Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Export Québec/Stratégie exportation

Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020 - Oser exporter - Moderniser notre économie

La construction

La construction : les principaux secteurs industriels concernés

  • Produits du bois
  • Métallurgie — Aluminium
  • Minéraux non métalliques
  • Plastiques et composites
  • Appareils, matériel et composantes électriques
  • Technologies propres
  • Génie-conseil


Après avoir enregistré des baisses significatives en raison de la crise financière de 2008-2010, les dépenses mondiales dans l’industrie de la construction reprennent leur niveau d’avant la récession en présentant des taux de croissance annuelle estimés à plus de 5 % depuis 2012.

Le marché mondial : la demande de produits écologiques

Sur le plan mondial, la demande de produits écologiques a considérablement augmenté au cours des dernières années dans tous les segments de marché.

Par exemple, plusieurs possibilités s’offrent aux entreprises pour ce qui est des techniques d’écoconception, des systèmes de réutilisation des eaux, des nouveaux matériaux de construction et des nouvelles technologies.

Le marché américain

La grande majorité des entreprises québécoises exportatrices du secteur vendent leurs produits et services aux États-Unis et au Canada, notamment grâce à l’absence de droits de douane, ce qui leur confère un certain avantage pour la majorité des produits du secteur. Les prévisions de mises en chantier résidentiel en Amérique du Nord indiquent une croissance de près de 10 % par année sur l’horizon 2016-2019.

Les entreprises québécoises sont confrontées à certains défis :

  • Elles doivent se conformer aux différentes normes de construction.
  • Le marché nord-américain des matériaux est dominé par de grandes entreprises américaines qui se spécialisent généralement dans l’un ou l’autre des segments du secteur – résidentiel, commercial ou institutionnel.
  • Pour accéder à ce marché, les entreprises québécoises doivent offrir des produits fortement différenciés, manufacturés en petits volumes et devant respecter des délais de livraison très courts.
  • Par ailleurs, la fin, en 2015, de l’accord sur le bois d'œuvre résineux a réduit la compétitivité de ces produits. Les produits du bois transformés offrent des perspectives d’avenir plus intéressantes, car ils sont exclus des ententes commerciales comme l’Accord sur le bois d’œuvre résineux (ABR) entre le Canada et les États-Unis.

Des possibilités de diversification

Les entreprises québécoises du secteur de la construction peuvent tirer parti de possibilités intéressantes sur le marché chinois. Sur ce marché, les besoins sont immenses en termes de logement et d’urbanisation rapide.

La croissance soutenue de la demande chinoise pose certains défis environnementaux, ce qui offre des occasions d’affaires pour la niche des bâtiments verts. Les perspectives concernant les produits du bois sont particulièrement intéressantes, les bâtiments en bois étant conformes à la tendance du développement de la construction écologique en Chine.

En Europe, le marché de la construction est généralement bien structuré et organisé. Les entreprises ayant un produit distinctif à haute valeur ajoutée et ayant conclu une entente avec un partenaire local ont plus de chances de succès sur ce marché où la demande a atteint une certaine stabilité.

Plusieurs autres marchés, tels que le Mexique, le Japon et la Corée, offrent également des possibilités intéressantes, selon les segments, pour les produits distinctifs à prix compétitif.

Les actions priorisées

Afin d’aider les entreprises à accéder aux marchés internationaux de la construction, le gouvernement priorisera les actions suivantes, annoncées dans le cadre du deuxième volet de la Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020.

Tableau 6 — Actions et territoires prioritaires – secteur de la construction
Actions prioritaires Mesures du deuxième volet de la stratégie

Appuyer des activités de sensibilisation et de promotion des histoires à succès auprès de nouvelles entreprises innovantes à l'exportation pour les marchés plus traditionnels tels que les marchés canadiens et américains.

1

Mener des activités afin de soutenir la structuration et la préparation des entreprises québécoises qui souhaitent explorer des marchés d'exportation non traditionnels à fort potentiel.

4

Faciliter et appuyer les regroupements d'entreprises à l'exportation, notamment pour le secteur des systèmes constructifs, afin de consolider l'offre québécoise internationale et de promouvoir des missions commerciales concertées entre les différentes régions du Québec en se détachant de l'approche strictement régionale de l'exportation.

4
Élaborer des stratégies de commercialisation pour les marchés américain et chinois. 9
Effectuer une cartographie normative avec le bureau de la normalisation du Québec (BNQ) pour les marchés ciblés par les entreprises exportatrices. 10
Embaucher une ressource spécialisée dans le secteur de la construction afin de faciliter le développement de marchés américains. 16
Faciliter et appuyer la promotion des entreprises québécoises auprès des grands donneurs d'ordres (résidentiel, commercial et institutionnel) dans les créneaux d'avenir telle la construction verte dans le cadre d'événements internationaux incontournables et lors de l'accueil d'acheteurs au Québec. 17
Faciliter et appuyer la participation des entreprises ayant des produits innovants à de grands projets, tant résidentiels que commerciaux et institutionnels, tels que l'organisation des Jeux olympiques, l'aménagement de grandes zones récréotouristiques, etc. 18

Territoires prioritaires
Canada, États-Unis, Chine, Royaume-Uni, Mexique.

Les actions priorisées pour le marché sectoriel de la construction seront mises en œuvre principalement par le MESI et la SHQ.