Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Export Québec/Chine

Note sur l'économie et le commerce de la Chine

Juillet 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie chinoise

Chine
Principaux indicateurs, 2017
* Nombre d'unités de renminbis par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2017.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, juin 2018.
Population (en millions) 1 390,1
PIB (en milliards de dollars américains courants) 12 014,6
PIB par habitant (en dollars américains courants) 8 643,1
Taux de croissance du PIB réel (Pourcentage%) 6,8
Taux d'inflation (Pourcentage) 1,5
Taux de chômage (Pourcentage) 3,9
Taux de change* 5,2056
Exportations de marchandises et services (en milliards de dollars américains courants) 2 470,6
Importations de marchandises et services (en milliards de dollars américains courants) 2 291,7

Le contexte économique en abrégé

La croissance de l'économie chinoise, au ralenti en 2016, a légèrement repris en 2017. Ce résultat constitue une première remontée après cinq baisses consécutives du taux de croissance de l'économie du pays depuis 2011. Selon les données du FMI, la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine est passée de 9,5 % en 2011 à 7,9 % en 2012, à 7,8 % en 2013, puis à 7,3 % en 2014, pour terminer à 6,9 % en 2015 et à 6,7 % en 2016.

L'économie chinoise amorce une transition vers une croissance moins accélérée, mais peut-être plus durable, après avoir enregistré l'une des expansions les plus rapides et les plus soutenues des 15 dernières années dans le monde.

Cette transition s'effectue par le passage d'un mode de vie rural à un mode de vie urbain, de l'investissement à la consommation et des activités de production manufacturière à des activités de plus en plus axées sur les services. Désormais, l'économie chinoise devrait être moins portée par l'investissement physique et davantage par l'innovation.

Ces mutations exigeront des réformes structurelles importantes. À court terme, cette nouvelle dynamique devrait permettre de réduire les déséquilibres économiques. À long terme, elle devrait permettre au secteur privé d'avoir un accès plus important aux secteurs à forte présence étatique, et ce, pour favoriser l'innovation et la productivité au sein du pays.

Une augmentation des risques financiers existe en raison du surendettement des entreprises, des stocks élevés et des prix excessifs dans le secteur de l'immobilier. L'endettement des entreprises chinoises non financières a atteint 170 % du PIB en 20161, alors que ce ratio était de moins de 100 % à la fin de l'année 20082.

En juillet 2018, les États-Unis ont imposé une surtaxe sur leurs importations mondiales, y compris sur celles en provenance de la Chine. Comme riposte, la Chine a choisi d'imposer elle aussi une surtaxe du même ordre de grandeur et sur un volume d'importations américaines de valeur équivalente3. La guerre commerciale entre les deux partenaires est ainsi devenue réelle.

En 2017, selon les données du FMI, la Chine a enregistré les résultats économiques suivants :

  • une croissance du PIB réel de 6,8 %;
  • une inflation de 1,5 %;
  • un taux de chômage de 3,9 %;
  • un déficit budgétaire correspondant à 4,0 % du PIB.

Selon les données de la Banque mondiale, en 2017, le PIB4 de la Chine se situait au 1er rang mondial, devant celui des États Unis.

Les perspectives économiques pour la période de 2018 à 2020 sont modérées, mais elles demeurent optimistes. Toutefois, la guerre commerciale déclarée en juillet 2018 par les États-Unis par l'imposition d'une surtaxe sur les importations chinoises (et la riposte chinoise) pourrait compromettre ces perspectives.

Les prévisions du FMI indiquent une croissance du PIB de la Chine :

  • de 6,6 % en 2018;
  • de 6,4 % en 2019;
  • de 6,3 % en 2020.

Parmi les défis auxquels la Chine fera face au cours des années à venir, il faut mentionner d'entrée de jeu, sur le plan extérieur, la gestion de la guerre commerciale avec les États-Unis, qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur l'économie chinoise et mondiale si elle prend de l'ampleur. Par ailleurs, sur le plan intérieur, il y a la nécessité de mieux contrôler les risques que représente le niveau élevé de l'endettement des entreprises et la menace que constituent la surcapacité industrielle et la flambée des prix des logements. Il est également nécessaire de réduire les disparités en matière d'accès à une éducation de qualité et d'accroître les financements publics pour améliorer les conditions de vie (structures d'accueil et scolarisation) des jeunes enfants ainsi que des habitants des campagnes.

Les finances publiques

En ce qui concerne les finances publiques, le solde budgétaire des administrations publiques est toujours déficitaire. Le déficit public officiel a continué d'augmenter en 2017 pour atteindre 4,0 % du PIB (comparativement à 3,8 % en 2016, à 3,4 % en 2015 et à 1,8 % en 2014).

Le plan fiscal adopté en mai 2016 visait un objectif de déficit de 3 %.

La réforme fiscale s'est poursuivie en 2017. Cette réforme chinoise vise à remplacer progressivement la taxe d'affaires (business tax) par une taxe ad valorem ou taxe sur la valeur ajoutée. Cette série de mesures cherche à faire concorder le système fiscal chinois avec les normes internationales, ce qui est en voie de réalisation.

L'objectif des autorités chinoises est d'atteindre un ratio dette/PIB de 2,8 % (moins de 3,0 %). Leur défi est d'encourager l'investissement en évitant d'alimenter les opérations purement spéculatives.

Le commerce extérieur de la Chine

En 2016, le commerce extérieur de la Chine (exportations et importations de biens et services) s'élevait à 4 343 G$ US, ce qui correspondait à 38,7 % du PIB. Les exportations et les importations représentaient respectivement 53,1 % et 46,9 % du commerce total de biens et services. La valeur effective du commerce de biens était de 4 105,2 G$ US. Quant à la valeur du commerce de services, elle était estimée à 657,1 G$ US.

Les marchandises alors comptaient pour 86,2 % des échanges et les services commerciaux pour 13,8 %.

Toujours en 2016, la Chine était le 1er exportateur (13,2 %) et le 2e importateur (9,8 %) de marchandises au monde.

Elle se situait alors au 5e rang mondial des exportateurs (4,3 %) et au 2e rang des importateurs (9,6 %) de services commerciaux.

Les services de voyage se classaient cette même année au 1er rang des exportations (21,4 %) et des importations (58,1 %) de services commerciaux.

Les principaux groupes de produits

En 2016, les principaux groupes de produits exportés par la Chine étaient les suivants :

  • les produits manufacturés (94,3 %);
  • les produits agricoles (3,3 %);
  • les produits combustibles et miniers (2,4 %).

Cette même année, les principaux groupes de produits importés par la Chine étaient les suivants :

  • les produits manufacturés (64,4 %);
  • les produits combustibles et miniers (21,3 %);
  • les produits agricoles (9,5 %).

Les principaux partenaires commerciaux5

En 2016, les principaux clients de la Chine étaient :

  • les États-Unis;
  • l'Union européenne (UE-28);
  • Hong Kong;
  • le Japon;
  • la République de Corée (Corée du Sud).

Toujours en 2016, ses principaux fournisseurs étaient :

  • l'UE-28;
  • la République de Corée;
  • le Japon;
  • Taipei;
  • les États-Unis.

Les investissements directs étrangers

Selon la CNUCED6, en 2016, les flux d'investissements directs étrangers (IDE) à destination de la Chine (flux entrants) se chiffraient à 133,7 G$ US (135,6 G$ US en 2015). Les flux entrants d'IDE des économies en développement d'Asie s'élevaient à 442,7 G$ US, tandis que ceux des économies développées étaient de 1 032,4 G$ US. Les flux entrants d'IDE mondiaux totalisaient 1 746,4 G$ US.

Selon la même source, en 2016, les flux d'investissements directs chinois vers l'étranger (flux sortants) se chiffraient à 183,1 G$ US (127,6 G$ US en 2015), alors que les flux sortants d'IDE des économies en développement d'Asie se chiffraient à 363,1 G$ US et que ceux des économies développées s'élevaient à 1 043,9 G$ US. En ce qui concerne les flux sortants d'IDE mondiaux, ils s'établissaient à 1 452,5 G$ US.

Toujours en 2016, la Chine7 se classait au 2e rang des destinations et des provenances mondiales de l'investissement étranger8.

Le commerce de marchandises9 entre le Québec et la Chine10

L'évolution des échanges

En 2017, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Chine se chiffraient à 14,5 G$, ce qui représentait une hausse de 4,8 % par rapport à l'année 2016. Cette hausse était principalement liée à l'augmentation des importations (+324,2 M$), alors que les exportations avaient baissé.

Au cours de la période de 2013 à 2017, la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges était positive (+5,7 %).

  • En 2017, la valeur de ces échanges représentait 15,3 % des échanges commerciaux de biens entre le Canada et la Chine, comparativement à 16,9 % en 2016.

Toujours en 2017, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Chine était supérieure à celle établie entre le Québec et chacun des pays de l'UE-28. Elle correspondait également à 44,2 % de la valeur totale des échanges du Québec avec cette zone économique (32,8 G$).

Cette même année, la Chine se classait au 1er rang des partenaires commerciaux du Québec en Asie, devant le Japon, et au 2e rang des partenaires commerciaux internationaux du Québec, derrière les États-Unis.

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et la Chine, 2013-2017
(en millions de dollars canadiens)
  2013 2014 2015 2016 2017
* Les totaux étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
 
Exportations 2 603,1 2 759,7 2 694,3 3 014,4 2 856,4
Importations 8 984,7 9 553,2 10 740,6 10 769,5 11 593,7
Commerce total* 11 587,9 12 312,9 13 434,9 13 783,9 14 450,0

Les exportations

En 2017, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la Chine s'établissait à 2,9 G$, ce qui représentait une baisse de 5,2 % par rapport à l'année 2016. Elle correspondait à 12,1 % de la valeur totale des exportations canadiennes vers ce pays.

Toujours en 2017, la valeur des exportations de marchandises du Québec vers la Chine représentait 39,2 % des exportations québécoises vers l'Asie et 3,3 % du total des exportations internationales de marchandises du Québec.

Les exportations québécoises de marchandises vers l'Asie représentaient alors 8,7 % du total des exportations internationales de marchandises du Québec.

Cette même année, parmi les clients du Québec, la Chine se classait au 1er rang en Asie, devant le Japon, et au 2e rang à l'échelle internationale, derrière les États-Unis.

En 2017, les cinq produits en tête de liste des exportations québécoises vers la Chine étaient les suivants :

  • les voitures de tourisme et les autres types de véhicules (10,7 % du total);
  • les avions, les hélicoptères et les autres véhicules aériens ou spatiaux (9,7 %);
  • le minerai de fer et ses concentrés (8,0 %);
  • la viande de porc fraîche, réfrigérée ou congelée (7,3 %);
  • les pâtes de bois mi-chimiques (6,2 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers la Chine représentait alors 62,2 % de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

Toujours en 2017, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés du Québec à destination de la Chine se répartissait comme suit :

  • les produits de faible technologie (38,3 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (31,3 %);
  • les produits de haute technologie (19,7 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (10,7 %).

Au cours de la période de 2013 à 2017, deux groupes de produits ont dominé les exportations du Québec vers la Chine :

  • de 2013 à 2015 inclusivement par les produits de haute technologie;
  • de 2016 à 2017 inclusivement par les produits de faible technologie.

Les importations

En 2017, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Chine était de 11,6 G$, ce qui représentait une hausse de 7,7 % par rapport à l'année 2016. Cette valeur correspondait également à 16,3 % du total des importations canadiennes en provenance de ce pays.

Les importations de marchandises du Québec en provenance de la Chine représentaient alors 56,3 % des importations québécoises en provenance de l'Asie et 12,6 % du total des importations internationales de marchandises du Québec.

Cette même année, les importations québécoises de marchandises en provenance de l'Asie représentaient 22,6 % du total des importations internationales de marchandises du Québec.

Toujours en 2017, la Chine était le 1er fournisseur du Québec en Asie et son 2e fournisseur à l'échelle internationale, derrière les États-Unis.

En 2016, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Chine en 2016 étaient les suivants :

  • les ordinateurs et leurs unités (8,1 % du total);
  • les appareils téléphoniques et leurs parties (3,4 %);
  • les sièges, y compris ceux transformables en lits, et leurs parties (2,4 %);
  • les appareils d'éclairage et leurs parties (2,4 %);
  • les malles et les valises en cuir ou en matière plastique et textile (2,4 %).

En 2017, le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Chine se présentait comme suit :

  • les produits de faible technologie (35,7 %);
  • les produits de haute technologie (22,1 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (21,3 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (20,9 %).

Au cours de la période de 2013 à 2017, les produits de faible technologie ont dominé les importations.

Les sociétés et les investissements sous contrôle étranger11

En 2017, le nombre de filiales d'entreprises chinoises établies au Québec s'élevait à 35, dont 7 entreprises hongkongaises.

Les données touristiques12

De 2009 à 2014, l'évolution du nombre de touristes chinois au Québec a été caractérisée par une hausse continue jusqu'en 2012, puis ce nombre a diminué en 2013 avant de remonter en 2014. Au cours de la même période, le nombre de touristes québécois en Chine a lui aussi connu une hausse continue, à l'exception des années 2011 et 2014, au cours desquelles des baisses ont été enregistrées.

Toujours au cours de cette période, le nombre de touristes chinois au Québec était plus élevé que le nombre de touristes québécois en Chine.

L'évolution des dépenses touristiques montre cependant qu'avant 2014, les dépenses des touristes chinois au Québec étaient, de façon systématique, nettement inférieures à celles des touristes québécois en Chine. Certaines années, les dépenses des touristes québécois en Chine étaient près de trois (en 2010) à quatre fois (en 2009) supérieures aux dépenses des touristes chinois au Québec.

De 2009 à 2014, les dépenses des touristes québécois en Chine ont augmenté de façon régulière (sauf en 2014), passant de 27,0 M$ en 2009 à 53,3 M$ en 2013. En 2014, celles-ci ont baissé à 46,7 M$.

Au cours de la même période, les dépenses des touristes chinois au Québec ont suivi la même tendance et ont augmenté de façon continue (sauf en 2013, alors qu'elles ont baissé à 28,3 M$). Celles-ci sont passées de 6 M$ en 2009 à 29,6 M$ en 2012 et à 102,6 M$ en 2014. Elles sont aussi demeurées inférieures aux dépenses des touristes québécois en Chine, à l'exception de l'année 2014, au cours de laquelle les dépenses des touristes chinois au Québec ont représenté 2,2 fois les dépenses des touristes québécois en Chine.

Annexe

Tableau I

Commerce extérieur de la Chine, 2013-2017
(en milliards de dollars américains)
  2013 2014 2015 2016 2017
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
e : Ces données sont des estimations de l'OMC.
Source : OMC, mise à jour (marchandises, octobre 2017 et services commerciaux, avril 2017).
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Exportations de marchandises et services* 2 409,6 2 548,1 2 491,5 2 314,1 2 470,6
Marchandises 2 209,0 2 342,3 2 273,5 2 097,6 2 263,3
Services commerciaux 200,6 205,8 218,1 216,5 207,3
Importations de marchandises et services* 2 230,3 2 288,7 2 110,4 2 021,2 2 291,7
Marchandises 1 950,0 1 959,2 1 679,6 1 587,9 1 841,9
Services commerciaux 280,3 329,4 430,8 433,3 449,8
Commerce total* 4 639,8 4 836,7 4 601,9 4 335,3 4 762,3
Balance commerciale* (biens et services) 179,3 259,4 381,2 292,9 178,9

Tableau II

Principaux partenaires commerciaux de la Chine, 2016
Clients % Fournisseurs %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : OMC.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
États-Unis 18,3 Union européenne (28) 13,1
Union européenne (28) 16,1 Corée du Sud 10,0
Hong Kong 13,8 Japon 9,2
Japon 6,1 Taïwan 8,8
Corée du Sud 4,5 États-Unis 8,5
Autres partenaires* 41,2 Autres partenaires* 50,4
Monde* 100,0 Monde* 100,0

Tableau III

Commerce de marchandises entre le Québec et la Chine, 2013-2017
(en millions de dollars canadiens)
  2013 2014 2015 2016 2017
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économique, MESI, juin 2018.
Exportations de biens 2 603 2 760 2 694 3 014 2 856
Importations de biens 8 985 9 553 10 741 10 770 11 594
Échanges totaux* 11 588 12 313 13 435 13 784 14 450

Tableau IV

Exportations de marchandises du Québec, par groupe de produits à destination de la Chine, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016

2017

M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, juin 2018.
Voitures de tourisme et autres types de véhicules 34,7 1,3 68,5 2,5 117,5 4,4 238,3 7,9 305,1 10,7
Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux 338,1 13,0 325,9 11,8 432,2 16,0 430,6 14,3 276,0 9,7
Minerai de fer et ses concentrés 735,0 28,2 761,1 27,6 304,2 11,3 286,1 9,5 228,5 8,0
Viande de porc fraîche, réfrigérée ou congelée 59,7 2,3 56,6 2,1 54,6 2,0 247,2 8,2 207,8 7,3
Pâtes de bois mi-chimiques 103,0 4,0 103,6 3,8 123,8 4,6 156,8 5,2 178,3 6,2
Simulateurs de vol et leurs parties 167,7 6,4 87,4 3,2 160,0 5,9 71,3 2,4 150,8 5,3
Pâtes chimiques de bois à la soude ou au sulfate 2,4 0,1 0,1 0,0 15,4 0,6 18,4 0,6 139,2 4,9
Déchets de débris d'aluminium 70,9 2,7 72,9 2,6 73,3 2,7 66,0 2,2 111,2 3,9
Fèves de soja, même concassées 73,1 2,8 66,4 2,4 97,1 3,6 156,1 5,2 100,0 3,5
Déchets et débris de cuivre 112,4 4,3 94,5 3,4 91,6 3,4 60,1 2,0 78,5 2,7
10 principaux produits ci-dessus* 1697,1 65,2 1 637,1 59,3 1 469,6 54,5 1 730,9 57,4 1 775,4 62,2
Autres produits* 906,1 34,8 1 122,5 40,7 1 224,7 45,5 1 283,5 42,6 1 080,9 37,8
Total* 2 603,1 100,0 2 759,7 100,0 2 694,3 100,0 3 014,4 100,0 2 856,4 100,0
Québec/Canada   12,7   14,3   13,4   14,4   12,1

Tableau V

Importations de marchandises du Québec, par groupe de produits en provenance de la Chine, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Ordinateurs et leurs unités 857,7 9,5 822,2 8,6 838,5 7,8 863,8 8,0 944,1 8,1
Appareils pour la téléphonie et leurs parties 354,5 3,9 307,1 3,2 361,1 3,4 381,3 3,5 394,4 3,4
Sièges, y compris ceux transformables en lits, et leurs parties 213,6 2,4 240,3 2,5 249,4 2,3 244,4 2,3 277,9 2,4
Appareils d'éclairage et leurs parties 163,3 1,8 188,1 2,0 225,3 2,1 250,1 2,3 276,0 2,4
Malles et valises en cuir ou en matières plastique et textile 255,1 2,8 273,8 2,9 299,2 2,8 295,9 2,7 273,1 2,4
Jouets, modèles réduits et puzzles 177,6 2,0 203,3 2,1 263,3 2,5 267,7 2,5 238,4 2,1
Meubles et leurs parties 158,5 1,8 176,8 1,9 186,5 1,7 190,4 1,8 224,6 1,9
Appareils récepteurs de télévision 157,5 1,8 151,6 1,6 156,7 1,5 183,8 1,7 204,4 1,8
Parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens 65,0 0,7 76,2 0,8 128,2 1,2 163,5 1,5 193,6 1,7
Paquebots, cargos et bateaux similaires, pour le transport de personnes ou de marchandises 119,0 1,3 0,0 0,0 103,0 1,0 17,5 0,2 174,6 1,5
10 principaux produits ci-dessus* 2 521,9 28,1 2 439,4 25,5 2 811,0 26,2 2 858,5 26,5 3 201,2 27,6
Autre produits* 6 462,8 71,9 7 113,8 74,5 7 929,6 73,8 7 911,0 73,5 8 392,5 72,4
Total* 8 984,7 100,0 9 553,2 100,0 10 740,6 100,0 10 769,5 100,0 11 593,7 100,0
Québec/Canada   17,0   16,3   16,4   16,7   16,3

Tableau VI

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de la Chine, selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Haute technologie 487,6 31,9 524,2 33,1 628,4 31,1 640,5 27,9 437,4 19,7
Moyenne-haute technologie 459,1 30,1 452,8 28,6 531,1 26,3 635,4 27,6 696,4 31,3
Moyenne-faible technologie 141,1 9,2 180,7 11,4 389,0 19,3 265,9 11,6 238,6 10,7
Faible technologie 439,4 28,8 426,6 26,9 468,8 23,2 756,6 32,9 851,4 38,3
Total manufacturier* 1527,3 100,0 1584,3 100,0 2017,4 100,0 2298,5 100,0 2223,9 100,0

Tableau VII

Importations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits en provenance de la Chine, selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Haute technologie 2 149,5 24,2 2 114,9 22,4 2 341,0 22,0 2 431,6 22,8 2 534,0 22,1
Moyenne-haute technologie 1 629,0 18,4 1 742,4 18,5 2 028,2 19,1 2 118,9 19,9 2 441,0 21,3
Moyenne-faible technologie 1 503,3 16,9 1 704,2 18,1 1 943,8 18,3 2 047,3 19,2 2 393,6 20,9
Faible technologie 3 593,6 40,5 3 875,0 41,1 4 311,3 40,6 4 054,3 38,1 4 085,2 35,7
Total manufacturier* 8 875,4 100,0 9 436,5 100,0 10 624,2 100,0 10 652,1 100,0 11 453,8 100,0

Données sur les échanges touristiques entre le Québec et la Chine, 2009-2014

Tableau VIII

Nombre de touristes chinois au Québec et leurs dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
* Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes : personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins d'un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Tourisme Québec, Direction des connaissances stratégiques en tourisme, septembre 2017.
2009 16 600   6 219 800  
2010 31 400 89,2 12 734 000 104,7
2011 42 000 33,8 23 976 400 88,3
2012 50 100 19,3 29 631 000 23,6
2013 30 900 -38,3 28 315 500 -4,4
2014 65 100 110,7 102 556 700 262,2

Tableau IX

Nombre de touristes québécois en Chine et leurs dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
* Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes : personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins d'un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Tourisme Québec, Direction des connaissances stratégiques en tourisme, septembre 2017.
2009 16 700   26 960 600  
2010 23 700 41,9 36 561 000 35,6
2011 22 800 -3,8 41 451 400 13,4
2012 24 100 5,7 43 237 700 4,3
2013 28 400 17,8 53 339 500 23,4
2014 18 300 -35,6 46 669 100 -12,5

1. Il s'agit du taux le plus élevé des grandes économies. Les deux tiers de cette dette sont attribuables aux entreprises publiques (source : OCDE, 2017).

2. Source : OCDE, 2017.

3. La valeur des importations réciproques auxquelles est appliquée la surtaxe est estimée à 34 G$ US dans cette phase de la guerre commerciale.

4. PIB valorisé en parité de pouvoir d'achat (PPA). Le PIB des États-Unis était de 19 390,6 G$ US PPA et celui de la Chine de 23 300,8 G$ US PPA.

5. Voir le tableau II de l'annexe pour des données additionnelles.

6. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), novembre 2017.

7. Y compris Hong Kong.

8. Source : CNUCED, Rapport sur l'investissement dans le monde, 2017.

9. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

10. Voir les tableaux III à VII de l'annexe pour des données additionnelles.

11. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés, 2e trimestre de 2018.

12. Voir le tableau VI de l'annexe pour des données additionnelles.