous forme primaire (1,6 %).

La valeur des dix principaux produits québécois importés de la Corée du Sud représentait 76,8 % de l'ensemble des importations du Québec en provenance de ce pays.

Le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Corée du Sud se présentait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (64,4 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (24,7 %);
  • les produits de haute technologie (5,6 %);
  • les produits de faible technologie (5,3 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de moyenne-haute technologie ont dominé les importations de biens dédouanés au Québec en provenance de la Corée du Sud.

Les investissements étrangers et filiales d'entreprises

En 2016, il y avait cinq9 filiales d'entreprises coréennes établies au Québec.

Annexe

Tableau I

Commerce de narchandises entre le Québec et la Corée du Sud, 2012-2016
(en millions de dollars canadiens)
  2012 2013 2014 2015 2016
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction de l'analyse économique, MESI, novembre 2017.
Exportations de biens 354 422 646 658 647
Importations de biens 1 222 1 223 1 456 1 552 1 483
Échanges totaux* 1 576 1 645 2 102 2 210 2 130

Tableau II

Exportations de marchandises du Québec, par groupe de produits à destination de la Corée du Sud, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction de l'analyse économique, MESI, novembre 2017.
Minerais de fer et leurs concentrés 17,8 5,0 72,7 17,2 237,8 36,8 280,3 42,6 240,0 37,1
Pâtes mi-chimiques de bois 49,9 14,1 71,3 16,9 63,0 9,8 54,4 8,3 48,2 7,4
Viandes de porc (fraîche, réfrigérée ou congelée) 43,0 12,1 29,9 7,1 32,8 5,1 29,0 4,4 33,8 5,2
Simulateurs de vol et leurs parties 1,1 0,3 3,3 0,8 0,8 0,1 3,5 0,5 25,3 3,9
Barres et profilés en acier 11,9 3,4 10,6 2,5 12,3 1,9 19,7 3,0 13,7 2,1
Ferro-alliages 5,5 1,6 7,2 1,7 9,2 1,4 10,6 1,6 12,9 2,0
Instruments, appareils pour analyse physique, chimique 6,8 1,9 7,6 1,8 9,7 1,5 9,4 1,4 11,2 1,7
Centrifugeuses, appareils pour la filtration, épuration des liquides ou des gaz 0,1 0,0 2,7 0,6 15,2 2,4 11,2 1,7 10,3 1,6
Panneaux de particules en bois ou en autres matières ligneuses 0,0 0,0 0,0 0,0 3,5 0,5 1,3 0,2 9,6 1,5
Huile de soja et ses fractions 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 9,5 1,5
10 principaux produits ci-dessus* 136,0 38,5 205,2 48,6 384,2 59,5 419,3 63,7 414,4 64,1
Autres produits 217,7 61,5 216,6 51,4 261,8 40,5 238,6 36,3 232,1 35,9
Total* 353,7 100,0 421,8 100,0 646,0 100,0 657,8 100,0 646,5 100,0
Québec/Canada   9,5   12,0   15,5   16,4   14,7

Tableau III

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de la Corée du Sud, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction de l'analyse économique, MESI, novembre 2017.
Voitures de tourisme et autres types de véhicules 701,0 57,4 722,9 59,1 683,7 47,0 770,3 49,6 733,5 49,5
Argent sous forme brute, mi-ouvrée ou en poudre 59,2 4,8 36,6 3,0 143,0 9,8 152,0 9,8 235,0 15,8
Parties et accessoires de véhicules automobiles 7,3 0,6 12,2 1,0 17,1 1,2 21,5 1,4 27,4 1,8
Circuits intégrés et microassemblages électroniques 24,0 2,0 29,7 2,4 50,1 3,4 80,0 5,2 24,7 1,7
Polymères du styrène sous forme primaire 16,2 1,3 9,5 0,8 15,5 1,1 18,4 1,2 23,3 1,6
Étoffes de bonneterie 18,6 1,5 19,8 1,6 20,0 1,4 22,4 1,4 22,2 1,5
Huiles de pétrole raffinées 3,3 0,3 34,6 2,8 137,5 9,4 60,2 3,9 21,3 1,4
Fibres synthétiques (nylon, polypropylène, etc.) 9,3 0,8 10,8 0,9 12,9 0,9 16,9 1,1 17,7 1,2
Profilés en fer ou en acier non allié 0,0 0,0 3,3 0,3 9,9 0,7 12,6 0,8 17,3 1,2
Caoutchouc synthétique 15,4 1,3 12,6 1,0 18,4 1,3 14,1 0,9 17,2 1,2
10 principaux produits ci-dessus* 854,3 69,9 892,0 72,9 1 108,0 76,1 1 168,5 75,3 1 139,5 76,8
Autres produits 367,7 30,1 331,4 27,1 347,6 23,9 383,4 24,7 343,5 23,2
Total 1 221,9 100,0 1 223,4 100,0 1 455,6 100,0 1 551,9 100,0 1 483,0 100,0
Québec/Canada   19,2   16,7   20,1   18,8   14,0

Tableau IV

Exportations de biens manufacturés du Québec par groupes de produits à destination de la Corée du Sud, selon le niveau de technologie, 2009-2013
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction de l'analyse économique, MESI, novembre 2017.
Haute technologie 63,4 21,0 71,9 23,3 90,5 26,3 86,6 26,1 74,3 20,4
Moyenne-haute technologie 71,8 23,8 47,6 15,4 59,8 17,4 70,3 21,2 98,1 26,9
Moyenne-faible technologie 27,6 9,1 39,5 12,8 43,3 12,6 43,9 13,2 36,3 9,9
Faible technologie 139,0 46,1 149,4 48,5 150,6 43,8 131,5 39,6 156,5 42,8
Total manufacturier* 301,7 100,0 308,3 100,0 344,2 100,0 332,3 100,0 356,3 100,0

Tableau V

Importations de biens manufacturés au Québec par groupes de produits en provenance de la Corée du Sud
selon le niveau de technologie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction de l'analyse économique, MESI, novembre 2017.
Haute technologie 82,0 6,7 95,5 7,8 111,5 7,7 138,7 8,9 83,2 5,6
Moyenne-haute technologie 908,0 74,4 894,2 73,2 875,2 60,2 996,9 64,3 954,0 64,4
Moyenne-faible technologie 159,1 13,0 161,2 13,2 394,1 27,1 334,0 21,6 366,0 24,7
Faible technologie 70,9 5,8 70,4 5,8 73,2 5,0 80,0 5,2 78,3 5,3
Total manufacturier* 1 220,0 100,0 1 221,3 100,0 1 454,1 100,0 1 549,6 100,0 1 481,5 100,0

1. PIB valorisé en dollars américains courants.

2. Source : Banque mondiale, World Development Indicators database, 2017.

3. La croissance potentielle de l'économie est une estimation du taux de croissance du PIB effectuée lorsque les facteurs de production (travail et capital) sont utilisés de manière optimale et qu'il n'y a pas de tension sur le marché des biens et services ni sur celui du travail (c'est-à-dire en présence d'une inflation stable).

4. Source : Banque de Corée, 2015.

5. Le 10 mars 2017, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été destituée. La décision prise à l'unanimité par les huit juges de la Cour constitutionnelle de Séoul est venue confirmer le vote de l'Assemblée nationale du 9 décembre 2016. Un verdict historique qui a mis un terme à plusieurs mois de scandale impliquant sa confidente de l'ombre, Choi Soon-sil.

6. La Corée du Sud a annoncé, en juillet 2017, un plan de relance pour les cinq prochaines années s'articulant autour de quatre axes : 1) l'amélioration des salaires; 2) la création d'emplois; 3) la création des conditions propices à une concurrence équitable entre les acteurs économiques; 4) l'amélioration de la croissance économique par l'innovation, grâce à la modification de la réglementation pour une concurrence équitable entre PME innovatrices. Enfin, selon les autorités coréennes, les turbulences économiques liées à la décision des Britanniques de sortir de l'Union européenne risquent d'affecter l'emploi et les exportations de la quatrième économie d'Asie.

7. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

8. Voir les tableaux I à V de l'annexe pour des données additionnelles.

9. Source : Statistique Canada.