Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

S'améliorer/Stratégie numérique

Plan d'action en économie numérique

Axe 4 : Se doter des compétences numériques requises

Les technologies numériques et les données ont un effet majeur, non seulement pour l’acquisition de connaissances de base, mais aussi pour le développement de nouvelles compétences essentielles à l’emploi.

La transformation numérique de l’entreprise fait appel à la mise à niveau et à l’appropriation de nouveaux actifs numériques qui se réfèrent non seulement aux données, aux nouveaux modes de paiement et de distribution, à l’accès au réseau, à la dématérialisation, aux objets connectés et à l’impression 3D, mais également aux compétences et à l’expertise de l’organisation. Elle fait également appel au déploiement d’une culture d’expérimentation, favorisant et récompensant les attitudes et pratiques innovatrices.

Ainsi, le Plan d’action répond à l’enjeu du caractère satisfaisant des compétences numériques de la main‑d’œuvre et de l’adéquation entre ces compétences et les besoins des entreprises, dans le contexte de la transformation numérique39.

Comme il s’agit d’un enjeu de taille pour l’économie et l’ensemble de la société québécoise, le Plan d’action pose les premiers gestes immédiats pour y répondre.

Cerner les compétences recherchées et promouvoir les formations et carrières en TIC

La connaissance des besoins de compétences des professions clés en TIC est primordiale pour optimiser l'adéquation entre la formation offerte et les exigences de l'emploi, tant dans les entreprises de ce secteur que dans celles d'autres secteurs procédant à une transformation numérique.

18. Analyse des besoins en développement des compétences en TIC et numériques

L'analyse des besoins consiste donc à effectuer des diagnostics et à analyser les besoins en développement des compétences en TIC et numériques de la main‑d'œuvre dans divers secteurs d'activité économique. À cette fin, sera notamment envisagé le recours à la tenue de forums de collaboration avec les différents acteurs, afin d'assurer une meilleure adéquation entre les exigences du marché du travail et la formation à offrir. D'autre part, une veille sur les besoins de formation en regard des compétences recherchées sera effectuée.

Plus concrètement, il est envisagé de tabler, dans un premier temps, sur plusieurs projets, soit :

  • la réalisation d'un projet de diagnostic intersectoriel sur les besoins des entreprises de la région métropolitaine de recensement de Montréal en matière de développement des compétences numériques de la main‑d'œuvre, en collaboration avec le comité sectoriel TECHNOCompétences et d'autres intervenants du secteur40;
  • la réalisation d'un diagnostic régional (Saguenay–Lac‑Saint‑Jean) visant à déterminer les besoins des PME dans l'appropriation et l'utilisation des technologies numériques, afin d'assurer un maillage efficient avec l'offre de formation existante et de dresser un portrait des atouts régionaux favorables à l'émergence de partenariats d'affaires entre les créateurs du numérique et les PME de l'économie créative41;
  • l'analyse de la profession d'administrateur de bases de données, afin de produire un diagnostic sur l'état et les causes du déséquilibre entre l'offre de formation et les compétences recherchées sur le marché du travail pour cette profession.

Par la suite, et à partir des résultats des projets réalisés dans la métropole et au Saguenay–Lac‑Saint‑Jean, il sera possible :

  • de recommander et promouvoir, en regard de l'adéquation formation‑emploi sur le territoire métropolitain et dans la région du Saguenay–Lac ‑Saint‑Jean, des pistes d'actions innovantes et structurantes visant les organismes, les ministères et les entreprises;
  • de déterminer les facteurs de réussite des diagnostics et les modes de fonctionnement optimaux à utiliser pour l'analyse des besoins d'autres régions du Québec.

Par ailleurs, et de façon plus particulière, la Commission de la construction du Québec (CCQ) s'active sans relâche pour favoriser la formation continue et le développement des compétences de la main‑d'œuvre de chantier au Québec. Selon les règles prévues, la CCQ pourra évaluer les besoins de formation généraux et spécifiques pour certains métiers et occupations, afin d'augmenter les compétences numériques requises pour la main‑d'œuvre de l'industrie de la construction.

Méthodologie développée par le conseil emploi métropole

Le Conseil emploi métropole (CEM) a mis au point une méthodologie reconnue de diagnostic concerté permettant à la fois de considérer l'analyse quantitative et qualitative de la situation en adéquation formation‑emploi d'un secteur en particulier. En 2012, il a réalisé son premier diagnostic dans le secteur des TIC, et trois recommandations ont été formulées en regard des inadéquations constatées.

Le CEM contribue à mobiliser les forces et l'expertise pour l'avancement de la métropole et à contrer les déséquilibres entre les compétences de la main‑d'œuvre et les besoins du marché du travail. Il s'assure que les recommandations et les avis qui ressortent de ses études en matière de formation, d'emploi et d'immigration sont transmis aux partenaires concernés, notamment le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, le réseau de l'enseignement et le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.

19. Promotion des formations et carrières en TIC

Cette mesure contribuera à accélérer l'adoption du commerce électronique

Conformément aux travaux réalisés en matière d'adéquation formation‑emploi, et afin d'intéresser davantage de jeunes aux programmes de formation, aux métiers et aux professions du domaine des TIC, des activités de promotion de formations et carrières seront déployées, essentiellement auprès des élèves du primaire et du secondaire et des jeunes en processus de choix de carrière ou de raccrochage scolaire.

Par l'entremise du programme NovaScience, le Ministère procédera à un appel de projets auprès des organismes œuvrant en promotion de la science et de la technologie, aux fins suivantes :

  • mieux faire connaître les métiers, les professions et les entreprises associés au secteur des TIC;
  • promouvoir les programmes de formation offerts dans ce domaine (formation professionnelle, collégiale et universitaire);
  • contribuer au développement de l'intérêt, des compétences et des attitudes nécessaires aux métiers et professions liés aux TIC et à l'économie numérique.

En plus des possibilités offertes par le programme NovaScience, le Ministère assurera la promotion des carrières et formations en TIC, notamment celles qui sont liées au commerce électronique, auprès des étudiants de niveau collégial et universitaire. En complément à ceux qui sont prévus dans le cadre de la campagne de sensibilisation, les moyens suivants seront mis en œuvre :

  • l'organisation de visites d'entreprises chez des chefs de file québécois ayant intégré avec succès les technologies numériques, afin qu'ils ouvrent leurs portes à des étudiants pour un échange d'expériences;
  • la diffusion de témoignages d'étudiants et d'entreprises (p. ex. sous forme de capsules vidéo) présentant les perspectives qu'ouvrent les formations en technologie numérique, dont le commerce électronique;
  • le développement d'outils d'aide à la décision (p. ex. un répertoire des métiers, une liste des formations disponibles et un outil de description de postes en TIC);
  • l'appui à des activités de valorisation des formations et carrières en TIC.

La promotion effectuée par Les Scientifines et TECHNOCompétences

En 2015-2016, l'organisme Les Scientifines a mis en oeuvre le projet « Découvertes à l'échoFab » à l'intention des filles de niveau primaire de l'arrondissement Sud-Ouest de Montréal. Ainsi, en partenariat avec Communautique, il propose des ateliers de fabrication numérique constituant des occasions d'apprentissage stimulantes, où les élèves se familiarisent avec les technologies de fabrication numérique et leurs usages.

Le projet vise trois objectifs :

  • initier 50 jeunes à la modélisation 2D et 3D, ainsi qu'aux machines-outils à commande numérique utilisées pour l'usinage de pièces;
  • permettre à ces 50 participantes de se familiariser avec le processus de fabrication d'un objet tridimensionnel, de la conception à la fabrication;
  • évaluer la faisabilité d'intégrer cette nouvelle activité à un programme d'activités scientifiques pour les filles.

Par ailleurs, le comité sectoriel de main-d'oeuvre en TIC, TECHNOCompétences, le Cégep Gérald-Godin et plusieurs partenaires organisent, au printemps 2016, une compétition d'innovation technologique intitulée « Crée ta ville » pour les étudiants des niveaux secondaire, collégial et universitaire.

En lien avec la thématique de la ville du futur (« Quels services pourraient rendre un robot, un produit électronique ou une application logicielle? »), le but du projet est de stimuler l'intérêt des jeunes pour les mathématiques, les sciences et les technologies, par des projets concrets à réaliser. Il s'agit également de les sensibiliser aux carrières en sciences et technologies et de les mettre en contact avec des entreprises technologiques et des employeurs potentiels. L'activité offre une vitrine aux créateurs de projets technologiques afin de favoriser l'éclosion de talents, l'innovation et l'entrepreneuriat technologique.

Développer les compétences numériques

Quatre mesures du Plan d'action contribueront au développement des compétences numériques par la relève ainsi que par l'appropriation et l'usage intensif des technologies numériques dans les entreprises.

20. Initiatives de formation en programmation et codage simplifiés chez les jeunes

Des trousses d'information stimulantes sur la programmation et le codage seront développées et offertes aux jeunes du primaire et du secondaire dans le cadre de camps et d'activités parascolaires.

La conception des trousses et la tenue des activités propres à susciter l'intérêt, l'apprentissage et le développement des compétences des jeunes se feront avec la collaboration d'entreprises et d'organismes à but non lucratif (OBNL), tels les conseils du loisir scientifique (CLS).

Résultats attendus :

  • plus de 80 activités après cinq ans;
  • 350 jeunes du primaire et du secondaire rejoints après cinq ans.

L'expérience concluante du Conseil du loisir scientifique du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Au cours des dernières années, le CLS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a organisé des activités sur plusieurs semaines ayant pour thème l'informatique (Fan d'info, Accro-info, etc.) lors des Camps d'été des Débrouillards. Ces activités étaient organisées en collaboration avec le Département de l'informatique et des mathématiques de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

L'idée était de donner aux jeunes la possibilité d'explorer le monde de l'informatique avec de vrais spécialistes. Les ateliers animés par les professionnels de l'UQAC portaient principalement sur la conception de pages Web et de jeux vidéo. Ces ateliers servaient également à évaluer la connaissance des jeunes sur les langages informatiques et la création de logiciels.

Parallèlement à ces ateliers, les animateurs du CLS proposaient des expériences et des jeux tels que Code de César, Mathémagie, Fibre optique, le Jeu de l'évolution informatique, le Jeu de l'objet à puce, Mini-ordinateur, etc.

Une visite du Laboratoire de la Chaire de recherche sur l'intelligence ambiante et les technologies d'assistance cognitive ou du Studio Wendigo complétait
la semaine.

Les jeunes découvraient comment informatiser la vie de tous les jours (domotique) ou encore les différentes étapes de la conception d'un jeu vidéo. Les commentaires recueillis démontrent que les jeunes apprécient les activités liées à l'informatique. Ils sont très réceptifs et ils aimeraient en apprendre davantage afin d'être plus autonomes.

Cet exemple nous confirme la pertinence de développer des trousses de programmation, l'intérêt des jeunes et la nécessité de forger des partenariats afin de bien mener ce projet.

21. Appui à la formation en entreprise et à la formation continue

Le gouvernement maintient son appui aux activités de formation offertes en entreprise, avec le soutien des TIC, concernant la mise à niveau et le développement de compétences ainsi que l'adaptation aux changements numériques apportés au sein de l'entreprise, par le versement d'une contribution non remboursable aux entreprises participantes. Ce soutien est complémentaire à celui qui est prévu au moyen du crédit d'impôt pour les grands projets visant la transformation numérique.

Le gouvernement maintient également son appui au développement de l'offre de formations touchant les compétences numériques (informatique, commerce en ligne, conception de sites Web), tant à temps partiel, pour les personnes qui ont un emploi, qu'à temps complet, pour les personnes sans emploi.

22. Renforcement de la capacité d'adaptation de la main-d'oeuvre

Les « projets économiques d'envergure » d'Emploi-Québec visent à répondre à la demande de main-d'oeuvre des entreprises québécoises. Ainsi, par la formation, le financement accordé accroît la capacité d'adaptation de la main-d'oeuvre en lien avec les projets d'investissement. Cette mesure est également complémentaire à l'offre gouvernementale visant l'implantation de nouvelles entreprises en sol québécois.

L'entreprise TEC investit dans le numérique et dans la formation de l'ensemble de son personnel

L'entreprise TEC (Centres d'évaluation de la technologie inc.) est une société Internet bâtie autour d'un système informatisé d'aide à la décision (SIAD) grâce auquel les entreprises peuvent déterminer, de façon objective, quelles sont les solutions informatiques répondant le mieux à leurs besoins opérationnels, techniques et d'optimisation de la performance.

Afin d'accroître l'achalandage de son site Internet et de soutenir la croissance de l'entreprise, la direction a décidé d'investir massivement dans le développement de technologies, de produits et services et de stratégies de marketing numérique dans le but d'enrichir sa plateforme, d'améliorer l'expérience de ses utilisateurs et de diversifier sa clientèle.

La réalisation de ce projet d'innovation nécessitera un investissement en R-D de 21 millions de dollars sur trois ans; le projet contribuera à la création de 50 emplois. Par ailleurs, trois grands blocs de formation seront dispensés à l'ensemble du personnel, actuel et futur, pour qu'il acquière les nouvelles compétences requises par ce virage technologique. Pour ce faire, Emploi-Québec a accordé à TEC une aide financière de près de 610 000 dollars sur deux ans afin de contribuer aux coûts de formation de plus de 150 employés.

23. Stages en entreprise et projets de partenariat entre les entreprises, les organisations et la relève

Le gouvernement s'engage à soutenir la capacité des entreprises à innover par le transfert de connaissances et de compétences dans les domaines de l'économie numérique. Ce transfert se réalisera entre les entreprises et la relève, notamment par la bonification des mesures Stages d'innovation en entreprise et Premier emploi en recherche. En particulier, cette initiative favorisera le transfert des connaissances nouvellement acquises par les étudiants dans les entreprises, notamment les PME.

Plus précisément, cette mesure vise à :

  • favoriser les stages d'innovation en entreprise offerts aux étudiants dans les domaines liés au numérique, dans le cadre de la mesure Stages d'innovation en entreprise, en partenariat avec Mitacs42;
  • prévoir, dans le cadre de la mesure Premier emploi en recherche, un volet consacré au numérique et aux TIC. Ce financement accordé aux organismes membres de QuébecInnove leur permettrait d'embaucher de récents diplômés pour travailler à accroître le rôle des TIC et du numérique dans les entreprises.

Résultats attendus :

  • 250 emplois créés dans les domaines liés au numérique;
  • 750 entreprises et organisations participantes.

Un stage d'innovation dans les jeux vidéo : une approche évolutive appliquée au comportement

Il y a quelques mois, un candidat au doctorat en écologie comportementale à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) a proposé à l'entreprise Behaviour Interactive un projet de recherche sur les comportements observés dans les jeux vidéo multijoueurs.

Fort d'une expertise en écologie comportementale, cet étudiant a suggéré à l'entreprise une recherche visant à mieux connaître et prédire les dynamiques en jeu, ce qui est notamment utile lorsqu'on veut en modifier les paramètres et en comprendre les répercussions. L'originalité de sa proposition était de transposer son savoir relatif au comportement des grillons à celui des joueurs en ligne dans les mondes virtuels, tous deux essentiellement confrontés aux mêmes défis :

  • concurrence pour l'obtention des ressources;
  • défis de prédation;
  • développement de techniques de coopération.

Ce projet réalisé grâce à la collaboration de Mitacs a permis à l'étudiant d'appliquer son savoir en milieu de pratique et à l'entreprise d'améliorer son produit. De fait, la théorie évolutive et les techniques utilisées pour analyser le comportemen animal peuvent faciliter le travail des gestionnaires de jeu en ligne en développant des prédictions solides sur les dynamiques de joueurs. Dans l'autre sens, ces données comportementales au sein d'environnements complexes, mais contrôlés élargiront la compréhension de l'écologie et de l'évolution des comportements. Ainsi, les résultats obtenus en milieu de pratique contribueront également à enrichir les savoirs dans plusieurs disciplines.

Ce projet d'une durée de 12 mois n'est pas encore terminé, mais les résultats préliminaires sont prometteurs. Déjà, la collaboration entre le chercheur et Behaviour Interactive s'est notamment illustrée dans le cadre d'une présentation récente à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain sur les compétences de l'avenir.


39. On estime qu'un peu plus de la moitié (51 %) des professionnels en TIC évoluent dans des entreprises hors secteur. TECHNOCompétences, Diagnostic sectoriel 2015, p. 50.

40. Ce projet fait suite au diagnostic des besoins en main-d'oeuvre dans le secteur des TIC réalisé par le Conseil emploi métropole (CEM) en 2012. Il sera réalisé dans le cadre du Chantier sur les compétences du futur du CEM, mis sur pied à la suite du Forum stratégique sur les compétences du futur de la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain, tenu le 12 février 2016.

41. Ce diagnostic sera effectué dans le cadre du suivi du Sommet économique du Saguenay–Lac-Saint-Jean (SLSJ).

42. Mitacs est un organisme national sans but lucratif qui, depuis sa fondation en 1999, conçoit et met en oeuvre des programmes de recherche et de formation au Canada. Son objectif est d'appuyer la recherche appliquée et industrielle dans le secteur des sciences mathématiques et des disciplines connexes, au moyen de partenariats avec 60 universités, des milliers d'entreprises ainsi que les gouvernements fédéral et provinciaux. La mesure Stages d'innovation en entreprise a pour objectif l'intégration de stagiaires en entreprise, en vue d'accroître la capacité d'innover et d'améliorer l'adéquation entre l'enseignement et les besoins en main-d'oeuvre. En 2015-2016, 1 000 stages ont été réalisés en collaboration avec seize partenaires universitaires. Un investissement de 5 M$ de dollars du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation a contribué à générer des stages d'une valeur totale de 15 M$. Cette stratégie facilite la création de 280 emplois.

Précédent
Plan d'action numérique en éducation et en enseignement supérieur Transporter le Québec vers la mobilité : Politique de mobilité durable - 2030 Budget 2018-2019 Plan économique du Québec - Mise à jour novembre 2017 Le plan économique du Québec Stratégie numérique du QUébec - Bilan de la consultation Ensemble on fait avancer le Québec Stratégie maritime du Québec
Suivant