Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

S'améliorer/Ressources humaines

Taux de roulement : n’attendez pas que ça vous coûte cher, agissez maintenant!

Cet article provient du Bulletin Espace Conseils PME. Abonnez-vous!

Connaissez-vous le taux de roulement de votre entreprise? Si la réponse est non, il est important que vous vous y attardiez immédiatement!

Dans un contexte de pénurie de talents et de rareté de la main-d’œuvre, il est difficile de dénicher « les bons candidats »; les employés engagés peuvent apporter beaucoup à l’organisation, mais encore faut-il les mobiliser, les fidéliser et les conserver. C’est le grand défi.

À l’inverse, la perte d’un employé se traduit par une baisse importante de productivité et d’expertise, sans compter que le roulement de la main-d’œuvre représente des coûts substantiels qui affectent le rendement financier de l’entreprise.

Une des façons d’éviter cet écueil est d’effectuer un exercice de recrutement rigoureux en prenant soin de bien sélectionner les candidats et, surtout, de les maintenir en poste.

On prévoit des pénuries générales de main-d’œuvre dans les années à venir. À l’heure actuelle, on estime que les coûts liés au roulement du personnel peuvent atteindre jusqu’à 12 % du revenu d’une entreprise.

De plus, 80 % des entreprises ont de la difficulté à recruter des travailleurs qualifiés pour les affecter à des fonctions clés, d’où l’importance de réduire au minimum le taux de roulement et de mobiliser ses employés.

[Source : Pricewaterhouse Coopers]

Mais que signifie le taux de roulement?

Il s'agit du rapport entre le nombre de travailleurs qui, au cours d’une période donnée, ont quitté une organisation et le nombre moyen de travailleurs que l’organisation a embauchés au cours de la même période.

C'est également un indicateur qui sert à mesurer la satisfaction des employés et à approfondir les motifs de départ.

Il peut aussi servir à analyser et à apporter les correctifs afin de stabiliser votre main-d’œuvre. Un taux de roulement acceptable se situe entre 4 et 5 %.

Deux types de taux de roulement

Départ involontaire : la décision de l’employeur

Le départ involontaire se produit lorsqu’un employé est forcé de quitter l’entreprise par son employeur. Il s’agit d’un départ imposé par l’entreprise à l’employé, notamment un licenciement, un congédiement ou une mise à pied, départ souvent causé par des problèmes de rendement, des erreurs d’embauche, une incompatibilité au sein de l’équipe, des conflits, etc.

Départ volontaire : la décision de l’employé

Le départ volontaire survient lorsqu’un employé décide de quitter l’organisation de son plein gré et peut être causé par de nombreux facteurs, par exemple :

  • autre emploi;
  • besoin de défis;
  • retour aux études;
  • déménagement.

Le départ volontaire peut être positif dans le cas où l’employé n’atteignait pas les résultats attendus liés à ses fonctions. Dans le cas contraire, si l’employé donnait un bon rendement, il constitue une perte pour l’entreprise.

Calcul du taux de roulement

Ces deux types de départ s’additionnent dans le calcul du taux. Dès le départ d’un ou de plusieurs employés, que ce départ soit volontaire ou non, l’entreprise doit être consciente du prix à payer, sans compter que les départs « imprévus » risquent de perturber la productivité de l’équipe, la motivation du personnel et nuire à la profitabilité des activités ainsi qu’à la qualité du service à la clientèle.

La formule

Pour calculer le taux de roulement d’une organisation, prenez le nombre d’employés qui ont quitté volontairement ou non l’entreprise au cours de la dernière année, sans les départs à la retraite et les congés de maternité, divisez-le par le nombre d’employés total et multipliez ce nombre par 100. Ainsi, une entreprise de 100 employés dont 5 ont quitté leur emploi durant l’année aura un taux de roulement de 5 %.

Cette formule doit être appliquée pour une période précise. De manière générale, elle est calculée sur un an, ce qui permet par la suite de comparer le taux de roulement actuel avec les résultats des années antérieures.

Dans l’analyse de votre taux de roulement, il est important d’aller au-delà de ce calcul de base. Examinez votre roulement volontaire et involontaire séparément, le taux de roulement des différents services, et faites les calculs pour des périodes différentes.

Par exemple, un taux de roulement élevé dans un service pourrait biaiser vos statistiques et donner l’impression que votre taux est élevé, alors qu’en réalité un taux de roulement élevé est peut-être « normal » pour ce service. Vos efforts devraient donc peut-être se concentrer sur un autre service (ou encore une autre période) où le taux de roulement est supérieur à ce qu’il devrait être.

[Source : Atman]

Que coûte le taux de roulement?

Voici un exemple de calcul estimatif des frais liés au roulement de personnel dans une entreprise de 80 personnes affichant un taux de roulement de 15 % :

  • 12 départs / 80 employés x 100 = taux de roulement de 15 %
  • 12 départs X salaire (p. ex. 50 000 $ par an) = Effet financier de 600 000 $

L’échelle suivante* permet d’évaluer les frais en pourcentage du salaire liés à un départ selon le type d’emploi. Généralement, plus l’employé occupe un poste clé, plus les frais sont élevés.

  • Manœuvre : de 40 à 70 %
  • Secrétaire-réceptionniste/Technicien en comptabilité : de 50 à 80 %
  • Soudeur et machiniste : de 75 à 100 %
  • Représentant commercial et comptable : de 75 à 125 %
  • Directeur des ventes : de 100 à 150 %
  • Ingénieur et directeur général : de 200 à 300 %

* Ces données sont basées sur les recherches de Jack Phillips, du Center for Research (aujourd’hui le ROI Institute). Elles ne tiennent pas compte de la perte de savoir organisationnel et de synergie au sein des équipes.

Coûts directs et indirects

Par ailleurs, le départ d’un employé engendre des coûts directs et indirects considérables. Il est donc essentiel de mettre en œuvre tous les moyens pour favoriser la rétention des meilleures ressources.

Coûts directs
  • coûts associés à la séparation, à la fin d’un emploi;
  • coûts associés aux vacances, aux heures supplémentaires, etc.;
  • coûts du processus de sélection, frais de recrutement, etc.;
  • coûts de formation.
Coûts indirects
  • perte de savoirs et de connaissances;
  • temps alloué à la production et à la réalisation de projets;
  • détérioration du climat de travail, de la motivation des employés;
  • perte de clientèle;
  • augmentation du taux d’absentéisme;
  • départs supplémentaires d’employés touchés par le roulement, etc.


[Source : Emploi-Québec, Centre-du-Québec]

Dans le contexte d’aujourd’hui où les besoins de main-d’œuvre sont de plus en plus criants, les entreprises ne peuvent se permettre d’avoir des employés démotivés, de perdre leurs meilleurs talents et d’avoir ainsi un taux de roulement élevé.

Pour éviter ces répercussions coûteuses, il faut miser sur une gestion efficace des ressources humaines (rôles et responsabilités claires, organisation du travail efficace, reconnaissance des employés, qualité de vie au travail, etc.).

En conclusion

Afin de remédier à un taux de roulement élevé, portez une attention particulière aux éléments suivants :

  • cernez le problème, réalisez des entrevues de départ structurées afin de connaître les motifs réels de départ (sachez pourquoi vos employés décident de rester ou de partir);
  • structurez votre processus de sélection (embauchez la bonne personne au bon poste);
  • reconnaissez de façon tangible les contributions de chacun;
  • incitez les employés à bouger et à apprendre, encouragez ceux qui ont du potentiel et favorisez les occasions d’évoluer au sein de l’entreprise (formation, coaching, etc.);
  • examinez vos processus d’appréciation du rendement, de rémunération globale – salaire, avantages sociaux, etc.;
  • informez… et communiquez; on ne communique jamais trop avec les employés, il ne faut pas hésiter à leur transmettre l’information disponible, à aller chercher leurs idées, etc.;
  • lisez notre article Comment devenir un employeur de choix.

Pour aller plus loin…

Si vous désirez approfondir ce sujet, le Ministère vous propose de suivre la formation Êtes-vous un employeur de choix? du programme MPA – les meilleures pratiques d'affaires.

Pour un accompagnement, des références ou un atelier sur ce sujet, communiquez avec votre conseiller régional.