Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Export Québec/Stratégie exportation

Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020 - Oser exporter - Moderniser notre économie

Le transport

Le transport : les principaux secteurs industriels concernés

  • Équipements et services spécialisés
  • Métallurgie — Aluminium
  • Plastiques et composites
  • Technologies de l'information et des communications
  • Optique-photonique
  • Textiles techniques

Le Québec possède une masse critique d’entreprises exportatrices notamment dans les sous-secteurs des véhicules automobiles, des véhicules spéciaux, des autobus et autocars ainsi que des véhicules ferroviaires. Ces entreprises peuvent vendre dans le monde par l’intermédiaire des donneurs d’ordres et des intégrateurs, des marchés publics et des utilisateurs privés institutionnels.

Les tendances globales

Le marché du transport est marqué par plusieurs tendances mondiales représentant à la fois des possibilités d’affaires et des défis. On peut citer notamment :

  • la croissance de l’électrification et des systèmes intelligents dans les véhicules;
  • l’introduction de normes environnementales de plus en plus strictes;
  • l’allègement des véhicules.

La sous-traitance automobile

Le secteur de l’automobile est caractérisé par un nombre limité d’assembleurs et plusieurs intermédiaires. Le défi pour les entreprises est de trouver le meilleur intermédiaire en fonction du produit. Les exigences des donneurs d’ordres sont complexes et les entreprises québécoises doivent être bien préparées avant de les approcher.

De par leur proximité, les États-Unis, toujours dominés par trois grandes entreprises (GM, Ford, Chrysler) et marqués par l’arrivée de Tesla, constituent le principal marché d’exportation. On note au cours des dernières années un déplacement des centres de production vers le sud des États-Unis et le Mexique. Le Brésil et l’Argentine demeurent des producteurs importants. ceux-ci privilégient la proximité de leurs fournisseurs.

En Europe, le marché est toujours dominé par deux fabricants principaux, Volkswagen et Renault-Nissan. L’Europe est caractérisée notamment par une intégration de nouvelles technologies plus rapide que chez les fabricants américains et par des normes environnementales plus sévères. Les intégrateurs y ont un grand pouvoir de décision.

Plusieurs grands fabricants automobiles sont situés en Asie, soit en Chine, en Corée du Sud et au Japon. Les nombreuses mesures environnementales mises en œuvre par les gouvernements et les besoins en matière de nouvelles technologies en font un marché des plus intéressants.

Le Canada est un marché sous-estimé par plusieurs entreprises.

La sous-traitance d’autres véhicules (récréatifs, commerciaux, utilitaires)

Contrairement au secteur de l’automobile, les chaînes de valeur du secteur des véhicules spéciaux et récréatifs sont souvent locales, particulièrement pour les produits à faible valeur ajoutée. Les chaînes de valeur de la niche des camions lourds et des autobus et autocars sont plus étendues géographiquement. Seules certaines niches, principalement celles à grand volume, utilisent des intégrateurs, telle celle des véhicules récréatifs.

Le cadre réglementaire de plusieurs produits de la niche des véhicules récréatifs est similaire à celui de l'automobile. De plus, le développement de véhicules électriques ou consommant moins de carburant est en accélération chez certains fabricants.

Les gestionnaires de flottes publiques et privées de véhicules commerciaux recherchent des véhicules polyvalents. Toutefois, les administrations tendent à privilégier des produits de proximité. La réglementation exige que les fabricants puissent fournir des véhicules propres.

En ce qui a trait aux véhicules utilitaires, les petits volumes de production nécessitent une souplesse dans le développement et la fabrication de produits, ce qui correspond au type de fabrication québécois. Le développement d’affaires doit souvent être fait en fonction de l’utilisation du véhicule (p. ex. minier, utilitaire, etc.). Les grands fabricants exercent un contrôle serré sur leur approvisionnement et ne dépendent pas autant de l’intervention d’intégrateurs.

Pour les entreprises bien préparées, la niche des véhicules d’usage militaire présente un potentiel certain.

Les véhicules ferroviaires

Le marché ferroviaire est marqué par une dynamique de délocalisation manufacturière visant à respecter les exigences réglementaires des clients étrangers.

Les États-Unis et le Canada demeurent des marchés intéressants pour les entreprises québécoises, bien que la quantité de matériel roulant stagne depuis quelques années.

L’Europe compte plusieurs grands constructeurs ainsi que de nombreux fournisseurs et sous-traitants de taille moyenne.

Du côté de l’Amérique latine, de gros investissements sont prévus au Brésil. De grands projets de modernisation et d’accélération du transport ferroviaire sont également en cours au Mexique.

Les acteurs asiatiques, surtout chinois, gagnent en importance dans les appels d’offres. Avec la croissance des populations et des économies, l’industrie ferroviaire est en plein essor (réseaux interurbains et urbains) en Asie. La Chine et l’Inde occupent notamment respectivement le deuxième et le quatrième rang mondial en termes de lignes ferroviaires. Le Japon est un marché de pointe, mais fermé aux entreprises étrangères et saturé. La Corée du Sud et Taiwan sont de petits marchés, mais très dynamiques.

L’industrie québécoise offre des équipements de transport variés destinés à de nombreuses niches d’application. Le degré d’innovation et la souplesse de production y sont très élevés. L’ingénierie est une des forces du Québec, mais le marché local est trop petit pour permettre aux entreprises d’atteindre leur plein potentiel.

Les actions priorisées

Dans le cadre du deuxième volet de la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020, le gouvernement priorisera les actions suivantes pour favoriser le développement international des PME de ce secteur.

Tableau 16 — Actions et territoires prioritaires – secteur des transports
Actions prioritaires Mesures du deuxième volet de la stratégie
Élaborer une méthode de validation des fournisseurs québécois afin de les préparer à vendre leurs produits auprès de donneurs d'ordres. Inspirée du programme MACH d'Aero Montréal, cette méthode mobilisera la filière en permettant aux entrepreneurs d'acquérir une vision à long terme. 15
Soutenir financièrement le déplacement des attachés sur leurs territoires respectifs afin d'élargir le réseau de contacts et d'effectuer de la veille sectorielle. 16
Organiser des missions ou des accueils auprès des clients cibles afin de tisser de nouveaux contacts d'affaires. 17
Organiser des missions commerciales de groupe aux événements internationaux qui réunissent l'ensemble des acteurs de l'industrie mondiale afin de promouvoir l'industrie du transport québécois. 18
Utiliser les stratégies gouvernementales pertinentes (Plan d'action en économie numérique; Stratégie québécoise du développement du l'aluminium 2015-2025; Plan d'action en électrification des transports 2015-2020) comme levier de mise en valeur d'une image de marque québécoise en transport intelligent (connectivité, systèmes embarqués, Internet des objets). 18

Territoires prioritaires
États-Unis, Canada, Mexique, France, Allemagne, Espagne, Chine, Inde, Brésil.

Les actions priorisées pour le marché sectoriel des transports seront mises en œuvre principalement par le MESI.