Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

S'améliorer/administration et management

Étude d’opportunité « business case » en 6 étapes

Cet article provient du Bulletin Espace Conseils PME. Abonnez-vous!

Vous avez un projet en tête?

Vous ne savez pas par où commencer pour évaluer sa rentabilité?

Pourquoi ne pas le faire à l’aide d’un business case?

Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler d’un business case. Eh bien, sachez qu’il s’agit en fait d’une analyse d’opportunité et de faisabilité effectuée de façon structurée et servant d’outil d’aide à la décision.

Vous pouvez utiliser le business case pour mettre sur papier :

  • en quoi consiste le projet à analyser;
  • ses avantages et ses inconvénients;
  • les coûts;
  • tout ce qui peut intervenir dans votre décision.

Vous pouvez utiliser ce document :

  • pour vous aider à prendre une décision;
  • pour aider une autre personne à prendre une décision;
  • pour valider votre projet auprès de partenaires comme votre associé, votre équipe de direction ou votre banquier.

Quelles décisions peuvent être prises à l’aide du « business case »?

Vous pouvez par exemple analyser l’achat de machinerie, d’une entreprise ou d’un immeuble. Cela vous permettra de répondre aux questions suivantes :

  • Quels projets d’investissement ou de développement choisir?
  • Quel fournisseur sélectionner entre A et B?
  • Investir plus de capital dans une filiale ou s’en départir?
  • Lancer un nouveau produit ou accroître la force de vente actuelle en tirant parti des produits existants?
  • Acquérir un système informatique venant d’un fournisseur connu ou bâtir un système maison?

Ensuite, vous pouvez planifier tous ces projets et établir des priorités parmi eux.

Pourquoi un « business case »?

Le business case est un outil essentiel, pour plusieurs raisons :

  • Il vous aide dans la prise de décision, grâce à l’utilisation d’un filtre dans l’analyse des projets.
  • Il facilite votre comparaison de plusieurs projets.
  • Il aide à convaincre vos partenaires et vos équipes.
  • Il vous permet de mieux planifier.
  • Il favorise l’atteinte des résultats que vous visez.

Quoi inclure?

Il est primordial de vous assurer que votre business case contient toute l’information nécessaire pour favoriser une prise de décision éclairée.

Pour être efficace, il doit être d’une objectivité totale, ce qui ne sera possible que dans la mesure où il comprendra tous les arguments pour et contre le projet.

Il doit aussi contenir un fil conducteur approprié qui amènera le ou les décideurs à opter pour la recommandation qui sera faite en fin de compte.

Pour qu’il soit un bon outil d’aide à la décision, voici les 6 éléments à inclure dans votre business case :

Sommaire décisionnel avec information générale (récapitulatif)

La quantité d’information que nous recevons dans une journée est phénoménale. Ainsi, nous avons de moins en moins de temps pour l’analyser. C’est ici que le sommaire décisionnel prend toute son importance. C’est la portion du document qui attirera le plus l’attention et qui résumera l’analyse.

Vous voulez convaincre, et vous voulez que votre projet soit accepté par vos partenaires? Assurez-vous de constituer un bon résumé, qui sera présenté à la première page de votre document.

Voici les informations essentielles à inclure :

  • Titre du projet, qui décrit l’action proposée et sa nature
  • Nom de la ou des personnes à qui s’adresse le rapport
  • Nom de la personne qui soutient le projet ou l’initiative (le commanditaire)
  • Nom de la personne qui a préparé le business case
  • Date de production
  • Date de début et date de fin du projet
  • Autres : autres données telles le genre de projet, la direction où le projet sera réalisé ou encore le numéro de projet
Description des bénéfices

Il s’agit d’énumérer tous les bénéfices que le projet apportera à l’entreprise, en les expliquant lorsque nécessaire.

Dans cette section, vous voulez faire ressortir les éléments qualitatifs et quantitatifs qui militent en sa faveur et donner une bonne idée de ce que l’investissement rapportera.

Description des risques

La description des risques est un autre élément qui apportera plus de crédibilité à votre business case. Les risques varient d’un projet à un autre et d’une entreprise à une autre.

La majorité des projets se trouvera dans l’une des situations suivantes :

  1. Des risques faibles avec des bénéfices élevés
  2. Des risques faibles avec des bénéfices faibles
  3. Des risques élevés avec des bénéfices élevés
  4. Des risques élevés avec des bénéfices faibles

Cette matrice représente quatre situation selon l’axe des risques et l’axe des bénéfices. La situation 1 indique une prise de risques faibles pour l’obtention de bénéfices élevés. La situation 2 indique une prise de risques faibles pour l’obtention de bénéfices faibles. La situation 3 indique une prise de risques élevés pour l’obtention de bénéfices élevés et la situation 4 indique une prise de risques élevés pour l’obtention de bénéfices faibles.


Un projet qui comporte des risques élevés sans apporter de bénéfices sera probablement rejeté dès le départ.

Comment définir les risques?

Vous pouvez analyser trois catégories de risques :

  • Risques stratégiques
    Quel est le risque que l’entreprise n’atteigne pas les objectifs fixés par ses stratégies?
  • Risques liés à l’environnement de l’entreprise
    Quels sont les risques auxquels l’entreprise fait face en ce qui concerne ses concurrents, ses clients, ses employés, ses fournisseurs et les produits substituts qui existent sur le marché? De plus, quels sont les risques qui existent dans son milieu sur les plans social, technologique, économique, environnemental et politique?
  • Risques opérationnels
    Selon les processus et procédures en place, quels sont les risques que l’entreprise n’atteigne pas les résultats escomptés ou que le projet échoue? De plus, quels risques existe-t-il si les procédures et processus de l’entreprise ne sont pas suivis?
Analyse financière

Il existe différentes méthodes d’analyse financière qui peuvent vous permettre d’évaluer la rentabilité de vos projets. Voici les trois méthodes d’analyse les plus utilisées :

  • Délai de récupération (DR)
    C’est le temps nécessaire pour récupérer le montant initial déboursé. Plus le délai est court, plus le projet est intéressant pour l’entreprise.
  • Valeur actuelle nette (VAN)
    Cette méthode permet de calculer, à partir d’un taux d’actualisation convenu, la valeur nette et actualisée des entrées de fonds liées à un investissement. Pour qu’un projet soit intéressant, il est requis que la VAN soit positive (> 0).

    Si la valeur nette obtenue est positive, alors votre projet est acceptable du point de vue financier puisqu’il procure un rendement supérieur au taux d’actualisation.
  • Taux de rendement interne (TRI)
    Une autre façon d’évaluer la pertinence d’un investissement est le taux de rendement interne (TRI). Ce taux est d’un calcul relativement complexe et est principalement utilisé par les institutions financières avant d’accorder un prêt à une entreprise.
Conclusion du « business case »

Lorsque vous préparez un business case, il faut présenter votre conclusion. La conclusion est importante, car elle trace un lien entre tous les éléments inclus dans votre business case. Elle est l’élément final qui amènera les décideurs à donner leur approbation à votre projet.

Approbation

Les dirigeants de l’entreprise doivent se demander s’il est approprié de se doter d’une politique d’approbation du business case. Évidemment, dans le contexte d’une petite entreprise où l’unique propriétaire approuve l’ensemble des projets, cela peut ne pas être nécessaire.

Par contre, lorsque l’entreprise croît, il peut devenir important d’avoir une politique de ce genre. Par exemple, le business case peut alors être approuvé par certaines personnes (président, directeur des finances, directeur de l’informatique…) ou encore par le comité de direction.

Illustration du « business case » à l’aide d’un cas

Vous possédez une entreprise qui fabrique des fauteuils haut de gamme. Vous n’avez pas de dettes, mais vos équipements commencent à se faire vieux. Vous vous demandez si vous devez les changer.

Par où allez-vous commencer pour évaluer cette situation qui hante vos pensées?

Eh oui! En faisant vôtre un business case.

Pourquoi voudriez-vous faire un business case et non pas seulement répondre dans votre tête? Tout simplement parce que la question est facile, mais que la solution nécessite une plus longue réflexion. Vous pouvez garder vos équipements et les entretenir, changer tous les équipements en même temps, changer graduellement vos équipements, etc.

Le business case va vous permettre d’évaluer plusieurs scénarios et de prendre une décision éclairée, puisque vous aurez bien évalué les opportunités et les menaces.

Conclusion

Lorsque vous voulez mettre un projet sur pied, votre premier réflexe devrait être de préparer un business case. Ce document vous permettra d’évaluer la faisabilité d’un projet, et vous aidera ainsi à prendre une décision éclairée. Bien plus qu’un simple document, le business case est un outil essentiel à la prise de décision.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous inscrire à la formation Business case : Pour y voir clair dans la sélection de vos projets, offerte par le Ministère.


Utilisation du terme « business case »

Le terme anglais business case est exceptionnellement utilisé afin d’employer la même terminologie que l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec, lequel a recours à cet emprunt intégral de l’anglais, notamment dans la formation MPA Business case : Pour y voir clair dans la sélection de vos projets, élaborée pour le Ministère.

Contactez
Direction du développement des entreprises

Téléphone :
1 866 463-6642

Adresse postale :
380, rue Saint-Antoine Ouest, tour sud, 4e étage
Montréal (Québec)
H2Y 3X7

Télécopieur :
514 873-9912

Voir plus d'informations
Précédent
Plan économique du Québec - Mise à jour novembre 2017 Québécois, notre façon d'être canadien Stratégie numérique du QUébec - Bilan de la consultation Le Québec dans le monde : s'investir, agir, prospérer Ensemble on fait avancer le Québec Stratégie maritime du Québec Le plan économique du Québec Propulser le Québec par l'électricité
Suivant