Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Créer des liens/Créneaux et pôles d'excellence ACCORD

ACCORD - Agir ensemble pour être compétitif

Éolien

La péninsule gaspésienne, berceau de l'énergie éolienne du Québec

Secteurs d’activité

Description

Puisqu'elle dispose d'un potentiel parmi les plus importants du continent, la péninsule gaspésienne a été ciblée dès le début des années 2000 par le gouvernement du Québec pour développer une expertise québécoise industrielle et technologique dans le secteur de l'éolien et ainsi devenir une vitrine dans le domaine en Amérique du Nord.

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et la municipalité régionale de comté (MRC) de Matane bénéficient d'un appui gouvernemental qui comprend des exigences en matière de contenu régional, spécifiées dans les appels d'offres d'Hydro-Québec, ainsi que des mesures fiscales propres au secteur éolien et à leurs territoires.

Actuellement, la majorité de la capacité éolienne installée du Québec, soit 1 716 MW, se trouve dans la péninsule gaspésienne. En plus de générer des retombées économiques importantes, ces parcs éoliens constituent un véritable laboratoire pour les entreprises du secteur.

Le créneau d'excellence Éolien a été créé en 2007 afin de renforcer la dynamique du secteur éolien, qui occupe une place prépondérante dans l'économie de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et de la MRC de Matane.

Composition

Le créneau d'excellence Éolien.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. compte près d'une quarantaine d'entreprises, qui génèrent près de 1 000 emplois directs. Ces entreprises sont actives dans les domaines suivants :

  • fabrication et assemblage de composants d'éolienne;
  • fabrication de petites et de grandes éoliennes;
  • production d'énergie éolienne;
  • installation, opération et maintenance de parcs éoliens.

Autour de ce noyau d'entreprises gravitent :

  • des entreprises de services spécialisés (transport de composants d'éolienne, étude d'impacts environnementaux, mesures du vent, télécommunication, génie-conseil, etc.);
  • un centre de recherche et développement (R-D) et de transfert technologique;
  • des établissements de formation orientés vers les besoins de l'industrie;
  • des organismes de financement;
  • des intervenants socioéconomiques sur lesquels les membres du créneau peuvent s'appuyer pour mener à bien leurs projets.

Stratégie

Une stratégie et un plan d'action quinquennal ont été élaborés dans le but de poursuivre le développement du créneau d'excellence Éolien.

Une nouvelle entente de mise en œuvre du créneau, d'une durée de cinq ans, a été signée le 26 juillet 2012 par les autorités ministérielles et les représentants régionaux.

Vision

D'ici 2016, le créneau consolidera son leadership national et se distinguera en tant que moteur du développement de l'industrie éolienne québécoise hors frontières. Le créneau d'excellence deviendra pour le secteur éolien du Québec :

  • un pôle d'expertise en R-D relativement à l'énergie éolienne en milieu nordique et en terrain complexe;
  • une référence en opération et maintenance d'éoliennes;
  • un pilier de la chaîne d'approvisionnement de l'industrie éolienne;
  • le cœur du développement de partenariats d'affaires et de synergies entre les différents acteurs du secteur.

Forces du créneau

Sur le plan du système productif, la région se démarque par la présence :

  • de fabricants de composants d'éolienne de classe mondiale, tels que :
    • LM Wind Power,
    • ENERCON Canada,
    • Marmen,
    • Eaton,
    • REpower,
    • Fabrication Delta;
  • d'entreprises détenant une expertise unique en exploitation et maintenance, notamment en terrain complexe et en milieu nordique, par exemple :
    • Techéol,
    • Vent de l'est,
    • Travaux sur cordes Suspendem;
  • d'un fabricant de petites éoliennes, Éocycle Technologies;
  • de firmes spécialisées en énergie éolienne (construction, génie-conseil, environnement, télécommunication, arpentage, sous-traitance) comme :
    • Le Groupe Ohméga,
    • PESCA Environnement,
    • Construction L.F.G. (Construction Énergie Renouvelable (CER)),
    • Activa Environnement,
    • Kwatröe Consultant;
  • de plusieurs propriétaires d'éoliennes qui exploitent treize parcs éoliens représentant plus de 1 235 MW installés, soit :
    • Cartier énergie éolienne,
    • NextEra Energy Canada,
    • TransAlta,
    • Northland Power,
    • Invenergy Wind Canada;
  • du TechnoCentre éolien, dont le mandat est de soutenir le développement d'un savoir-faire québécois en matière d'énergie éolienne.

Sur le plan de la formation et de la main-d'œuvre, la région bénéficie des avantages suivants :

  • une main-d'œuvre spécialisée et qualifiée;
  • une formation professionnelle de niveau collégial donnée sur le terrain et offerte par le Centre québécois de formation en maintenance d'éoliennes (CQFME), qui dispose d'équipements uniques au Canada;
  • le Centre collégial de transfert technologique (CCTT) en énergie éolienne, qui permet d'offrir un enseignement à la fine pointe des progrès technologiques de l'industrie.

Sur le plan de la R-D, de l'innovation et du transfert technologique, 
la région dispose également d'atouts de taille, tels que :

  • le TechnoCentre éolien, un centre de recherche reconnu comme CCTT et regroupant des chercheurs spécialisés en énergie éolienne en milieu nordique et en terrain complexe;
  • l'affiliation au Réseau stratégique du CRSNG (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada) sur l'énergie éolienne (WESNet), un réseau de chercheurs pancanadiens, pluriinstitutionnels et multidisciplinaires spécialisés dans l'énergie éolienne;
  • une entente de collaboration avec :
    • l'Université du Québec à Rimouski (Laboratoire de recherche en énergie éolienne),
    • l'École de technologie supérieure (Chaire de recherche sur l'aérodynamique des éoliennes en milieu nordique),
    • l'Université du Québec à Chicoutimi;
  • la présence d'infrastructures de recherche en énergie éolienne de classe mondiale, comme le Site nordique expérimental en éolien CORUS (SNEEC), qui comprend :
    • 2 éoliennes REpower MM92 CCV d'une puissance de 2,05 MW,
    • un microréseau de couplage éolien-solaire-diesel-air comprimé,
    • un lidar;
    • la plus haute tour météorologique au Canada, d'une hauteur de 126 mètres.

Principaux axes de développement

La stratégie 2011-2016 du créneau se déploie en 7 axes :

  • Entreprises et marchés
    • Favoriser l'implantation de nouvelles entreprises.
    • Optimiser la productivité et la compétitivité des entreprises du créneau.
    • Soutenir leur développement sur les marchés mondiaux.
  • Alliances et partenariats
    • Établir des partenariats afin de multiplier la portée et l'efficacité des actions du créneau.
  • Rayonnement
    • Renforcer l'image de marque du créneau, notamment en ce qui concerne les volets Climat nordique, Terrain complexe et Opération et maintenance.
  • Formation et main-d'œuvre
    • Augmenter les connaissances et l'expertise de la main-d'œuvre.
    • Offrir des formations adaptées aux besoins de l'industrie.
    • Promouvoir les carrières du secteur éolien.
  • R-D, transfert et innovation
    • Soutenir activement la R-D et l'innovation liées aux éoliennes en milieu nordique et en terrain complexe ainsi que leurs applications au sein de l'industrie.
  • Financement
    • Améliorer l'accessibilité au financement.
    • Maintenir les mesures fiscales consacrées à la région et à l'énergie éolienne.
  • Grands enjeux
    • Sensibiliser la population aux avantages de l'énergie éolienne.
    • Maintenir la demande intérieure au-delà de 2015.
    • Contribuer à l'amélioration des infrastructures de transport et du réseau électrique.

Réalisations

Voici les réalisations les plus récentes du créneau :

Coordination

La mise en œuvre du plan d'action du créneau est confiée à un directeur, qui relève directement du comité de créneau. Le directeur est hébergé par le TechnoCentre éolien, qui constitue un partenaire majeur pour le créneau.

Principaux partenaires

  • Armateurs du Saint-Laurent
  • Cégeps et commissions scolaires de la région
  • Développement économique Canada
  • Emploi-Québec
  • Ministère de l'Économie et de l'Innovation
  • Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur
  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles
  • Ministère des Transports
  • Régie intermunicipale de l'énergie
  • Société du Chemin de Fer de la Gaspésie
  • TechnoCentre éolien

La région

Gaspésie–Iles-de-la-Madeleine 

  • 93 130 résidents en 2011, soit 1,2 % de la population du Québec;
  • 6 MRC ou territoires équivalents;
  • Principales villes :
    • Gaspé (14 917 habitants),
    • les Îles-de-la-Madeleine (12 455 habitants),
    • Chandler (7 595 habitants);
  • 38 000 emplois recensés en 2011.

Pour plus d'information

Direction régionale de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
500, avenue Daigneault, bureau 10-A-13
Chandler (Québec) G0C 1K0
Téléphone : 418 689-2019
Courriel

Créneau d'excellence Éolien.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.
70, rue Bolduc
Gaspé (Québec)  G4X 1H8
Téléphone : 418 368-6162, poste 222

Démarche ACCORD

Ce créneau d'excellence est issu de la démarche ACCORD, une stratégie gouvernementale de développement économique régional.

Précédent
Suivant