Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Communiqué de presse

Mission économique dans les secteurs de l'aérospatiale et du numérique

Le Québec s'illustre et pave la voie à de nombreux projets futurs

Paris, le 22 juin 2017 -  Au terme de la mission économique qu'elle a menée du 18 au 21 juin à Paris, la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, dresse un bilan positif de la présence du Québec au 52e Salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris-Le Bourget ainsi que des échanges bilatéraux qu'elle a eus avec les responsables français du numérique.

Lors de cette mission, la ministre Anglade a accompagné une délégation québécoise record composée de plus de 50 organisations, dont plusieurs grandes entreprises, et de 120 participants, qui représentent les PME et les organismes du secteur de même que les partenaires du milieu.

La ministre a profité de la présence de grands acteurs mondiaux de l'industrie pour prendre part à plusieurs rencontres stratégiques avec des dirigeants d'entreprise et pour promouvoir les atouts du Québec en aérospatiale ainsi que les avantages de l'environnement d'affaires québécois auprès d'intervenants clés du secteur. En tout, plus de 350 rencontres d'affaires entre entreprises (B2B), organisées par le gouvernement du Québec et la Délégation générale du Québec à Paris, ont eu lieu, en plus d'une quinzaine de rencontres de groupe avec des donneurs d'ordres de l'industrie.

La ministre a également confirmé la participation du gouvernement du Québec à deux importants projets d'investissement. Ainsi, le gouvernement du Québec financera à hauteur de 5 millions de dollars un projet de l'unité montréalaise de Zodiac Aerospace, filiale québécoise du groupe français Zodiac Aerospace, estimé à 21,3 millions de dollars. Ce projet, visant l'acquisition d'équipements de production et d'automatisation pouvant notamment servir à la fabrication de structures de cabines intérieures d'avions d'affaires, permettra de créer et de maintenir 300 emplois. Également, le gouvernement du Québec versera une contribution financière de 1,2 million de dollars à l'entreprise F. List pour l'implantation d'une usine de fabrication de feuilles de placage de bois pour les intérieurs d'aéronefs. Ce projet, évalué à 8,6 millions de dollars, permettra de créer plus de 100 emplois à Montréal.

Sur le plan de la relation franco-québécoise, la ministre Anglade s'est aussi entretenue avec le secrétaire d'État chargé du Numérique, M. Mounir Majhoubi, et la ministre chargée des Transports, Mme Élisabeth Borne. Elle a également rencontré des élus des régions de l'Île‑de‑France et d'Auvergne‑Rhône‑Alpes engagés dans le développement du numérique.

Plusieurs projets positifs pour le Québec

  • Altitude Aéronautique a obtenu une accréditation d'Organisme d'approbation de conception (OAC) de Transports Canada, en plus d'avoir signé un contrat avec Airbus visant l'élaboration de solutions et de trousses de réparation d'avions. De plus, l'entreprise française Latécoère Systèmes d'interconnexion, filiale du groupe Latécoère, a signé un contrat avec l'entreprise Héroux-Devtek, marquant ainsi le lancement de la division interconnexion au Québec.
  • CAE a signé avec différentes sociétés aériennes une série de contrats de formation de pilotes et de personnels de cabine, ainsi que pour la vente de quatre simulateurs de vol. Le tout est évalué à 85 millions de dollars. Pour sa part, Abipa a conclu avec Safran Landing Systems une entente de 5 millions de dollars sur cinq ans pour la fabrication de composants de trains d'atterrissage du Boeing 787.
  • L'Université McGill a annoncé le lancement d'un nouveau programme d'études supérieures spécialisées intitulé Global Aviation Leadership Program, qui s'adresse aux professionnels de l'aviation. Les étudiants qui suivront ce programme intensif pourront étudier tout en travaillant grâce à son format souple. De plus, l'École Nationale de l'Aviation Civile (ENAC) de Toulouse offrira la possibilité de reconnaître les crédits de l'Université McGill pour l'obtention d'une maîtrise.
  • La grappe aérospatiale québécoise Aéro Montréal a signé trois importantes ententes de collaboration. Deux de ces ententes visent à favoriser le maillage et les échanges entre les entreprises des régions signataires. La première entente a été conclue avec l'organisme sud-coréen d'innovation technologique Gyeongnam Techno Park, et la deuxième a été signée avec la grappe portugaise Association for the Aeronautics, Space and Defense Industries et la grappe ontarienne Ontario Aerospace Council. La troisième entente vise la collaboration d'Aéro Montréal avec SAFE Cluster, le pôle de compétitivité de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, en sécurité et en aérospatiale. Elle a pour objectif de réitérer l'entente signée lors du Salon international de l'aérospatiale de Farnborough en juillet 2012 avec le Pôle Pégase. SAFE Cluster est le pôle de compétitivité issu de la fusion des pôles Pégase et Risques.

Citation :

« Je tiens à souligner que ces projets sont à l'image de la Stratégie québécoise de l'aérospatiale 2016-2026, car ils placent l'innovation au cœur de leur réalisation. L'ensemble des interventions de cette stratégie totalisent, un an après son lancement, près de 104 millions de dollars pour la mise en œuvre de plus de 90 % des mesures, et permettront de générer près de 532 millions de dollars en investissements. Quelque 600 emplois ont été créés et 1 644 autres ont été consolidés, pour un total de 2 244 emplois. Je suis réellement honorée d'avoir accompagné la délégation québécoise lors de ce salon d'envergure. C'est avec une grande fierté que nous avons réaffirmé le statut du Québec comme l'un des plus grands centres aérospatiaux du monde et que avons fait valoir nos atouts, tels que notre environnement d'affaires avantageux, l'expertise de notre main-d'œuvre et la capacité d'innovation de l'ensemble de nos entreprises. »

Dominique Anglade, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

Rencontre avec la French Tech

Dans le cadre de l'élaboration de la Stratégie numérique du Québec, la ministre Anglade tenait à s'enquérir de l'expérience française relative à la gouvernance de cet incontournable vecteur de croissance économique qu'est le numérique. En marge de la mission économique organisée dans le secteur de l'aérospatiale, la ministre a rencontré sept organisations issues de la French Tech, une marque collective et ouverte pour désigner et valoriser l'écosystème des startups françaises en France et à l'international. À Montréal, la marque French Tech est représentée par Bleu Blanc Tech, point d'entrée pour les investisseurs, les entrepreneurs et les ingénieurs désireux d'explorer des occasions d'affaires en France.

Citation :

« Le Québec et la France sont confrontés à des défis semblables, à travers lesquels les gouvernements doivent soutenir l'innovation et l'entrepreneuriat pour générer des retombées économiques et des emplois. Nous nous investissons donc dans le numérique, un domaine qui recèle un potentiel important de collaborations franco-québécoises. »

Dominique Anglade, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

Faits saillants sur l'industrie aérospatiale québécoise :

  • Avec quelque 205 entreprises, dont une quinzaine de maîtres d'œuvre, de partenaires de premier rang et d'entreprises exerçant des activités de révision et d'entretien lourds reconnus mondialement, le Québec génère près de 39 000 emplois spécialisés et plus de 70 % des dépenses canadiennes en recherche et développement.
  • Le gouvernement du Québec a dévoilé, en mai 2016, la Stratégie québécoise de l'aérospatiale 2016‑2026. Des interventions de 510 millions de dollars sur cinq ans sont prévues pour sa mise en œuvre, qui devrait générer des investissements de près de 3 milliards de dollars.
  • Le Salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris-Le Bourget.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. a réuni plus de 1 500 exposants et accueilli quelque 230 000 visiteurs, dont 110 000 professionnels de ce secteur d'activité.
  • Pour consulter le répertoire des entreprises qui ont participé à cette mission économique, visitez le www.economie.gouv.qc.ca/Bourget2017REP.
  • Pour visionner la nouvelle vidéo promotionnelle du secteur québécois de l'aérospatiale qui a été lancée à l'occasion de ce salon, visitez le site youtu.be/yNX9BK0c8kc.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..
  • Pour plus d'information concernant l'industrie aérospatiale québécoise et la mission économique organisée lors du Salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris‑Le Bourget, visitez le www.economie.gouv.qc.ca/aero.

Faits saillants sur la relation économique franco-québécoise :

  • En 2016, les échanges entre le Québec et la France s'élevaient à 4,1 milliards de dollars, une hausse de près de 16 % par rapport à 2014. Aujourd'hui, la France est le premier client du Québec en Europe et le 3e dans le monde, après les États-Unis et la Chine.
  • Ces dernières années, le nombre d'entreprises québécoises en France a augmenté de façon importante : elles sont passées de 142 en 2014 à 175 en 2016, une augmentation de 23 % depuis 2014.
  • Les investissements français au Québec démontrent le même dynamisme : en 2015, le nombre de filiales d'entreprises françaises établies au Québec s'élevait à près de 400, ce qui situe la France au 2e rang des investisseurs étrangers au Québec, derrière les États-Unis (701 filiales), mais devant le Royaume‑Uni (162 filiales).
  • L'ambition franco-québécoise relative à l'ouverture sur le monde et à la mobilité vise le marché du travail. La reconnaissance des qualifications professionnelles a été un sujet central des relations franco-québécoises ces dernières années, et cela a aujourd'hui une valeur d'exemple en Europe. Les arrangements de reconnaissance mutuelle (ARM) concernent aujourd'hui 80 métiers, professions et fonctions. Ce sont plus de 2 000 Français au Québec et plus de 300 Québécois en France qui ont profité des ARM.

– 30 –

Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère de l’Économie, de la Science et de l'Innovation, inscrivez-vous au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.

Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :
TwitterFacebookLinkedInYoutube

Source(s) :

Jolyane Pronovost
Directrice de cabinet adjointe et directrice des communications
Cabinet de la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique
418 691-5650

Renseignement(s) :

Nancy Carignan
Directrice
Direction des communications
Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation
Cellulaire : 514 207-9078