Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Export Québec/Stratégie exportation

Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020 - Oser exporter - Moderniser notre économie

Le marché du détail – meuble

Le marché du détail – meuble : le principal secteur industriel concerné

  • Meubles


L’industrie du meuble est présente dans toutes les régions du Québec et constitue le septième employeur manufacturier22.

Une restructuration de l’industrie

Au cours des dernières années, la variation du dollar canadien et l’augmentation des importations de meubles en provenance de pays à faible coût de production ont grandement contribué à la restructuration de l’industrie québécoise du meuble, que ce soit dans les segments résidentiel, commercial ou institutionnel.

Il est devenu impossible de se démarquer sur les seules bases de la qualité et du prix. Les fabricants doivent miser sur des pistes de développement alternatif et mettre l’accent sur des produits de niche ou distinctifs, conçus par des concepteurs avant-gardistes, ou sur des délais de livraison imbattables.

Les marchés extérieurs

Les entreprises qui ont su adapter leur modèle d’affaires pour répondre notamment aux demandes des consommateurs et aux exigences des distributeurs réussissent à percer les marchés extérieurs.

L’Amérique du Nord est le plus gros marché d’exportation québécoise de meubles : près de la moitié (47 %) des exportations est destinée au reste du Canada, tandis que l’autre moitié est destinée aux États-Unis (52 %)23. Il est donc prioritaire de favoriser la consolidation et l’augmentation des parts de marché des entreprises québécoises de meubles sur ces marchés.

Le contexte actuel, marqué par la reprise économique aux États-Unis et la dépréciation du huard, est très favorable aux exportateurs québécois. Plusieurs États américains connaissent un boom immobilier très important, ce qui laisse prévoir une hausse considérable de la demande de meubles, tous segments confondus.

Les possibilités de croissance

Au cours des prochaines années, les principales possibilités de croissance et de développement dans ce secteur pourraient venir de différents facteurs tels que :

  • la responsabilité environnementale : un nombre croissant de consommateurs sont soucieux de l’environnement et sont à la recherche de matières premières de haute performance et de sources durables;
  • l’adaptabilité : des occasions intéressantes s'offrent aux produits pouvant s’adapter par exemple à de petits espaces et au vieillissement de la population;
  • l’évolution des modes de consommation : les achats en ligne sont en hausse constante.

Les actions priorisées

Le gouvernement souhaite faciliter l’accès des entreprises aux marchés canadien et américain et priorisera les actions suivantes, dans le cadre du deuxième volet de la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020.

Tableau 9 — Actions et territoires prioritaires – secteur du marché de détail − meuble
Actions prioritaires Mesures du deuxième volet de la stratégie
Développer les compétences en commercialisation. 7
Appuyer les entreprises dans le virage numérique. 12
Organiser des missions commerciales ou des accueils d'acheteurs afin de tisser de nouveaux contacts d'affaires. 17
Mettre en valeur une image de marque québécoise afin de mieux positionner et de renforcer la visibilité de l'offre québécoise sur les marchés extérieurs. 18
Appuyer financièrement les associations sectorielles ou les entreprises du secteur pour leur participation à des foires commerciales stratégiques.  19

Territoires prioritaires
Canada, États-Unis.

Les actions priorisées pour le marché sectoriel du meuble seront mises en œuvre principalement par le MESI.

22. Ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, « Ameublement » (2015). http://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/informer/par-secteur-dactivite/ameublement/

23. Institut de la Statistique du Québec, « Destination des biens fabriqués, par sous-secteur du SCIAN, Québec, 2010, 2011 et 2012 » (2015).